Syrie : d’anciens détenus racontent la torture et le trafic d’organes dans les prisons

Syrie : d’anciens détenus racontent la torture et le trafic d’organes dans les prisons

#GuerreSyrie

Plus de 12 500 personnes ont péri dans les prisons syriennes en cinq années de guerre, d’après les défenseurs des droits de l’homme. MEE a recueilli les témoignages de deux survivants

Les prisonniers de la prison centrale de Damas relâchés le 11 juin 2014. Les familles de certains détenus doivent payer des pots-de-vins très élevés pour assurer leur libération (AFP)
- Lizzie Porter's picture
28 août 2016
Last update: 
Monday 29 August 2016 13:25 UTC
Last Update French: 
29 août 2016

STOCKHOLM - Omar al-Shogre avait 17 ans lorsqu’ils sont venus le chercher. Ce jour d’automne 2012, alors que l’on récoltait les olives et que les abricotiers du jardin familial perdaient leurs feuilles, fut son dernier moment de liberté pendant presque trois ans.

Omar allait passer le reste de son adolescence dans onze prisons syriennes au total, et subir des actes de torture d’une multitude d’agents appartenant au sinistre et perfectionné appareil de sécurité du gouvernement. « Je pourrais boire leur sang », confie Omar à Middle East Eye, à Stockholm où il réside maintenant, la voix trahissant sa soif de vengeance.

Sa famille a participé au soulèvement de 2011 contre le gouvernement de Bachar al-Assad dans la province de Tartous, sur la côte méditerranéenne syrienne. Ils faisaient partie d’une minorité sunnite au cœur du groupe alaouite dominant au gouvernement. Omar n’a pas su pourquoi il avait été arrêté. Ses interrogateurs l’ont ensuite forcé à avouer de fausses opérations de faux et usage de faux.

À Tartous, il a été torturé par électrocution – au niveau du cou, des bras, des jambes et des parties génitales. Dans d’autres circonstances, les prisonniers étaient contraints de manger du sel avant de se voir offrir un peu d’eau pour soulager leur soif. Mais leur pénis était alors ficelé, ce qui les empêchait d’uriner et leur causait d’intenses douleurs aux reins.



Omar, pris récemment en photo à Stockholm, après s’être échappé de prison (MEE)

On l’a ensuite déplacé à la section 215, connue comme la « Brigade du Raid », rue du 6-Mai à Damas, à moins de 5 kilomètres de la Grande Mosquée des Omeyyades et dans un quartier entouré de centres commerciaux et d’hôtels. Omar allait passer l’année suivante derrière ces murs.

C’est là qu’il a commencé à comprendre le sens du mot « faim » : les prisonniers n’avaient bien souvent rien à manger pendant plusieurs jours. Puis, on leur servait quelques pommes de terre et des œufs, mais souvent recouverts de sang ou de moisissures. « Tout cela a duré des mois », raconte Omar. « On avait tellement faim qu'on en pleurait. »

Il y avait toujours des tortures supplémentaires les jours de fête, lors des fêtes musulmanes de l’Aïd al-Fitr et l’Aïd al-Adha, par exemple, ou encore la fête des mères. Des « fêtes de la torture », comme les avait appelées Omar.

Le père du jeune homme a été tué lors du massacre d’al-Bayda en mai 2013, au cours duquel des centaines de sunnites ont été assassinés. Les cousins d’Omar, Bashir et Rashad, qui avaient été arrêtés avec lui, sont tous les deux morts en prison.

Mais il n’y avait pas d’énergie à perdre pour la tristesse et le deuil. Omar a plutôt choisi de se créer une famille autour de lui dans la section 215. « C’était la meilleure école », souligne-t-il.

Lorsque les amis disparaissaient tout simplement

Les prisonniers avaient des nationalités et des origines différentes. Ils partageaient leurs compétences, professions et langues. Ils apprenaient à répartir leurs toutes petites rations de nourriture avec les fils des uniformes militaires qu’ils étaient obligés de porter et à tuer les poux qui avançaient lentement sur leur corps.

Omar se souvient de deux détenus avec une tendresse toute particulière : Bara’a Manieh, de la campagne de Damas, était un meneur naturel et il était « toujours heureux ». Radwan al-Eisa, originaire de Hama, était devenu un ami très proche. Mais avec le temps, les deux ont été emmenés par des officiers. Leurs orteils ont été brûlés avec de l’acide et on leur a crevé les yeux. Personne ne les a jamais revus vivants.

La dernière prison que connu Omar fut la célèbre prison de Saidnaya, au nord de Damas. Lors de la « fête de bienvenue », comme la décrit désormais l’homme de 21 ans avec un sourire triste, il fallait mordre les composants en métal d’une cuve. « Rien que ça revenait à deux ans passés dans la section 215 », précise-t-il à MEE.

