Les Twittos se moquent de la liste de conditions remises au Qatar pour la levée du siège

Les Twittos se moquent de la liste de conditions remises au Qatar pour la levée du siège

#TensionsGolfe

Les utilisateurs de Twitter se sont moqués des demandes de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, les comparant à une liste de courses

Les utilisateurs des réseaux sociaux ont comparé la liste saoudienne à une liste de courses (capture d’écran)
MEE's picture
24 juin 2017
Last update: 
Saturday 24 June 2017 12:31 UTC
Last Update French: 
24 juin 2017

Les utilisateurs des réseaux sociaux ont réagi à la liste de conditions formulées par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte pour la levée de leurs sanctions à l’encontre du Qatar, qu’ils accusent de soutenir le terrorisme.

Ces demandent incluent la fermeture d'Al Jazeera, la réduction des relations avec l'Iran et la fin de la coopération militaire avec la Turquie.

Le hashtag arabe « La liste est rejetée » a connu un grand succès sur Twitter, où certains utilisateurs se sont moqués de la liste des quatre pays à l’origine du boycott en ajoutant notamment des exigences saugrenues.

Traduction : « 14 - Le Qatar doit se brosser les dents avant de se coucher ; 15 - Pas de télévision sauf le week-end ; 16 - Le Qatar devra réciter ses tables de multiplication deux fois par mois. »

Traduction : « Condition 9 : changez votre drapeau, nous suggérons le vert clair. »

Certains ont comparé les demandes pour la levée du siège à une liste de courses.

Un utilisateur a déclaré que la crise visait à faire du Qatar « un autre Bahreïn ».

Traduction : La liste est façonnée de manière à créer un autre Bahreïn. Un suiveur, un pion dans les mains de MBS [Mohammed ben Salmane, prince héritier d’Arabie saoudite], alias MBZ [Mohammed ben Zayed al-Nahyane, prince héritier des Émirats arabes unis]

D'autres ont demandé pourquoi les pays boycottés voulaient que la liste reste secrète.

Traduction : « Si leurs demandes étaient sérieuses et formelles, ils auraient dû les annoncer publiquement au lieu de les fuiter sur Twitter. Pourquoi avez-vous peur de discuter de cela devant vos peuples et utilisez-vous Twitter et WhatsApp à la place ? »

Le siège imposé au Qatar est entré dans sa troisième semaine.

Ce samedi, les autorités qataries ont déclaré que les demandes n’étaient pas « raisonnables », ajoutant qu’elles préparaient leur réponse.

Lundi dernier, le ministre des Affaires étrangères, Cheikh Mohammed ben Abdulrahman al-Thani, avait déclaré que le Qatar ne négocierait pas avec les quatre États avant que ceux-ci ne mettent fin aux mesures à son encontre.
 

Traduit de l’anglais (original).