Les Égyptiens préfèrent les blondes ? Au Caire, une statue de Marilyn Monroe suscite l’indignation

Les Égyptiens préfèrent les blondes ? Au Caire, une statue de Marilyn Monroe suscite l’indignation

#Culture

Selon la critique, plutôt sévère, la statue de l’icône, à l’opéra du Caire, ne lui ressemble en rien

La statue de Marilyn Monroe à l’Opéra du Caire, créée par l’artiste Ehab al-Asyuti (avec l’aimable autorisation d’Ehab al-Asyuti)
Mohamed Mahmoud's picture
10 juillet 2017
Last update: 
Monday 10 July 2017 14:23 UTC
Last Update French: 
10 juillet 2017

Le Caire – Une statue de l’actrice américaine Marilyn Monroe, qualifiée de « moche », disproportionnée et accusée de ne ressembler rien à l’icône blonde, suscite la polémique en Égypte.

Le mois dernier, la statue créée par Ehab al-Asyuti, directeur du département de sculpture à l’Université de Minya en Haute-Égypte, a été érigée devant l’opéra du Caire dans le cadre de son exposition.



La statue, qui coûte 7 000 livres égyptiennes (environ 345 euros) devait être une réplique de la statue de huit mètres de haut se trouvant à Chicago, devenue une attraction touristique devant laquelle de nombreuses personnes se prennent en photo.

La statue originale représente Marylin Monroe en train d’essayer de rabaisser sa robe, soulevée par un coup de vent au-dessus d’une bouche de métro. La fameuse image de Marilyn Monroe est tirée d’une scène de son film hollywoodien de 1995, « Sept ans de réflexion ».



Un touriste prend en photo la statue « Forever Marilyn » représentant l’actrice Marilyn Monroe à Palm Springs, en Californie (AFP)

Sur les réseaux sociaux, les critiques ont exprimé leur mépris et déclaré que la statue ne peut en aucun cas être comparée à celle de Chicago.

Traduction : « L’image à droite montre la vraie statue de Marilyn, celle à gauche est la version égyptienne devant l’opéra. [Elle ressemble à] une publicité pour une crème pour soigner les éruptions cutanées »

Traduction : « L’opéra égyptien a créé une statue de Marilyn Monroe. On dirait que la Marilyn égyptienne souffre de diabète et que l’artiste l’a surprise au moment où elle se rendait aux toilettes »

D’autres personnes ont déclaré que l’actrice s’est retournée dans sa tombe lorsque la statue a été dévoilée.

Traduction : « Ils affirment que ceci est une statue de Marilyn Monroe devant l’Opéra égyptien, si elle la voit, elle va à nouveau se suicider ! »

D’autres personnes se demandaient pourquoi l’opéra du Caire a décidé de présenter une statue d’une actrice américaine plutôt que celle d’une actrice égyptienne.

Traduction : « Pourquoi mettre une statue de Marilyn Monroe devant l’opéra, pourquoi pas une statue d’Oum Khaltoum, d’Abdel Wahhab, d’Abdel Halim ou de n’importe quel musicien égyptien qui a marqué notre histoire »

D’autres twittos ont partagé les œuvres créées par des étudiants en art représentant des actrices arabes connues comme la comédienne aujourd’hui décédée Mary Moneib, en disant qu’elle était bien plus réussie que la statue de Marilyn Monroe. 

« Aucun goût en art »

Ehab al-Asyuti a été choqué par les réactions suscitées par sa statue, et a déclaré que le problème résidait dans le public plutôt que dans son œuvre.

« Les Égyptiens n’ont malheureusement aucun goût en ce qui concerne l’art de la sculpture, et ils ne savent pas comment l’évaluer »

- Ehab al-Asyuti

« Les Égyptiens n’ont malheureusement aucun goût en ce qui concerne l’art de la sculpture, et ils ne savent pas comment l’évaluer », relève Ehab al-Asyuti, sollicité par Middle East Eye.

Il a admis qu’il y avait quelques « petites erreurs » dans la finition de la statue, « mais je suis content et satisfait du résultat final », ajoute-t-il.

Le sculpteur a également affirmé que la campagne le ciblait lui, et pas seulement la statue.

« La campagne menée contre la statue est exagérée et me cible personnellement », affirme-t-il. « C’est une grande exposition qui comprend 28 statues et a duré dix jours. Ils ont laissé les 28 statues et n’ont fait que critiquer celle de Marilyn Monroe. »

« La campagne menée contre la statue est exagérée et me cible personnellement »

- Ehab al-Asyuti

Selon lui, la statue de quatre mètres de haut devait, à l’origine, être exposée à l’entrée d’un village touristique, mais quelques mois plus tard, les propriétaires ont retiré leur demande et ne l’ont pas payé pour la statue.



La tête sculptée de Marilyn Monroe avant que la statue soit terminée, par l’artiste Ehab al-Asyuti (avec l’aimable autorisation d’Ehab al-Asyuti)

« J’ai donc décidé de l’utiliser comme une statue de bienvenue à mon exposition », précise-t-il.

« Les gens se moquent de la première statue de quatre mètres de haut en Égypte. Il s’agit d’un progrès de l’art de la sculpture en Égypte », conclut-il.

