Aller au contenu principal

Jared Kushner négocie avec l’Arabie saoudite pour recevoir deux milliards de dollars pour sa société d’investissement 

L’argent proviendra du Fonds d’investissement public d’Arabie saoudite, selon la plateforme de journalisme Project Brazen
Kushner entretient des relations étroites avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (AFP)
Kushner entretient des relations étroites avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (AFP)
Par

Jared Kushner, ancien conseiller de la Maison-Blanche et gendre de l’ancien président américain Donald Trump, serait en train de mener des négociations pour recevoir plus de deux milliards de dollars de l’Arabie saoudite pour sa société d’investissement, selon la plateforme de journalisme Project Brazen.

Project Brazen, fondé par d’anciens journalistes du Wall Street Journal, a indiqué que l’argent proviendrait du Fonds d’investissement public (PIF) de Riyad, présidé par le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, et que la somme versée à la société d’investissement pourrait éventuellement atteindre jusqu’à cinq milliards de dollars. Mais la projection d’augmentation de ce fonds n’est pas encore claire.

Le « Davos du désert » révèle les accointances saoudiennes de Jared Kushner 
Lire

Des sources ont déclaré aux journalistes que Kushner discutait de la manière de limiter l’impact de l’Arabie saoudite comme investisseur clé dans sa nouvelle société d’investissement.

L’ambassade saoudienne à Washington n’a pas répondu aux demandes de commentaires adressées par Middle East Eye.

L’information selon laquelle l’ancien conseiller de la Maison-Blanche créait sa propre société d’investissement, Affinity Partners, en perspective de quitter l’arène politique, a circulé en juillet. Reuters a rapporté à l’époque qu’il cherchait à ouvrir un bureau en Israël.

Relations étroites

Kushner a tissé des relations étroites avec plusieurs personnalités de premier plan à travers le Moyen-Orient, dont Mohammed ben Salmane, avec lequel il communique depuis des années par le biais notamment d’e-mails et de SMS, selon un article du New York Times.

Pendant son mandat dans l’administration Trump, la famille royale saoudienne lui a offert deux épées et un poignard d’une valeur de près de 48 000 dollars, qu’il a dû verser au gouvernement américain après avoir quitté ses fonctions.

Davos du désert : malgré les critiques, les milieux d’affaires se jettent dans les bras de MBS
Lire

Le gendre de Trump a également joué un rôle dans l’élaboration des accords de normalisation entre Israël et quatre pays : les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc.

Plus tôt cette année, il a fondé l’Institut des accords d’Abraham pour la paix, qui se concentrera sur la stimulation du commerce et du tourisme entre les quatre États arabes et Israël.

L’article de Project Brazen intervient également un mois après que l’ancien secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a reçu 2,5 milliards de dollars pour sa nouvelle société d’investissement Liberty Strategic Capital. L’entreprise a également reçu des fonds du PIF d’Arabie saoudite et d’autres pays du Moyen-Orient, selon le Times.

Pendant leur mandat, Kushner et Mnuchin se sont rendus en Arabie saoudite en 2019 pour assister à la Future Investment Initiative (FII), un an seulement après le boycott de l’événement par un certain nombre d’entreprises et de politiques, motivé par le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.