L’ONU impute la forte baisse de l'aide humanitaire aux Palestiniens à l’occupation israélienne

L’ONU impute la forte baisse de l'aide humanitaire aux Palestiniens à l’occupation israélienne

#OccupationPalestine

« L'occupation a empêché cette aide de se traduire par des progrès concrets en matière de développement », dénonce la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement

La colonie israélienne de Maale Adumim, située entre Jérusalem et Jéricho (AFP)
AFP's picture
13 septembre 2017
Last update: 
Wednesday 13 September 2017 9:28 UTC
Last Update French: 
13 septembre 2017

L'aide des donateurs aux Palestiniens a chuté de 38 % entre 2014 et 2016, selon un nouveau rapport de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (CNUCED) publié mardi.

Ce rapport, qui dénonce l'aggravation de la pauvreté dans les territoires palestiniens occupés depuis 50 ans par Israël, ajoute que ce recul s'explique en partie par le fait que « l'occupation a empêché cette aide de se traduire par des progrès concrets en matière de développement ».

Devant cette situation, la CNUCED lance un appel à la « communauté internationale » pour qu'elle « assume la responsabilité qui lui incombe d'aider le peuple palestinien à résister aux graves difficultés suscitées par l'occupation de longue durée ».

La CNUCED dresse un constat sans appel de cette occupation, qualifiée de la « plus longue de l'histoire récente ».

« Pendant ces cinq décennies, le peuple palestinien a vu son développement régresser, son potentiel humain réprimé et son droit au développement nié », écrit la CNUCED, qui considère qu'il s'agit d'une « histoire sans fin ».

L'occupation israélienne a « asphyxié les secteurs agricole et industriel », relève le rapport, qui précise que la production agricole a chuté de 11 % en 2016 et que la part de ce secteur dans le produit intérieur brut (PIB) a reculé à 2,9 % (3,4 % en 2015).

En outre, indique la CNUCED, le taux de chômage des jeunes (27 % en Cisjordanie occupée, 56 % à Gaza) est « une menace pour l'avenir du peuple palestinien ».

Les jeunes chômeurs sont marginalisés, ce qui décourage « l'investissement dans l'éducation », et « prive l'économie d'entrepreneurs et de créateurs ».

À LIRE : Destruction : la rentrée scolaire dans les territoires palestiniens occupés

En 2017, relève aussi la CNUCED, Israël a accéléré la construction de colonies de peuplement et annoncé la construction d’un plus grand nombre de logements dans les colonies. En 2016, la construction de logements dans ces colonies était déjà supérieure de 40 % à 2015.

Le nombre de colons a plus que doublé depuis 1995 et est compris actuellement entre 600 000 et 750 000 personnes.

Par ailleurs, en 2016, les autorités israéliennes ont démoli le plus grand nombre de constructions palestiniennes en Cisjordanie depuis 2009. Il s'agit notamment de structures financées par l'assistance humanitaire, comme des abris et des tentes, des réservoirs d'eau et des équipements de base nécessaires à la survie.

La situation est particulièrement douloureuse à Gaza, dont le PIB par habitant a chuté de près de 23 % depuis 1995.

« Aujourd'hui, 80 % de la population de Gaza reçoit une aide alimentaire, et la moitié de la population est en situation d'insécurité alimentaire », selon la CNUCED.