Opinions

L’ordre économique international semble voir d’un très mauvais œil toute velléité d’autosuffisance ou d’indépendance agricole. Demandez donc aux fermiers tunisiens

Belen Fernandez

Vingt-cinq ans après la mort du président algérien Mohamed Boudiaf, son fils lui rend hommage dans une lettre envoyée à Middle East Eye, et s’engage à relancer le projet de société conçu par son père, le Rassemblement national

Nacer Boudiaf

La confrontation croissante entre les États-Unis et la Russie dans l’est de la Syrie, à laquelle s’ajoute l’escalade des tensions entre l’Arabie saoudite et l’Iran, pourrait déborder et se transformer en conflit

- Shahir Shahidsaless

Le Hamas ne figure pas parmi les exigences présentées au Qatar. Quelques jours avant, un homme fort du Fatah a conclu un accord avec un des chefs du mouvement, sans que le Hamas soit au courant. Maintenant, le Hamas risque d’imploser

- David Hearst

Grâce aux marchés asiatiques, à ses alliés militaires et à un gazoduc essentiel, Doha conserve un certain pouvoir contre ses adversaires dans le cadre de la crise actuelle

Paul Cochrane

La position du Qatar reste plus forte qu’il n’y paraît. Grâce à des capacités de financement suffisantes pour survivre au blocus et de nombreux amis d’Ankara à Téhéran, il pourrait bien déjouer ses ennemis au Conseil de coopération du Golfe

Christopher M Davidson

La crise du Golfe est une bataille dont les racines résident dans la première vague avortée du Printemps arabe. Jusqu’à présent, les despotes arabes ont réussi à freiner le changement démocratique dans la région, mais leurs dernières tactiques en date comportent des risques beaucoup plus élevés

- Soumaya Ghannoushi

L’homme consacré gouvernera d’une main de fer, appliquera des politiques économiques imprévisibles et provoquera probablement de nouveaux incendies dans la région

Madawi Al-Rasheed

Lorsque le roi Salmane et son fils Mohammed sont arrivés au pouvoir, il existait l’espoir qu’ils puissent unir les sunnites et fournir un leadership qui faisait cruellement défaut. Au lieu de cela, ils l’ont peut-être irrémédiablement fragmenté

- David Hearst

La décision offensive d’élever Mohammed ben Salmane comme le suivant dans l’ordre d’accession au trône saoudien devrait alerter Washington et Londres sur ce prince qui mène des guerres par caprice

Jamal Elshayyal