Saad Hariri nommé Premier ministre du Liban

Saad Hariri nommé Premier ministre du Liban

#PolitiqueLibanaise

L’ancien Premier ministre revient à son poste cinq ans plus tard après avoir soutenu son rival politique

Saad Hariri pose pour un selfie avec des journalistes après avoir été nommé Premier ministre (Reuters)
MEE et agences's picture
03 novembre 2016
Last update: 
Wednesday 10 May 2017 10:30 UTC
Last Update French: 
10 mai 2017

Saad Hariri, une personnalité politique du Liban, a été nommé Premier ministre du pays jeudi, un espoir pour un nouveau gouvernement après 29 mois de vacance.

« À la suite des nécessaires consultations parlementaires (...), le président a convoqué jeudi Saad Hariri pour le charger de former le gouvernement », a déclaré Antoine Choukeir, chef de cabinet de la présidence, dans un communiqué lu à la presse.

Cette nomination intervient quelques jours après l’élection de Michel Aoun à la présidence, avec le soutien surprise de Hariri, ce qui a mis fin à un vide présidentiel de plus de deux ans.

Le parlement libanais a élu lundi Michel Aoun, ancien général de l’armée âgé de 81 ans, en tant que président – il a obtenu le soutien de la majorité absolue de la chambre.

Saad Hariri, qui a déjà été Premier ministre, a soutenu de façon surprenante Michel Aoun, ce qui, selon des commentateurs, signifie un changement dans les relations du Liban avec son ancien proche allié, l’Arabie saoudite.

Michel Aoun est l’ancien ennemi politique de Saad Hariri et un allié du Hezbollah, un groupe militant chiite oppose à l’Arabie saoudite.

La présidence d’Aoun sera largement symbolique, car toutes les décisions doivent être approuvées par le Premier ministre.

Hariri, le fils de l’ancien premier ministre assassiné Rafiq Hariri, a été approuvé jeudi par 110 membres du parlement sur 127.

Seuls le mouvement chiite Hezbollah, le parti social nationaliste syrien et le parti Baas libanais – tous partisans du gouvernement syrien – ont refusé de le soutenir comme Premier ministre.

Hariri revient à son poste de Premier ministre cinq ans après l’effondrement de son dernier cabinet, lorsque son rival de longue date le Hezbollah et ses alliés ont retiré leurs ministres d’un gouvernement d’unité qui avait pris des mois à mettre en place.

 

Traduit de l’anglais (original).