Aller au contenu principal

Tour de France : l’Association France Palestine Solidarité dénonce la participation de l’équipe Israël Start Up Nation

Plusieurs actions contre « le blanchiment des crimes d’Israël » seront organisées par l’AFPS pour dénoncer la participation d’une équipe dont le but est de « faire de la propagande » pro-israélienne
Cette course cycliste est l’une des plus importantes manifestations sportives de France (AFP/Marco Berorello)
Cette course cycliste est l’une des plus importantes manifestations sportives de France (AFP/Marco Berorello)
Par

L’Association France Palestine Solidarité (AFPS) se mobilise pour dénoncer la participation de l’équipe Israël Start Up Nation au Tour de France, l’un des événements sportifs majeurs de l’Hexagone.

« En 2020, nous affirmions déjà que l’équipe dénommée Israël Start Up Nation participait à l’épreuve pour faire de la propagande pour Israël », explique un communiqué de l’AFPS.

Tour d’Italie : un cycliste palestinien « écœuré » par l’organisation de la course par Israël
Lire

« En 2021, l’objectif de propagande reste inchangé pour l’équipe Israël Start Up Nation, mais la tâche s’annonce plus ardue parce qu’à la colonisation incessante, aux expulsions, à la répression quotidienne en Cisjordanie et à Jérusalem, sont venus s’ajouter les bombardements de Gaza, les centaines de morts dont de nombreux enfants, les milliers de blessés et les dizaines de milliers de déplacés et de sans-abris, les arrestations en Israël et tout le système colonial et répressif d’apartheid », note encore l’AFPS.

L’organisation rappelle les propos de Sylvan Adams, principal financeur de l’équipe, « lorsqu’il déclarait que les coureurs de l’équipe et les membres du staff étaient ‘’des ambassadeurs d’Israël’’ qu’ils devaient présenter ‘’comme une démocratie vibrante et robuste, un pays normal, sûr, ouvert et tolérant’’ ».

« Israël n’est pas un État normal »

Sylvan Adams est un milliardaire canadien qui a fait son alya (« retour » en Israël) en 2016. Il a financé la délocalisation en Israël du Giro (tour cycliste d’Italie), le match amical de football entre l’Uruguay et l’Argentine à Tel Aviv et a déboursé plus d’un million de dollars pour faire venir Madonna chanter à la finale de l’Eurovision 2019 organisé en Israël.

L’AFPS prévoit une série d’actions tout au long des étapes du Tour de France « pour dénoncer la grossière et honteuse opération de propagande qui prend en otage l’un des événements sportifs les plus populaires, en France et dans le monde ».

Israël mérite plus que jamais un boycott culturel et universitaire
Lire

« Tout au long des 21 jours de course, partout en France, nous affirmerons, sans relâche, qu’Israël n’est pas un État normal, sûr, ouvert et tolérant, mais un État qui applique un régime d’apartheid et qui viole, en permanence, le droit international et les droits humains et nous dénoncerons l’instrumentalisation du sport au service de cet État », soutient l’association, qui ajoute : « Avec cet objectif de propagande, l’équipe Israël Start Up Nation ne devrait pas avoir sa place dans les compétitions sportives ».

Cette campagne « contre le blanchiment des crimes d’Israël » a démarré mercredi 23 juin à Brest, ville de départ du Tour de France, avec une conférence de Jeanne Dinomais, pédopsychiatre qui travaille auprès des enfants de Gaza, et Bertrand Heilbronn, président de l’AFPS, suivie par un concert de rock offert par trois groupes de la région.

Jusqu’à l’arrivée finale des cyclistes à Paris, le 18 juillet, des actions d’information et des courses symboliques à vélo aux couleurs de la Palestine jalonneront le parcours du Tour de France.