Aller au contenu principal

Le président israélien Herzog a rencontré en secret le roi de Jordanie

Les relations bilatérales entre les deux pays s’étaient détériorées sous le gouvernement de l’ancien Premier ministre Benyamin Netanyahou
La Jordanie est le seul pays arabe limitrophe d’Israël, avec l’Égypte, à avoir signé un traité de paix avec Israël (AFP/Yousef Allan)
La Jordanie est le seul pays arabe limitrophe d’Israël, avec l’Égypte, à avoir signé un traité de paix avec Israël (AFP/Yousef Allan)
Par

Le président israélien Isaac Herzog a rencontré en secret le roi Abdallah II de Jordanie à Amman, a-t-il révélé samedi, dans un contexte de réchauffement diplomatique entre les deux pays.

« La semaine dernière, j’ai rencontré au cours d’une très longue conversation le roi de Jordanie, j’ai été dans son palais, une soirée entière. Cela a été une excellente rencontre », a déclaré le président Herzog dans une interview dont des extraits ont été diffusés lors d’une heure de grande écoute samedi soir par les chaînes de télévision israéliennes.

L’accord entre Israël et les Émirats pourrait-il reléguer la Jordanie à l’arrière-plan ?
Lire

L’interview doit être diffusée dans son intégralité dimanche, à la veille du Nouvel an juif dont les célébrations commencent lundi soir.

« La Jordanie est un pays très important. J’ai un respect immense pour le roi Abdallah, un grand leader et un acteur régional très important », a également déclaré M. Herzog, cité dans un communiqué de ses services.

Le texte fait état d’« une « rencontre chaleureuse », sur invitation du roi de Jordanie, et au cours de laquelle les deux dirigeants ont discuté de « problèmes stratégiques, au niveau bilatéral et régional ».

« Parmi les choses dont nous avons discuté figurent les sujets au cœur des relations entre nos deux pays, notamment un accord pour importer des produits agricoles [de Jordanie] pendant l’année de shmitah [jachère intervenant tous les sept ans selon la loi religieuse juive], des questions énergétiques, le développement durable et des solutions à la crise climatique que nous pouvons promouvoir ensemble », ajoute le communiqué.

Tourner la page Netanyahou

La Jordanie est le seul pays arabe limitrophe d’Israël — avec l’Égypte— à avoir signé un traité de paix avec Israël.

Les relations bilatérales entre les deux pays s’étaient détériorées sous le gouvernement de l’ancien Premier ministre Benyamin Netanyahou. Des critiques avaient reproché à ce dernier d’avoir négligé le royaume hachémite au profit de la normalisation, intervenue en 2020, des relations d’Israël avec d’autres pays arabes : les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc.

Le nouveau Premier ministre israélien Naftali Bennett, lui, s’est envolé pour Amman rencontrer le roi Abdallah II, peu de temps après sa prise de fonction en juin.

Les deux pays ont notamment conclu un accord début juillet sur la vente de 50 millions de mètres cubes d’eau par an par Israël au royaume hachémite, en plus des 55 millions de m3 déjà fournis chaque année gratuitement à la Jordanie.

Le 2 septembre, Sissi, Abdallah II et Mahmoud Abbas se sont rencontrés dans le but déclaré de relancer le processus de paix au Moyen-Orient

En vertu de cet accord, la Jordanie est autorisée à augmenter ses exportations à destination de la Cisjordanie occupé par Israël depuis 1967.

Le 2 septembre, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le roi Abdallah II et le président de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas se sont rencontrés dans le but déclaré de relancer le processus de paix au Moyen-Orient.

Les trois dirigeants devaient discuter de la manière de travailler avec le président américain Joe Biden pour pousser Israël à mettre fin à son occupation de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est, cesser son expansion des colonies illégales dans les territoires occupés et pousser davantage pour une solution à deux États.

Le président égyptien doit également tenir une réunion avec Naftali Bennett à Charm el-Cheikh mais les détails sur le calendrier de la réunion ne sont pas encore connus.