L’une de ses nombreuses « missions » était de se débarrasser des corps morts de ses codétenus. Un jour, il a vu une pièce remplie de cadavres. Aucun ne présentait les signes habituels de torture mais il y avait de larges plaies à la place de leur cœur, de leur foie et de leurs reins. Tout semblait désigner un vaste trafic d’organes.

Il était interdit de prier et de lire le Coran. Omar récitait donc ses sourates et ses versets dans sa tête. Il composait aussi des poèmes et des chansons dont il se souvient encore parfaitement même si depuis, il s’est lancé de nouveaux défis : celui d’apprendre le suédois, qu’il parle désormais couramment, et de travailler à Stockholm.



Rashad (à gauche) et Bashir, les cousins d’Omar, décédés en prison (MEE)

S’il a pu fuir en Europe, c’est uniquement parce ce que sa mère a payé un pot-de-vin de 15 000 dollars à des officiers de sécurité syriens.

Omar pesait 35 kg lorsqu’il est sorti de prison. Il est revenu maintenant à ses 53 kg. Ses poumons ont été endommagés par la tuberculose contractée dans la prison Saidnaya. Dans un sens, ce fut une bonne chose, car lorsqu’il a quitté la Syrie et la Turquie, les officiers de police, le voyant vomir du sang, partaient à toute vitesse, de peur d’être contaminés.

Omar confie qu’il se sent maintenant « très heureux », « très bien ». Mais sa mère lui manque, tout comme ses frères et ses sœurs en Turquie, et sa famille de codétenus – ceux qui sont morts et ceux qui vivent encore l’enfer de la prison.

Omar répète sans cesse : « Bienvenue en Syrie ». Et il espère que le monde comprendra ce qu’il veut dire.

« La mort est une échappatoire à la douleur »

Yehia Rashid al-Salim, de Palmyre, ressent encore la douleur des coups. Installé aujourd’hui en Grèce, en espérant se réinsérer en Europe, il vit avec les cicatrices visibles des tortures subies, qu’il a montrées à MEE. Ce qu’il n’a pas pu montrer, ce sont les sinistres souvenirs ancrés dans sa mémoire.

« Il nous aurait été impossible de nous soulever comme l’ont fait les prisonniers de Hama ou de Souwayda », raconte-t-il à MEE en faisant référence aux récentes explosions de violence et aux mutineries dans deux prisons syriennes connues.

Yehia était détenu dans un centre de sécurité militaire où il était quasiment impossible de protester. « Personne n’osait se rebeller », a-t-il ajouté. « J’espère que les détenus de Hama réussiront à s’imposer – mais c’est impossible face aux forces de sécurité criminelles et prédatrices du régime ».

Cet ancien employé du ministère de l’Agriculture avait été arrêté à Palmyre – appelée Tadmor en arabe – alors qu’il rendait visite à son oncle le 19 octobre 2013, juste après avoir célébré l’Aïd al-Adha. 

Il a été emmené à la section de la Sécurité militaire et y a été torturé pendant 22 jours. On l’accusait d’avoir rencontré l’Armée syrienne libre à Raqqa. Il clamait pourtant son innocence auprès de ses interrogateurs.

Yehia, qui a trois enfants âgés de 12, 10 et 6 ans, raconte à MEE avoir subi la méthode de torture appelée « al-Shabeh » (fantôme) : le prisonnier, mains menottées, est suspendu au plafond de sa cellule, à quinze centimètres du sol. Il est ensuite battu.

Il a ensuite été transféré à la section de Police militaire de la ville de Homs, puis à la « Section Palestine », célèbre prison à Damas où il subissait des tortures trois à quatre fois par jour.

La vie en cellule était « révoltante ». Les détenus étaient contraints de rester nus et les maladies infectieuses se propageaient rapidement. La tuberculose, les poux et la gale causaient des infections et faisaient des morts quasiment tous les jours.

« Le geôlier entrait et demandait ‘’Combien y a-t-il de morts aujourd’hui ?’’ », témoigne Yehia. « Nous mettions les corps au niveau de la porte de la cellule et ils étaient ensuite transportés dans un endroit inconnu. »

« Les plus chanceux mouraient, car la mort était un réel soulagement. Je souhaitais la mort à chaque prisonnier dès que c’était son tour. La mort était une manière d’échapper aux supplices, à la douleur, à la faim, à l’oppression, à l’humiliation, à tout ce qui se passait à l’intérieur ».

