Aller au contenu principal

Les sept infos que l’élection américaine vous a peut-être fait rater 

Même si la Terre a beaucoup tourné autour des États-Unis ces derniers jours, l’actualité internationale n’a pas pour autant connu de répit. Voilà sept informations que vous avez peut-être manquées
Depuis la semaine dernière, le duel Joe Biden-Donald Trump domine l’actualité internationale (AFP)
Depuis la semaine dernière, le duel Joe Biden-Donald Trump domine l’actualité internationale (AFP)
Par

1. Les tensions à la frontière entre le Maroc et la Mauritanie

Le Front Polisario a prévenu qu’il mettrait fin à l’accord de cessez-le-feu avec Rabat si le Maroc « introduisait » des troupes ou des civils dans la zone tampon de Guerguerat (AFP)
Le Front Polisario a prévenu qu’il mettrait fin à l’accord de cessez-le-feu avec Rabat si le Maroc « introduisait » des troupes ou des civils dans la zone tampon de Guerguerat (AFP)

La zone tampon de Guerguerat, immense territoire désertique au statut toujours indéfini entre la Mauritanie et le Sahara occidental, est à nouveau l’objet de tensions

Jeudi 5 novembre, environ 200 routiers marocains ont lancé un appel au secours aux autorités du Maroc et de la Mauritanie en se disant bloqués au poste-frontière par des « milices affiliées à des séparatistes », sur la route remontant de la Mauritanie et l’Afrique de l’Ouest, à environ 380 km au nord de Nouakchott. 

Le poste-frontière de Guerguerat borde la zone tampon contrôlée par les Casques bleus de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO) créée en 1991. 

Le statut du Sahara occidental, classé « territoire non autonome » par les Nations unies en l’absence d’un règlement définitif, oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes du Front Polisario, soutenus par l’Algérie.

Ce mercredi, le ton est monté d’un cran : le Front Polisario a prévenu qu’il mettrait fin à l’accord de cessez-le-feu avec Rabat si le Maroc « introduisait » des troupes ou des civils dans la zone tampon de Guerguerat.

Traduction : « ALERTE : dans un communiqué, le Front Polisario dit avoir reçu des ‘’informations fiables’’ selon lesquelles, la nuit dernière, les forces marocaines récemment déplacées dans le sud du Sahara occidental se sont habillées en civil pour se préparer à une possible attaque sur des civils sahraouis à Guerguerat. »

« Le gouvernement sahraoui tient également les Nations unies, et le Conseil de sécurité en particulier, pour responsables de la sûreté et la sécurité des civils sahraouis », a ajouté le Polisario.

Les négociations menées par l’ONU et impliquant le Maroc, le Polisario, l’Algérie et la Mauritanie sont suspendues depuis plusieurs mois.

2. La reprise des négociations pour la Libye au Maroc et en Tunisie

Les pourparlers qui rassemblent depuis le 9 novembre à Tunis 75 délégués libyens visent à réunifier deux autorités rivales et organiser des élections (AFP)
Les pourparlers qui rassemblent depuis le 9 novembre à Tunis 75 délégués libyens visent à réunifier deux autorités rivales et organiser des élections (AFP)

Des parlementaires des deux camps rivaux libyens se sont retrouvés jeudi 5 novembre au Maroc pour un troisième round de négociations pour tenter de sortir de l’impasse la Libye.

Après avoir abouti à un « consensus » sur la distribution « des postes de souveraineté » lors des deux premiers rounds, en septembre et octobre, des représentants du Parlement de Tobrouk (Est) et du gouvernement de Tripoli se retrouvent à nouveau à Bouznika, une station balnéaire située au sud de Rabat.

Cette rencontre intervient deux semaines après la signature à Genève, sous l’égide des Nations unies, d’un accord de cessez-le-feu permanent avec « effet immédiat ». 

La semaine de l’élection américaine, de nouveaux charniers et dix-sept corps ont été découverts à Tarhouna, ville de l’ouest de la Libye, où de nombreuses dépouilles sont retrouvées depuis le début de l’été.

Depuis mardi 9 novembre, un Forum du dialogue politique rassemble aussi en Tunisie des personnalités libyennes de tous bords pour un règlement de la crise. 

3. La démission du ministre des Finances turc

Berat Albayrak, ex-ministre des Finances et gendre de Recep Tayyip Erdoğan (AFP)
Berat Albayrak, ex-ministre des Finances et gendre de Recep Tayyip Erdoğan (AFP)

Il était aussi… le gendre du président turc Recep Tayyip Erdoğan. Berat Albayrak, ministre des Finances depuis juin 2018, a démissionné le dimanche 8 novembre en invoquant des raisons de santé dans une déclaration postée sur son compte Instagram qui a, depuis, été supprimée. 

Mais selon des sources plus officieuses, cette démission pourrait être liée à des désaccords concernant le remplacement du gouverneur de la Banque centrale, intervenu samedi.

Plusieurs sources turques ont déclaré à Middle East Eye que la nomination du nouveau directeur, Naci Agbal, s’était faite à l’insu d’Albayrak. 

D’autres sources ont également émis l’hypothèse qu’Albayrak et Agbal étaient en désaccord sur les politiques économiques.

Son remplaçant a été nommé lundi : Lutfi Elvan, 58 ans, chef de la commission parlementaire de la planification et du budget, sera désormais chargé du Trésor et des Finances. Membre du parti au pouvoir, l’AKP, il a déjà été Premier ministre adjoint et ministre du Développement.

