L’accolade algéro-marocaine embrase les réseaux sociaux

L’accolade algéro-marocaine embrase les réseaux sociaux

#Diplomatie

Alors qu’Alger et Rabat, irréconciliables sur la question du Sahara Occidental, se livrent sans répit une véritable guerre diplomatique, c’est main dans la main que les deux ministres des Affaires étrangères se sont affichés ce dimanche à Alger

Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères (à gauche), dans les bras de son homologue algérien Abdelkader Messahel à Alger le 21 janvier 2018 à l'ouverture de la La quatorzième conférence ministérielle du Dialogue 5+5 (capture d'écran)
MEE's picture
21 janvier 2018
Last update: 
Monday 22 January 2018 11:34 UTC
Last Update French: 
22 janvier 2018

On les avait quittés fâchés. Abdelkader Messahel (le ministre algérien des Affaires étrangères) accusant la Royal Air Maroc de transporter autre chose que des passagers – sous-entendu, du haschich. Les Marocains ripostant avec une campagne publicitaire se moquant des Algériens, qui, eux, ne s’étaient pas qualifiés pour la Coupe du monde de football de 2018 en Russie.



Affiche de la Royal Air Maroc après la qualification des Lions de l'Atlas pour la Coupe du monde de football en Russie du 14 juin au 15 juillet prochains (capture d'écran)

Plus récemment encore, samedi 20 janvier, le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia s’était lui emparé du sujet de la drogue et des Marocains. « Tout le monde sait où se trouve le haschich en Afrique du Nord. Il ne nous vient pas d’Afghanistan », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse après une réunion du conseil national de son parti, le Rassemblement national démocratique (RND).

Mais voilà, tout semble oublié. Du moins dans les apparences. Alors que ce dimanche 21 janvier, Alger accueillait le Dialogue 5+5 (regroupant Algérie, Maroc, Tunisie, Libye et Mauritanie pour la rive sud de la Méditerranée et l'Italie, la France, l'Espagne, le Portugal ainsi que Malte pour la rive nord), c’est dans les bras l’un de l’autre que sont tombés Abdelkader Messahel, ministre algérien des Affaires étrangères, et Nasser Bourita, son homologue marocain.

La photo a été publiée sur le compte Twitter du chef de la diplomatie algérienne, suscitant de nombreuses réactions.

Si les autres ministres ont également été accueillis par de chaleureuses accolades, Nasser Bourita peut aussi se prévaloir d’avoir… tenu la main d’Abdelkader Messahel, comme en témoigne une autre photo largement partagée sur les réseaux sociaux.

Il en faudra toutefois plus pour, au-delà de cette amitié affichée, rapprocher les positions irréconciliables d’Alger et Rabat sur la question du Sahara Occidental, dont le Maroc refuse de reconnaître l’indépendance.

« La question de la République arabe sahraouie est fondamentale pour l'Algérie. Abandonner le peuple sahraoui à son sort serait un reniement des principes qui ont mené à l'indépendance de l'Algérie et ce serait désavouer l'ONU et ses résolutions », soulignait en octobre dernier un diplomate algérien à MEE

À LIRE : L’Algérie et le Maroc, plus que jamais frères ennemis

La quatorzième conférence ministérielle du Dialogue 5+5 qui se tient à Alger doit permettre de réfléchir à des solutions concrètes et opérationnelles aux défis qui se posent aux pays concernés (menaces sécuritaires, migration, développement économique et social, etc.).

Participent également à cette conférence, le secrétaire général de l'Union du Maghreb arabe (UMA), le secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée (UPM) et le commissaire européen en charge de la politique européenne de voisinage et des négociations d'élargissement, partenaires à ce dialogue.



Caricature de Dilem dans le quotidien Liberté du lundi 22 janvier 2018 (capture d'écran)