Aller au contenu principal

Racisme : la communauté musulmane bouc émissaire des crises françaises

La communauté musulmane de France a de nouveau été stigmatisée par des personnalités médiatiques et publiques, dont le patron des supermarchés Leclerc
Michel-Édouard Leclerc, patron des supermarchés Leclerc, a déclaré que la pénurie en huile de table serait causée par le fait que les musulmans en usent beaucoup pour « frire des moutons » (AFP/Jean-François Monier)
Michel-Édouard Leclerc, patron des supermarchés Leclerc, a déclaré que la pénurie en huile de table serait causée par le fait que les musulmans en usent beaucoup pour « frire des moutons » (AFP/Jean-François Monier)
Par

La première préoccupation des Français, un pouvoir d’achat en dégringolade, a nourri une bonne partie des débats lors de la dernière présidentielle, ainsi que la question de la précarité du monde rural. Or, ces deux thématiques ont servi des dérapages visant, encore une fois, la communauté musulmane de France.

Le 24 avril dernier, le Collectif contre l’islamophobie en Europe (CCIE) a déposé plainte contre les journalistes Vincent Hervouët (Europe 1) et Pascal Praud (CNews) pour « diffamation raciale » et « incitation à la haine ».

Lors d’un débat sur CNews, le 30 mars, consacré à l’éventualité de la victoire de Marine Le Pen lors de la présidentielle, Vincent Hervouët évoque la difficile situation des agriculteurs en France, avant d’affirmer : « Ils sont pillés dans leurs champs, leurs engins, l’essence… On rentre dans le Ramadan, ça va être les moutons qui vont être enlevés. »

Quand une autre journaliste sur le plateau l’interrompt : « On ne leur enlève pas de force quand même », il poursuit : « Mais si, bien sûr que si ! Il y a des vols de moutons. Au moment de l’Aïd, il y a des vols partout de moutons. »

« Vincent Hervouët vise clairement la communauté musulmane et appuie une idée raciste qui a son ancrage depuis longtemps, en particulier depuis que [l’ancien président Nicolas] Sarkozy a parlé des moutons égorgés dans les baignoires des musulmans. Dans un contexte de prise de parole où M. Hervouët défend un agriculteur qui s’est fait justice lui-même à l’aide de son fusil de chasse, il semble évident que cette information sur les vols de moutons pendant le Ramadan incite à la haine, à la violence ou à la discrimination à l’encontre d’un groupe déterminé en raison de son appartenance religieuse », dénonce le CCIE sur son site.

Invité à faire attention et éviter une « mauvaise interprétation », Vincent Hervouët tente un rétropédalage : « Non mais personne n’est incriminé […] il n’y a rien de particulier par rapport au Ramadan. »

« Cela n’enlève pas le préjudice subi, d’autant plus que ce n’est pas la première fois que CNews se fait remarquer sur la question de l’islam, qui est un de leurs sujets de prédilection », expliquent à Libération Ouadie Elhamamouchi et Sefen Guez Guez, avocats représentant le CCIE. « Nous sommes régulièrement alertés par les internautes concernant l’émission de Pascal Praud, et cette fois ci, Monsieur Hervouët a tenu des propos totalement humiliants et fallacieux. »

L’autre « incident » concerne le patron des supermarchés Leclerc, Michel-Édouard Leclerc, qui a très calmement expliqué, le 4 mai sur la chaîne CNews, une des causes de la pénurie en France de l’huile de tournesol, évoquant « un groupe de Français » qui stockaient de l’huile, avant de préciser qu’il s’agissait notamment « des musulmans pour frire des moutons ».

Cette déclaration a fait réagir les internautes, choqués par cet amalgame.

Le 12 mai, le PDG de Leclerc a néanmoins regretté ses propos, sur CNews : « J’ai blessé des personnes et ce n’est pas dans ma nature, je suis quelqu’un de sensible. Ce que je voulais dire, c’est qu’à l’occasion des fêtes, notamment quand on fait des fritures et de la pâtisserie, on a vendu beaucoup d’huiles donc il y a eu des ruptures dans les rayons, ce n’est pas pour autant qu’il y aura des pénuries. »

Michel-Édouard Leclerc a poursuivi : « En le disant, j’ai parlé de la communauté musulmane et je voudrais m’en excuser parce que je ne voulais stigmatiser personne. C’est une population qui est déjà suffisamment stigmatisée. »

Le président de l’Observatoire de lutte contre l’islamophobie en France, Abdallah Zekri, a déposé plainte contre le patron de Leclerc et le journaliste Vincent Hervouët pour « incitation à la haine raciale ». Maître Khadija Aoudia a été mandatée pour introduire une plainte contre ces deux personnalités publiques pour avoir tenu des propos qui ont « blessé les musulmans », selon le site Algérie Patriotique.