D’autres artistes et experts ont discuté de la question, et ont déclaré que la statue offusquait les artistes égyptiens.



Une employée du musée prend la pose devant les statues du roi Ptolémée II et Arsinoé qui datent d’environ 283-246 avant J.C, au British Museum de Londres (AFP)

« L’aspect catastrophique, c’est que cette statue donne une mauvaise impression de la sculpture en Égypte, et plus particulièrement du fait que nous sommes les descendants des pharaons, pionniers dans cet art », se désole le sculpteur et professeur à la faculté des Beaux-Arts de l’université du Caire, Mohamed Labib.

« Nous sommes les descendants des pharaons qui étaient pionniers dans cet art »

- Mohamed Labib

Les pharaons égyptiens ont créé de magnifiques statues que l’on peut maintenant observer dans des musées du monde entier et qui continuent d’attirer des millions de visiteurs. En mars, une statue de l’ancien pharaon d’Égypte Ramsès II a été retrouvée dans la banlieue très peuplée d’Héliopolis.

« La statue de Marilyn Monroe nous diffame, diffame le travail entier des sculpteurs égyptiens », relève avec colère Mohamed Labib.

Affaf Mostafa, responsable des relations publiques dans une entreprise de production d’art, a déclaré qu’elle entrait désormais à l’opéra par une autre porte pour éviter de voir la statue.

« La statue est vraiment moche et déforme l’image de Marilyn Monroe que nous avons dans nos esprits », assure-t-ell. « J’étais choquée quand je l’ai vue. J’étais sur le point de vomir. C’est affreux, vraiment affreux. »

Affaf Mostafa, qui se rend régulièrement à l’opéra, se dit surprise du fait que l’opéra très respecté ait décidé d’exposer la statue.

Montrer du doigt

Suite à la polémique, l’opéra a également pris ses distances avec la statue.

« La statue est vraiment moche et déforme l’image de Marilyn Monroe que nous avons dans nos esprits »

- Affaf Mostafa

Inas Abdel Dayem, directrice de l’opéra du Caire, a déclaré aux médias locaux le mois dernier que la statue n’avait rien à voir avec le bâtiment, en précisant qu’elle était placée à côté de l’entrée de l’exposition d’arts visuels d’Ehab al-Asyuti. L’exposition a été organisée sous l’égide du département des arts visuels du ministère de la Culture.

Elle ajoute que l’opéra est connu pour ses belles sculptures, qui ont beaucoup de valeur, telles que celles de chanteurs égyptiens et arabes connus, comme Oum Khaltoum, Abdel-Wahhab et Farid al-Atrash.

Ce n’est pas la première fois 

La statue de Marilyn Monroe n’est que la dernière d’une série de statues qui se sont retrouvées au cœur des critiques des Égyptiens.

En septembre, les autorités ont demandé que des changements soient effectués sur une statue située sur la place des Martyrs dans la petite ville de Balayna, dans la province de Sohag, au sud. Elle représentait un soldat égyptien en train d’embrasser une femme – souvent utilisée comme le symbole de l’Égypte. Les utilisateurs des réseaux sociaux étaient outrés, et ont déclaré que la statue ressemblait davantage à un soldat en train d’agresser sexuellement une femme.



Une statue représentant un soldat embrassant une femme dans le village de Balayna a suscité la polémique et a été finalement changé par une femme portant un drapeau égyptien (Twitter)

Une semaine après que les photos de la statue ont émergé, le gouvernement égyptien a décidé qu’il serait interdit d’installer ou de rénover des statues ou des sculptures sur les places publiques égyptiennes tant que les ministères des Antiquités et de la Culture ne menaient pas d’enquête approfondie.

Un haut responsable du gouvernement a déclaré à l’AFP que cette interdiction était imposée en raison de « l’installation répétée de mauvaises statues sur les places du pays, non compatibles avec l’histoire profondément enracinée de l’Égypte ».

L’artiste qui a créé la sculpture, Wagih Hani (60 ans), a défendu son travail, et a déclaré à l’agence de presse Associated Press que le soldat représentait « l’esprit des martyrs » qui protégeait l’Égypte. La statue a été modifiée et représente désormais une femme portant le drapeau égyptien.

En 2015, une statue représentant la reine Néfertiti, dont la beauté est légendaire, a été retirée de l’entrée de la ville de Samalut, à Minya, après avoir été comparée à Frankenstein.

« Malheureusement, notre production n’est pas bonne du tout à l’heure actuelle », remarque Mohamed Labib.

Une experte en arts, qui a souhaité rester anonyme, relève par ailleurs que l’art de la sculpture n’est pas populaire parmi les jeunes générations et fait face à de nombreux défis.

« Les bons sculpteurs sont rares et de moins en moins d’étudiants rejoignent les départements de sculpture. Il n’y a pas de sang neuf et pas de nouvelles idées », note-t-elle.

Selon elle, les jeunes créatifs n’ont aucune motivation à cause du manque d’opportunités.

« Même les jeunes sculpteurs n’ont pas l’opportunité d’avoir leur propre exposition avant l’âge de 40 ans. »

 

 Traduit de l’anglais (original).