Accepter la domination d'Assad ne mettra pas fin aux souffrances des Syriens

Accepter la domination d'Assad ne mettra pas fin aux souffrances des Syriens

Rifaie Tammas's picture
01 avril 2018

Les rebelles ont accepté ce dimanche d'évacuer la dernière poche qu'ils tenaient dans la Ghouta orientale. Mais si Assad parvient à réprimer la résistance, sa priorité absolue sera de faire en sorte que cela ne se reproduise plus jamais

L'attaque en cours contre la Ghouta orientale par le gouvernement syrien et ses alliés me rappelle des souvenirs, ceux des dernières semaines passées dans ma ville natale, Al-Qusair. Peu de choses ont changé depuis, à l'exception des voix de plus en plus nombreuses qui réclament le maintien au pouvoir du président syrien Bachar al-Assad, comme moyen d'apporter la paix en Syrie.

Ces appels ont augmenté de façon spectaculaire au cours des derniers mois, à la suite des gains militaires constants des forces gouvernementales. Pour beaucoup, l'issue de la guerre est déjà décidée. « La fin du jeu est claire : Assad, la Russie et l'Iran sortiront victorieux », écrit Danny Makki à propos de la démocratie ouverte.

« J'en ai malheureusement conclu que la façon de sauver des vies, c'est de laisser Assad gagner le plus rapidement possible », affirme encore Max Boot dans le Washington Post. Les appels à accepter la domination d'Assad reposent généralement sur trois prémisses principales. Mais voici pourquoi ces arguments ne tiennent pas la route.

Réalités sur le terrain

Beaucoup affirment que le président Assad a effectivement gagné la guerre et qu'il est grand temps d'accepter cette réalité. Alors que de nombreux groupes rebelles ont disparu et que d'autres ont émergé, le régime syrien est resté cohérent, fort et tenace, surtout après l’intervention militaire russe en 2015.  

Le fait qu'Assad a gagné militairement n'est pas surprenant. Avec l'appui stratégique de la Russie et de l'Iran, la stratégie du gouvernement syrien s'est concentrée sur l'obtention de gains constants, mais relativement modestes, au cours des sept dernières années.

Il s'agit notamment de la reprise de Baba Amr, Al-Qusair, Yabroud, la banlieue la vieille ville de Homs, Alep et Deir Ezzor entre 2012 et 2017. La Ghouta orientale est la cible actuelle de l'offensive du régime Assad qui a coûté la vie à plus de 1 000 personnes depuis le 18 février.

Plutôt que de sauver des vies, accepter la domination d'Assad entraînera un plus grand nombre de décès non signalés, car l'oppression assurera la poursuite du cycle de la violence

Il est vrai que les gains militaires d'Assad sont une réalité sur le terrain. Mais cela signifie-t-il que la communauté internationale devrait accepter sa règle fondée sur la puissance militaire ? La Syrie s'est-elle transformée en un autre exemple de la survie du plus fort, où seul le plus fort et le plus sauvage gagne ?

Pour certains, la réponse est probablement oui, puisque la force militaire est le principal facteur déterminant dans la résolution des conflits. Pourtant, les mêmes analystes salueraient-ils Hitler et accepteraient-ils son implacable campagne militaire en Europe ? Reconnaître la force militaire de l'Assad est compréhensible, mais l'utiliser pour accepter le statu quo ne devrait pas être normalisé.

Il n'y a pas de meilleure alternative

La deuxième justification de l'acceptation de la loi d'Assad est l'absence d'une meilleure alternative. L'opposition est souvent présentée comme étant à la fois fragmentée et extrémiste. Bien que certaines de ces affirmations soient vraies, trois aspects sont oubliés.

Premièrement, ces analyses négligent souvent les causes de la fragmentation de l'opposition syrienne, en particulier le rôle de l'ingérence des acteurs étrangers. Contrairement au régime d'Assad, les organismes d'opposition disparates ont été désavantagés dès le début, car ils ont dû unifier leurs rangs et établir des relations avec des acteurs extérieurs pour obtenir leur soutien.