4. L’hospitalisation du président algérien

Selon la Présidence, Abdelmadjid Tebboune serait en train de « terminer son traitement » (AFP)
Selon la Présidence, Abdelmadjid Tebboune serait en train de « terminer son traitement » (AFP)

Après avoir longuement hésité à l’annoncer, les autorités algériennes ont officiellement reconnu qu’Abdelmadjid Tebboune, 74 ans, était malade du COVID-19. 

Soigné dans un hôpital spécialisé allemand depuis le 28 octobre, il se remettrait peu à peu, toujours selon des informations officielles qui affirment que son état de santé est « en constante amélioration » et que le chef de l’État est « en passe d’achever son traitement dans le cadre du protocole sanitaire ».

Son hospitalisation à l’étranger l’a empêché de prendre part dimanche dernier au référendum sur une révision constitutionnelle : le « oui » l’a emporté avec 66,8 % des suffrages exprimés mais le taux de participation final s’est établi à 23,7 %, un plus bas historique pour un référendum depuis l’indépendance en 1962.

5. La mobilisation pour Loujain al-Hathloul

Loujain al-Hathloul a entamé une nouvelle grève de la faim le 26 octobre pour réclamer de pouvoir avoir un contact régulier avec sa famille (AFP)
Loujain al-Hathloul a entamé une nouvelle grève de la faim le 26 octobre pour réclamer de pouvoir avoir un contact régulier avec sa famille (AFP)

À l’approche de la Journée internationale pour les femmes défenseures des droits, le 29 novembre, le Comité des droits de la femme de l’ONU a appelé le roi Salmane d’Arabie saoudite à utiliser ses prérogatives royales pour permettre la libération de Loujain al-Hathloul.

Le Comité s’est dit « sérieusement préoccupé par les informations récentes concernant les conditions de la détention prolongée de Mme al-Hathloul, notamment les rapports selon lesquels elle n’est pas autorisée à avoir des contacts réguliers avec sa famille ».

Loujain al-Hathloul, 31 ans, a longtemps milité pour le droit des Saoudiennes à conduire et pour la fin de la tutelle mettant la femme à la merci totale de l’homme. Elle a été arrêtée avec d’autres militantes en mai 2018, peu avant la levée de l’interdiction de conduire faite aux Saoudiennes.

En février, Riyad avait assuré au Comité que son procès aurait lieu en mars, mais l’audience a été reportée à plusieurs reprises depuis.

La jeune femme a entamé une nouvelle grève de la faim le 26 octobre pour réclamer de pouvoir avoir un contact régulier avec sa famille, a indiqué mardi sa sœur.

« Loujain a dit [à nos parents] qu’elle est exténuée à cause des mauvais traitements et du fait qu’elle est privée de pouvoir entendre la voix de sa famille », a écrit Lina al-Hathloul sur Twitter. 

Soixante-cinq députés européens ont récemment appelé l’Union européenne (UE) à revoir sa participation au sommet virtuel du G20 organisé par l’Arabie saoudite les 21 et 22 novembre, accusant le royaume de violer les droits humains. 

6. Les intempéries au Liban

Au moins 90 autres maisons traditionnelles endommagées par l’explosion sont menacées par les intempéries (AFP)
Au moins 90 autres maisons traditionnelles endommagées par l’explosion sont menacées par les intempéries (AFP)

Les fortes intempéries qui ont touché le Liban la semaine dernière ont causé de nombreux dégâts, notamment à Beyrouth, où l’effondrement d’un bâtiment de l’époque ottomane, déjà fragilisé par l’explosion du port le 4 août, a été très médiatisé. 

Traduction : « ‘’Je perds toutes les vues avec lesquelles j’ai grandi’’. Les pluies hivernales à Beyrouth achèvent les maisons ravagées par l’explosion. »

Au moins 90 autres maisons traditionnelles endommagées par l’explosion sont menacées par les intempéries, s’est inquiété le ministre démissionnaire de la Culture, Abbass Mortada. 

Face à une crise économique sans précédent, l’État libanais compte plus que jamais sur un financement externe pour sauver son patrimoine. Mais les donateurs, sous la houlette de la France, se sont engagés à contourner les institutions publiques, accusées de corruption et d’incompétence.  

Les aides, transférées à des ONG locales, arrivent au compte-gouttes et sont insuffisantes.

7. L’inauguration de la première mosquée officielle d’Athènes

L’ouverture de la mosquée est une grande nouvelle pour les 200 000 musulmans qui vivent à Athènes et dans la région (MEE/Demetrios Ioannou)
L’ouverture de la mosquée est une grande nouvelle pour les 200 000 musulmans qui vivent à Athènes et dans la région (MEE/Demetrios Ioannou)

Il fallait remonter à l’époque de l’occupation ottomane pour trouver une mosquée à Athènes, seule capitale européenne à ne pas en avoir une.

C’est désormais chose faite : la première mosquée officielle depuis le XIXe siècle a ouvert ses portes dans le quartier de Votanikos, près du centre de la capitale grecque.

Zaki, l’imam chargé des prières en arabe et des prêches en grec (MEE/Demetrios Ioannou)
Zaki, l’imam chargé des prières en arabe et des prêches en grec (MEE/Demetrios Ioannou)

Athènes et la région environnante de l’Attique abritent quelque 200 000 musulmans, selon l’Association musulmane de Grèce. La nouvelle mosquée peut accueillir 366 personnes, bien qu’en raison des restrictions face au COVID-19, elle n’ait accueilli que cinq personnes lors de ses premières prières lundi.