Aller au contenu principal

En Iran, les Gardiens de la révolution lancent un jeu visant à « sauver George Floyd de la police américaine »

Le Bassidj, branche paramilitaire des Gardiens de la révolution islamique, a créé un jeu vidéo dans lequel les joueurs peuvent sauver George Floyd, un Afro-Américain tué par la police américaine en 2020
Veillée aux chandelles en hommage à George Floyd à Machhad, en Iran (AkharinKhabar/Twitter)
Par

Le Bassidj, branche paramilitaire du corps des Gardiens de la révolution islamique (GRI) iraniens, a sorti un jeu mobile intitulé Save the Freedom, dans lequel le but est d’empêcher George Floyd d’être tué par la police américaine.

George Floyd, un Afro-Américain, a été tué par un policier le 25 mai 2020 à Minneapolis (Minnesota). Sur les images filmées par des passants, on voit le policier, Derek Chauvin, plaquer son genou contre son cou. Cette bavure policière a déclenché des manifestations en faveur de la justice raciale aux quatre coins du monde.

Le projet de développement du jeu a été annoncé en septembre 2020. Peu de temps après, le général de brigade Mohammad Reza Naghdi, commandant de haut rang des GRI, s’est exprimé à ce sujet à la télévision d’État iranienne. 

Le Bassidj est le service de volontaires des GRI, utilisé pour réprimer la dissidence et servir de force auxiliaire aux autorités policières de l’État. Le jeu aurait été développé par son département informatique.

« Faire passer un message au public international »

Mohammad Reza Naghdi a soumis cette proposition lors du concours annuel organisé par le Bassidj à l’intention de ses jeunes membres pour créer un jeu fondé sur les valeurs islamiques.

S’exprimant lors de l’événement national consacré à la production de contenus numériques du Bassidj, il a déclaré que « sauver ce citoyen noir de la police américaine dev[ait] être l’objectif de ce jeu vidéo ».

« Je me suis dit que si nous voulions faire passer un message au public international, nous devions concevoir un jeu dans lequel les Iraniens libèrent cet Américain opprimé des genoux de la police américaine », a-t-il soutenu. Je pense que ce jeu peut contenir de nombreux messages et avoir une portée mondiale. »

Le meurtre de George Floyd met en évidence les liens et tensions entre communautés noire et arabe aux États-Unis
Lire

Mohammad Reza Naghdi a ensuite suggéré des sujets qui devaient selon lui être abordés dans les films d’animation parrainés par le Bassidj.

« Un film d’animation pourrait raconter l’entrée des nations et tribus musulmanes dans Baït al-Maqdis », a-t-il déclaré à l’agence de presse iranienne Fars, en utilisant l’un des noms arabes de Jérusalem.

« Pour vous donner une idée, je dirais que l’armée qui entre dans Baït al-Maqdis dans le film d’animation devrait avoir des commandants tels que le général Qaani [commandant de la force al-Qods des GRI], Sayyed Hassan Nasrallah [chef du Hezbollah libanais] et Ismaël Haniyeh [chef politique du Hamas] », a-t-il poursuivi. « Si vous voulez, vous pouvez aussi nous représenter. De toute façon, que vous le fassiez ou non, nous y irons et nous prierons dans la mosquée al-Aqsa. »

« Aujourd’hui, le seul endroit qui reste à l’Amérique pour transformer ses défaites en victoires est internet », a soutenu Mohammad Reza Naghdi au moment de l’annonce du jeu.

L’Organisation artistique et médiatique Owj, qui serait financée par les GRI, a investi des sommes considérables dans le développement de jeux vidéo et de logiciels.

La Fondation iranienne du jeu vidéo, qui relève du ministère de la Culture et de l’Orientation islamique, a interdit les jeux vidéo américains en Iran.

Save the Freedom comprendrait 30 niveaux dont la difficulté augmente progressivement avec des changements de scénario, comme des événements météorologiques ou des attaques.

Un tollé sur Twitter

Sur les réseaux sociaux, certains internautes iraniens ont exprimé leur mécontentement en accusant les GRI de récupérer la mort de George Floyd à des fins politiques, alors que l’organisation est elle-même connue pour sa répression violente de la dissidence en Iran.

Mohammad Reza Naghdi était à la tête d’un des nombreux services de renseignement actifs en Iran au cours des protestations étudiantes de 1999. À l’époque, il était l’un des principaux responsables de l’attaque lancée contre des dortoirs universitaires.

Il a dirigé le Bassidj d’octobre 2009 – au plus fort des protestations du Mouvement vert – à décembre 2016.

Traduction : « Présentation d’un nouveau jeu intitulé Save the Freedom dans lequel on peut sauver George Floyd, c’est un p***** de gros titre en Iran »

« En réponse, nous devrions faire un jeu intitulé “Sauver la jeunesse de ce pays des GRI et du Bassidj” », a tweeté un internaute.

Traduction : « Le niveau de parodie et l’inconscience dénuée d’ironie que reflète cette nouvelle défient l’entendement ! Lors d’une cérémonie à laquelle assistait leur commandant, les forces du Bassidj ont présenté leur nouveau jeu vidéo intitulé Save the Freedom, dans lequel le but est de sauver George Floyd de la police américaine. »

Une autre internaute a critiqué le rôle des GRI dans la répression des mouvements sociaux en 2017 et 2019.

« Et les jeunes [tués en] novembre 2019 ? Et les jeunes [tués en] décembre 2017 ? Vous ne faites pas de film pour eux ? Et l’avion de ligne ukrainien ? » a-t-elle écrit, en référence à l’avion ukrainien abattu par les GRI en janvier 2020.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.