Aller au contenu principal

Contrat des sous-marins allemands : feu vert pour une enquête sur un marché sous Netanyahou

« L’affaire des sous-marins et des navires est l’affaire de corruption sécuritaire la plus grave de l’histoire d’Israël », a estimé le ministre des Affaires étrangères Yaïr Lapid
Les noms de certains des proches collaborateurs de l’ancien Premier ministre ont émergé dans l’enquête de la police (AFP/Emmanuel Dunand)
Les noms de certains des proches collaborateurs de l’ancien Premier ministre ont émergé dans l’enquête de la police (AFP/Emmanuel Dunand)
Par

Le gouvernement israélien a approuvé dimanche 23 janvier la création d’une commission d’État pour enquêter sur un marché portant sur l’acquisition de sous-marins militaires à l’Allemagne sous l’ère Netanyahou, et pour lequel des fonctionnaires sont accusés d’avoir touché des pots-de-vin. 

Ce marché, qui prévoyait l’acquisition par Israël de trois sous-marins et de quatre navires de guerre au groupe allemand ThyssenKrupp, avait été négocié entre 2009 et 2016. Israël a depuis reçu les navires de guerre mais l’accord sur les sous-marins avait achoppé après, entre autres, sur des soupçons de fraude au cœur des manifestations contre l’ex-Premier ministre Benyamin Netanyahou, au pouvoir de 2009 à juin 2021.  

Même si le procureur général, Avichaï Mandelblit, a écarté les soupçons de malversations de la part de M. Netanyahou dans ce dossier, les noms de certains de ses proches collaborateurs ont émergé dans l’enquête de la police.

David Sharan, l’ancien chef de cabinet de M. Netanyahou, a été accusé de corruption et d’abus de confiance, ainsi qu’Avriel Bar-Yosef, le candidat de Benyamin Netanyahou au Conseil national de sécurité. Les soupçons pesant sur son avocat, David Shimron, soupçonné à un moment donné d’avoir servi de médiateur, ont été classés sans suite.

Gantz et Lapid à l’offensive 

Dimanche, le Premier ministre Naftali Bennett, qui a succédé en juin à M. Netanyahou, s’est abstenu lors du vote sur la commission d’enquête d’État, selon une source officielle.

Ce vote a d’ailleurs été reporté d’une semaine, à la demande de M. Bennett, pour qu’il ait lieu après la conclusion d’un nouvel accord pour l’acquisition par Israël de sous-marins auprès de la société allemande ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS). 

Quels sont les pays et les entreprises qui vendent des armes à Israël ?
Lire

Ce nouvel accord, annoncé jeudi, porte sur l’achat par Israël de trois sous-marins pour environ trois milliards d’euros, une partie de l’achat étant subventionné par le gouvernement allemand.

« Après des années de délais, cet accord est d’une importance sans commune mesure pour la sécurité d’Israël pour les décennies à venir », a déclaré M. Bennett, dont le pays cherche à s’imposer comme une puissance maritime en Méditerranée. 

La création de la commission d’enquête a été soutenue par le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre des Affaires étrangères Yaïr Lapid.

« L’affaire des sous-marins et des navires [du temps de M. Netanyahou] est l’affaire de corruption sécuritaire la plus grave de l’histoire d’Israël et il est nécessaire de retourner chaque pierre pour arriver à la vérité », a déclaré dimanche M. Lapid.