Aller au contenu principal

Après le hijab des mineures, les accompagnatrices voilées et le burkini, le Sénat veut interdire les drapeaux étrangers lors des mariages

Lors de l’examen du projet de loi confortant les principes de la République, la droite sénatoriale a voté un amendement permettant aux maires d’interdire les drapeaux étrangers dans les salles de mariage et aux abords de l’hôtel de ville
Le Sénat a également adopté un amendement Les Républicains visant à autoriser la dissolution des associations qui organisent des réunions non-mixtes (AFP)
Par

La sénatrice Les Républicains (LR) Jacqueline Eustache-Brinio a proposé dans la nuit de mercredi à jeudi un nouvel amendement sur la « loi confortant les principes de la République », plus connue sous le nom de loi « séparatisme », qui autorise les maires à « réglementer le fait d’arborer des drapeaux autres que ceux de la République française ou de l’Union européenne lors de la célébration de mariages ou de l’enregistrement de pactes civils de solidarité [PACS] ».

« La question de fond, c’est qu’est-ce que viennent faire des drapeaux dans un mariage ? On n’est pas au match de foot […] Les drapeaux, on ne les voyait pas il y a quelques années. Posons-nous la question : pourquoi ces drapeaux envahissent l’espace public ? », a déclaré la sénatrice.

Cet amendement a provoqué de vifs échanges. Des parlementaires de l’opposition comme Esther Benbassa ou Thomas Dossus, tous deux d’Europe Écologie-Les Verts, ont qualifié l’amendement de « scandaleux, à la limite du racisme d’État ».

Sur les réseaux sociaux, des internautes ont également exprimé leur indignation.

D’autres ont ironisé sur ce nouvel amendement.

Le Sénat français a adopté dans la nuit de mardi à mercredi plusieurs mesures pour restreindre le port du voile, prévoyant notamment de l’interdire pour les accompagnatrices de sorties scolaires et pour les mineures, lors de l’examen du projet de loi sur le « séparatisme » qui vise l’islam radical.

Le Sénat a également voté un amendement LR visant à permettre au règlement intérieur des piscines d’interdire le port du burkini.

De l’UNEF à « Avenir lycéen » : la « mixité », usages et mésusages
Lire

Et jeudi soir, le Sénat a adopté un amendement LR visant à autoriser la dissolution des associations qui organisent des réunions non-mixtes. Si une grande partie de la gauche du Sénat a voté en faveur de cet amendement, elle s’est désolidarisée de son motif, qui visait directement l’UNEF.

Ces mesures pourront être retirées du projet de loi « confortant les principes de la République » lorsque le texte retournera à l’Assemblée nationale.

Le projet de loi prévoit des mesures sur la neutralité du service public, le contrôle renforcé des associations, une meilleure transparence de l’ensemble des cultes et de leur financement, l’instruction à domicile ou encore la lutte contre les certificats de virginité ou la polygamie.

Il a été défendu par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin comme « un texte de fermeté » devant le Sénat, qui en a commencé l’examen mardi. Il s’agit, selon le ministre, de mettre « une forme de holà à ceux qui veulent utiliser la religion comme contrôle de leur diaspora, comme soft power sur le territoire national ».

Mais nombre d’acteurs de la société civile se sont insurgés contre un projet de loi qui selon eux stigmatisent la communauté musulmane de France.