A l’hôpital de la police, les médecins ont diagnostiqué la tuberculose à Yehia. La maladie s’est avérée être son ticket de sortie – il a été libéré le 12 juin 2014, à la faveur d’une nouvelle loi prévoyant la libération des prisonniers souffrant de maladies graves.

Yehia a dépensé 75 000 livres syriennes, soit près de 3 500 dollars pour quinze jours de traitement dans un hôpital privé de Damas.

D’autres cliniques avaient refusé de le prendre au prétexte qu’il s’agissait d’un ancien prisonnier : le personnel avait peur des forces de sécurité. Lorsqu’il fut suffisamment robuste, Yehia quitta la capitale et se remit sur pied à Tadmor.

Mais à ce moment-là, l’EI avait commencé à menacer la ville, alors il décida de s’enfuir dans la province nord d’Idlib. Quelques mois plus tard, Yehia se retrouva dans le camp d’Idomeni, une ville de fortune pour quelque 10 000 réfugiés à la frontière gréco-macédonienne, fermée en mai dernier.

À son arrestation, il pesait 92 kg. Même après le temps de récupération depuis sa sortie de prison, il ne fait aujourd’hui que 67 kg. Il a mal au dos et a des problèmes nerveux aux mains et aux pieds dus aux violents coups reçus.

« Je porte encore aujourd’hui des cicatrices et des marques dans le dos. Je veux montrer les violences de ce régime criminel. Jusqu’à présent, je n’en ai pas eu l’occasion. Je veux que le monde voit ce qu’il se passe, toutes les violations du régime d’al-Assad envers les prisonniers. »

Crimes de guerre et impunité

Omar et Yehia font partie des dizaines de milliers de personnes détenues dans les prisons du gouvernement en Syrie, avant et pendant le conflit actuel qui a débuté en mars 2011.

Au cours des cinq dernières années, plus de 12 500 personnes sont mortes sous la torture dans les prisons, d’après le Réseau syrien pour les droits de l’homme.

Le gouvernement de Bachar al-Assad est responsable de 99 % de ces victimes, selon un rapport spécial publié en juin par le groupe de surveillance. D’autres civils – dont des femmes et des enfants – sont morts entre les mains du groupe EI et de Jabhat Fateh al-Sham, l’ancien Front al-Nosra.

Les preuves des actes de torture et les décès dans les prisons du gouvernement syrien sont de plus en plus nombreuses. En février, un rapport de la Commission d’enquête internationale des Nations unies, « Out of sight, out of mind (loin des yeux, loin du cœur », assimilent les actions du gouvernement à des crimes de guerre.

Les prisonniers « sont battus à mort ou décèdent à la suite de blessures graves provoquées par des actes de torture », souligne le rapport.

« Le gouvernement a commis des crimes contre l’humanité, exterminations, meurtres, viols ou autres formes de violences sexuelles, actes de torture, emprisonnements, disparitions forcées et bien d’autres actes inhumains. Basés sur la même conduite, des crimes de guerre ont également été commis. »

Le droit international des droits de l’homme prévoit que les gouvernements doivent enquêter sur les décès des prisonniers sous son contrôle, et l’État en question peut être tenu pour responsable des morts s’il ne respecte pas cette obligation.

Les crimes, les actes de torture et les exécutions sans procédure régulière sont formellement interdits par les Conventions de Genève de 1949, que la Syrie a ratifiées.

Mais selon la législation nationale, le pays accorde une large immunité à ses services de sécurité et à sa police tout comme au président. Le rapport des Nations-unies a conclu que les « décès survenus en prison sont forcément connus des cadres supérieurs militaires. »

Des certificats de décès établissant que les prisonniers ont perdu la vie à la suite de « causes naturelles » ou d’une « crise cardiaque » sont adressés aux membres des familles, qui se voient régulièrement empêchés de récupérer les corps de leurs proches. Ces corps sont souvent présumés incinérés dans des fosses communes.

Le rapport de la commission a indiqué que cela faisait partie d’une « procédure centralisée et systémique » qui « cache efficacement les abus du système à l’encontre des détenus et les preuves des crimes perpétrés par les agents de l’État. »

Les conclusions du Réseau syrien des droits de l’homme concordent aussi avec ceux de la Commission des Nations-unies, qui a interviewé 621 personnes et recueilli les témoignages d’Omar et de Yehia. Le groupe accuse le gouvernement syrien de nier les actes de torture et d’accuser Al-Qaïda et d’autres groupes armés.

Le président du groupe, Fadel Abdul Ghani, a précisé : « Nous attendons toujours que le monde libre aille plus loin pour protéger l’humanité en Syrie, maintenant que ce mécanisme est démasqué. »

Mohammed Hassan al-Homsy a participé à ce reportage.

 

Traduit de l’anglais (original) par Stiil