La Tunisie expulse le prince marocain Moulay Hicham

La Tunisie expulse le prince marocain Moulay Hicham

#Tunisie

Venu vendredi à Tunis pour animer une conférence sur la transition démocratique en Tunisie, le prince Moulay Hicham, cousin du roi du Maroc Mohammed VI, a été expulsé

Hicham Alaoui s'est « refusé à spéculer » sur les possibles raisons de cette expulsion (AFP)
AFP's picture
10 septembre 2017
Last update: 
Sunday 10 September 2017 7:50 UTC
Last Update French: 
10 septembre 2017

Le prince Moulay Hicham, cousin du roi du Maroc Mohammed VI, a été expulsé vendredi de Tunisie où il était venu participer à une conférence universitaire, a-t-il indiqué samedi à l'AFP.

« Des éléments de la police sont venus me chercher à mon hôtel, peu après mon arrivée sur place hier à la mi-journée », a déclaré Moulay Hicham, qui vit aux États-Unis.

Il était arrivé le jour même à Tunis pour une conférence dans le cadre d'un forum organisé par l'Université de Stanford et consacré notamment à la transition tunisienne après les Printemps arabes de 2011.

« J'ai été conduit à l'aéroport, où là j'ai exigé un document justifiant mon expulsion, alors que je n'ai commis aucune infraction », a-t-il expliqué.

« Les policiers étaient embarrassés, ils ont évoqué oralement une ‘’décision de souveraineté’’ et ont finalement consenti à annuler sur mon passeport mon tampon d'entrée dans le pays », a-t-il précisé

À LIRE : Pour le prince Hicham Alaoui, le roi du Maroc et les islamistes sont « des frères siamois »

« Nos échanges sont restés très courtois, mes interlocuteurs ont été professionnels », a fait observer Moulay Hicham, finalement mis sur un vol d'Air France vers Paris, et qui s'est « refusé à spéculer » sur les possibles raisons de cette expulsion.

« J'étais venu [à Tunis] pour parler du défi de la consolidation de la transition démocratique tunisienne », a-t-il simplement souligné, appelant également au « respect la liberté académique ».

Sollicité par l'AFP, le ministère tunisien de l'Intérieur n'a fait aucun commentaire.

« C'est un coup dur pour la démocratie tunisienne », a jugé pour sa part Houssem Aoudi, l'un des organisateurs de la conférence du Center on Democracy, Development and the Rule of Law de l'Université de Stanford, à laquelle devait participer Moulay Hicham.

Cousin germain de Mohammed VI, surnommé parfois le « Prince rouge » pour son regard critique sur la monarchie marocaine, Moulay Hicham vit aux États-Unis, où il est chercheur à l'Université d'Harvard et dirige une fondation à son nom.