Haftar bloque l'entrée des navires étrangers dans les eaux libyennes

Haftar bloque l'entrée des navires étrangers dans les eaux libyennes

#CriseLibyenne

Pour marquer son opposition au déploiement des navires italiens jusque dans les eaux libyennes pour lutter contre la migration clandestine, le maréchal Khalifa Haftar a donné des ordres aux bases navales de Tobrouk, Benghazi et Ras Lanouf

AFP's picture
03 août 2017
Last update: 
Thursday 3 August 2017 17:17 UTC
Last Update French: 
03 août 2017

Le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est libyen et chef d'une force autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL), a ordonné à ses troupes d'empêcher l'entrée de navires étrangers dans les eaux libyennes, selon un porte-parole.

« Le maréchal Khalifa Haftar a donné des ordres à l'état-major de la marine d'empêcher l'entrée de tout navire étranger dans les eaux territoriales libyennes sans autorisation de l'ANL », a indiqué jeudi à l'AFP Khalifa al-Obeidi, porte-parole du commandement général de l'ANL.

Le maréchal Haftar, ainsi qu'un exécutif parallèle basé dans l'Est de la Libye, contestent la légitimité du gouvernement d'union nationale (GNA) et de son chef, le Premier ministre Fayez el-Sarraj, installé à Tripoli et qui est le seul reconnu par la communauté internationale. 

À LIRE : Si vous voulez la paix en Libye, évitez la partition et acceptez le partage du pouvoir

« Les ordres ont effectivement été donnés aux bases navales de Tobrouk, Benghazi », dans l'est du pays et à celle « de Ras Lanouf », au centre, a encore précisé Khalifa al-Obeidi.

Les forces loyales à Khalifa Haftar contrôlent une vaste zone s'étendant de la frontière égyptienne à l'est jusqu'au centre du pays. Cette zone comprend une portion de 1 300 kilomètres de long sur le littoral libyen qui donne sur la mer Méditerranée.

Le maréchal Haftar a donné ces directives en réaction à l'annonce par l'Italie de son intention de déployer des navires jusque dans les eaux nationales libyennes, a expliqué Khalifa al-Obeidi.



Des milliers de migrants sont morts en essayant d’atteindre l’Europe depuis l’Afrique (AFP)

Par cette décision, le puissant maréchal Haftar entend marquer son opposition à ce qui a été convenu entre son rival le chef du GNA, Fayez el-Sarraj, et l'Italie en termes de soutien technique et naval dans le cadre de la lutte contre la migration clandestine et les trafiquants d'êtres humains.

Des trafiquants profitent du chaos qui règne en Libye depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 pour faire passer chaque année des dizaines de milliers de migrants à destination de l'Italie, en leur demandant d'importantes sommes d'argent.

Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 111 000 migrants sont arrivés en Europe par la mer depuis le premier janvier, dont près de 95 000 en Italie. Plus de 2 385 sont morts en tentant la traversée.