Aller au contenu principal

En appelant les sunnites à protéger La Mecque contre l’Iran, un policier émirati énerve les Saoudiens

Le chef adjoint de la police de Dubaï à La Mecque, connu pour ses tweets provocateurs, a suscité une nouvelle controverse en cherchant à dresser les sunnites contre les chiites
Les tweets de Dhahi Khalfan ont été critiqués par de nombreux utilisateurs saoudiens des réseaux sociaux qui estiment que ses paroles offensent la force de l’Arabie saoudite
Les tweets de Dhahi Khalfan ont été critiqués par de nombreux utilisateurs saoudiens des réseaux sociaux qui estiment que ses paroles offensent la force de l’Arabie saoudite

Le chef adjoint de la police de Dubaï Dhahi Khalfan a déclenché la fureur des Saoudiens sur les réseaux sociaux pour avoir publié une série de tweets dans lesquels il appelle les sunnites à se mobiliser pour protéger La Mecque de l’Iran et des forces houthies au Yémen.

Dhahi Khalfan affirme que les Houthis et l’Iran ont l’intention d’occuper la ville saoudienne qui abrite la Kaaba, le site le plus sacré de l’islam, et que les sunnites n’ont d’autre choix que de la défendre « jusqu’à la mort ».

Traduction : « Rassemblez des centaines de milliers de combattants, encerclez La Mecque et jurez que nous la protégerons avec nos âmes ô les sunnites… pour que l’Iran sache qui nous sommes et comment nous sommes. »

Il continue en tweetant : « Croyez-moi… Occuper La Mecque est un projet safavide », se référant à la dynastie iranienne qui contribua, à partir du XVe siècle, à diffuser le chiisme.

Les tweets de Dhahi Khalfan ont été critiqués par de nombreux utilisateurs saoudiens des réseaux sociaux qui estiment que ses paroles offensent la force de l’Arabie saoudite.

Certains utilisateurs se sont inquiétés de la nature conflictuelle des tweets de Khalfan, qui semblent opposer les confessions de l’islam les unes aux autres.

Traduction : « 1. La maison [Kaaba] a un Seigneur qui la protège. 2. Désigner les sunnites pour protéger ce qui est sacré indique une tentative de diviser le peuple sur une base confessionnelle, ce qui est inacceptable et le caractère sacré vaut pour tous les musulmans. 3. Il y a des régions voisines qui sont prioritaires dans la mobilisation afin que l’Iran puisse voir qu’il y a des ‘’hommes’’ forts. 4. Nous avons entendu les termes ‘’rassemblez, combattants, encerclez’’ dans les discours prononcés par certaines personnalités – nous espérons qu’ils ne vous influenceront pas. »

D’autres ont souligné l’hypocrisie des propos de Dhahi Khalfan.

Traduction : « Si vous êtes honnête, rompez les relations diplomatiques et commerciales avec l’Iran pour soutenir les sunnites. Un débat sans action est un exemple d’hypocrisie. La Mecque est sous la protection de Dieu, la protection de la Maison des Saoud et du peuple saoudien qui est entraîné au combat. Sur un signal du roi, l’Iran serait brûlé. »

Pendant ce temps, certains ont exhorté Dhahi Khalfan à recentrer son attention sur trois îles qui selon les accusations des Émirats arabes unis, sont occupées par l’Iran depuis 1971. L’Iran revendique également la propriété d’Abou-Moussa et des Petite et Grande Tunb.

Traduction : « Appel aux armées pour libérer les trois îles. Quant aux deux sanctuaires sacrés [La Mecque et Médine], ils sont protégés par Dieu tout-puissant et par leurs hommes et leurs dirigeants. »

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont tous deux désigné le mouvement houthi comme un groupe terroriste.

Depuis 2015, les Houthis combattent la coalition militaire menée par l’Arabie saoudite au Yémen au nom du président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi. La coalition prétend que son intention est de ramener au pouvoir le gouvernement yéménite internationalement reconnu.

Ce n’est pas la première fois que les tweets de Dhahi Khalfan suscitent la controverse.

Dans une série de tweets publiés en 2018, il a appelé les autorités de Dubaï à cesser d’embaucher des Pakistanais, qualifiant ceux qui vivent aux Émirats arabes unis de « passeurs », de « trafiquants de drogue » et de « criminels ».

Traduit de l’anglais (original).