Opinions

Quelques mois seulement après le soulèvement de 2011, la politique britannique s’est immiscée en Syrie et contribue depuis à prolonger et à radicaliser la guerre dévastatrice qui sévit dans le pays

Mark Curtis

La récente décision de justice interdisant à un couple d’appeler son enfant Jihad prouve qu’en France, porter un nom à consonance étrangère, et plus spécifiquement d’origine arabo-musulmane, peut induire préjudices et discriminations

Hanane Karimi

La Marche du retour offre une excellente occasion de reconstruire le mouvement national palestinien et de mettre fin au processus de normalisation des relations entre Israël et les pays arabes

Basheer Nafi

Toute nouvelle contrainte empêchant de réagir à une agression israélienne ne fera qu’encourager davantage d’atteintes contre l’Iran et les Iraniens. L’Iran ripostera en légitime défense

Seyed Mohammad Marandi

Alors que l’actualité lourde au Moyen-Orient fait état d’une aggravation de la situation sécuritaire, le moment semble venu pour la France d’impulser une nouvelle dynamique diplomatique pour sortir de certaines impasses

Nabil Ennasri

Bien qu’elle ait montré que les États-Unis et la Russie maintiennent des canaux de communication efficaces, la récente escalade militaire en Syrie a mis en évidence un niveau dangereux de volatilité mondiale

Alexey Khlebnikov

Il est peu probable que le régime syrien tolère la présence de troupes arabes dans le pays comme il l’a fait avec l’armée américaine et, en l’absence d’un mandat de l’ONU, les armées arabes serait traitées comme des forces d’occupation

Samer Abboud

La décision d’Erdoğan d’organiser des élections législatives et présidentielles surprises en juin laisse l’opposition dans le désarroi et ouvre la voie à une concentration accrue de ses pouvoirs

David Barchard

Les signes ne trompent plus : le retour du maréchal Khalifa Haftar sur la scène politique libyenne paraît définitivement compromis. Mais le remplacer n’est pas une mince affaire. La guerre pour la succession du maréchal a commencé, et avec elle, la prolongation des incertitudes libyennes

Barah Mikaïl

Tout est parti d’une jeune colère et d’un désir indomptable de liberté. Des étudiants de Tizi-Ouzou avaient allumé l’étincelle et, 38 ans plus tard, le legs du Printemps berbère est plus que jamais à réinventer

Sarah Haidar