Tunisie : Zarzis se mobilise contre un bateau qui veut empêcher le sauvetage des migrants

Tunisie : Zarzis se mobilise contre un bateau qui veut empêcher le sauvetage des migrants

#Tunisie

Le navire loué par Génération identitaire, dont le but est d’entraver le sauvetage des migrants en Méditerranée, doit arriver à Zarzis, près de la frontière libyenne. Le port se mobilise pour le bloquer

Le C-Star, bateau "anti-migrants", parti en juillet de Djibouti (Facebook)
MEE et agences's picture
06 août 2017
Last update: 
Sunday 6 August 2017 10:23 UTC
Last Update French: 
06 août 2017

ZARZIS, Tunisie - Des pêcheurs se sont rassemblés dimanche dans le port de Zarzis dans le sud-est de la Tunisie pour « dire non » à un éventuel accostage d'un bateau affrété par des militants d'extrême droite pour lutter contre l'immigration clandestine vers l'Europe.

« Nous sommes en train de suivre ses mouvements sur internet et à 80 % il se dirige vers Zarzis », ville proche de la frontière libyenne, a dit à l'AFP le président de l'Association des marins pêcheurs, Chamseddine Bourassine.

S'il s'approche du port, « nous allons fermer le canal qui sert au ravitaillement. C'est la moindre des choses vu ce qui se passe en Méditerranée, la mort de musulmans et d'Africains » en mer, a-t-il ajouté.

« Comment ? Nous, laisser entrer des racistes ici ? Jamais », a de son côté dit à l'AFP un responsable du port de Zarzis sous couvert de l'anonymat.

Vendredi, l'ONG Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) s'est dite opposée à ce que le C-Star « accoste dans les ports tunisiens » et a appelé « le gouvernement à ne pas coopérer avec son équipage raciste et dangereux ».

Ce bateau, le C-Star, a été affrété par le réseau européen Génération identitaire et en particulier ses antennes française, italienne, autrichienne et allemande. L'objectif de son opération « Defend Europe » (Défendons l'Europe) est d'intercepter et de reconduire vers la Libye les bateaux qui transportent des migrants clandestins.

À LIRE : À Zarzis, même pas un cimetière où enterrer les corps des migrants

Les gardes-côtes italiens considèrent que la Libye n'offre pas de « port sûr » au regard du droit maritime et organisent toujours le transfert vers l'Italie des migrants secourus sous leur coordination.

Le 29 juillet, des dizaines de personnes avaient manifesté dans le port de Catane, en Sicile, contre l’arrivée du même bateau, parti de Djibouti vers la mi-juillet.

Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 111 000 migrants sont arrivés en Europe par la mer depuis le premier janvier, dont près de 93 500 en Italie. Plus de 2 360 sont morts en tentant la traversée.