Photo du président syrien Bachar al-Assad près d'un drapeau de l'opposition syrienne dans le village de Bustan al-Basha à Alep, en Syrie, le 3 décembre 2013 (Reuters)

Deuxièmement, ces revendications ne tiennent pas compte de l'évolution et de l'hétérogénéité de l'opposition politique et armée. Les groupes d'opposition syriens ont connu d'importants changements au cours des sept dernières années, comme en témoignent la disparition de certains d'entre eux et l'émergence de nouvelles alliances.

Troisièmement, l'opposition politique et l’armée syrienne, ce n'est pas la même chose que la moyenne des Syriens qui ne combattent pas et qui constituent la plupart des victimes des bombardements du gouvernement syrien.

Pour mettre fin à la souffrance

La troisième raison la plus souvent citée est que l'acceptation de la domination d'Assad est le seul moyen de mettre fin à la souffrance syrienne. Tout en étant conscients de sa barbarie, certains considèrent le réengagement avec le régime comme un moyen d'alléger les souffrances des civils.

Bien que ces préoccupations soient compréhensibles, on peut se demander si une telle approche garantit ou non qu'Assad ne ripostera pas contre les communautés antigouvernementales. Dans les régions tenues par l'opposition, les gens sont nombreux à compter des membres de la famille, des parents et des amis qui se sont battus contre le gouvernement.

Plusieurs rapports ont montré que les forces gouvernementales ont arrêté des civils après avoir pris le contrôle de nouvelles zones. Si Assad parvient à réprimer la résistance, sa priorité absolue sera sans aucun doute de faire en sorte que cela ne se reproduise plus jamais.

Il n'y a pas de réponses faciles en Syrie. La seule certitude est qu'aucune résolution stable n'est possible sous Assad

Laisser Assad gagner est susceptible d’arrêter le bombardement des zones civiles, puisque ses forces contrôleront les zones qu'elles ont utilisées pour bombarder. Cependant, d'autres formes de violence sont susceptibles de prévaloir. On peut s'attendre à des campagnes d'arrestations massives, à des disparitions forcées et à la torture.

Le sort de centaines de milliers de Syriens reste inconnu. Comme ces formes de violence risquent de ne pas être signalées et de ne pas être vues, on pourrait supposer que la guerre est terminée. En réalité, plutôt que de sauver des vies, l'acceptation de la règle d'Assad entraînera un plus grand nombre de décès non signalés, car l'oppression assurera la poursuite du cycle de la violence.

À LIRE : Ce que les années 1930 peuvent nous apprendre sur la Syrie et notre ordre mondial brutal

De plus, la crise des réfugiés ne peut être résolue tant qu'Assad reste au pouvoir.

Il n'y a pas de réponses faciles en Syrie. La seule certitude est qu'aucune résolution stable n'est possible sous Assad. Rétabli au pouvoir, Assad perpétuera les conditions mêmes qui ont ouvert la voie à l'ingérence, à la violence et à la souffrance des étrangers.

Son appareil de sécurité continuera de déclencher des horreurs contre les communautés vulnérables. La seule différence, c'est que cela se fera dans le silence absolu, dans les cellules des prisons d'Assad.  

 

- Rifaie Tammas est militant syrien et prépare un doctorat à l'Université Macquarie à Sydney (Australie), où il enseigne également. Ses domaines de recherche : l'intervention étrangère, la violence collective et les conflits internes. Il a travaillé comme journaliste citoyen entre 2012 et 2013 pour couvrir le conflit.

Les opinions exprimées dans cet article appartiennent à l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Photo : Des combattants rebelles sont évacués par bus de la Ghouta orientale, le 25 mars 2018 (AFP).

Traduit et actualisé de l’anglais (original) par Dominique Macabies.