Aller au contenu principal

Un journal iranien menace Israël en publiant une carte recensant des dizaines de cibles militaires

La une du quotidien pro-gouvernement Tehran Times suggère que l’Iran riposterait à tout « faux mouvement » d’Israël
La une du Tehran Times, un journal proche du ministre iranien des Affaires étrangères, montre une carte des cibles en Israël, le 15 décembre 2021 (Capture d’écran)

Un quotidien iranien a publié une carte qui recense des dizaines de potentielles cibles militaires en Israël, mettant en garde contre toute action entreprise à l’encontre de la République islamique.

Le Tehran Times, qui serait étroitement lié au ministre iranien des Affaires étrangères, a intitulé sa carte : « Just One Wrong Move! » (rien qu’un faux mouvement !).

Un nouvel accord sur le nucléaire est actuellement négocié à Vienne par les Iraniens et les pays du groupe P4+1 (Grande-Bretagne, Allemagne, France, Chine et Russie).

Ces dernières semaines, de hauts responsables de la sécurité et des renseignements israéliens ont fait pression sur les États-Unis afin d’entraver les capacités iraniennes à développer un projet nucléaire dans tout nouvel accord.

L’article du Tehran Times, rédigé en anglais, estime que les menaces croissantes contre l’Iran semblent suggérer que le « régime sioniste a oublié que l’Iran est plus que capable de les frapper de n’importe où ».

La carte du Tehran Times désigne des endroits dans diverses régions d’Israël, notamment le Gush Dan, métropole s’étendant sur 90 km de long pour 20 km de large sur la côte, abritant les villes de Tel Aviv et Herzliya. La zone est considérée comme un pôle important pour les secteurs israéliens de la défense, des renseignements et de la finance.

La carte désigne également des cibles au sud d’Israël, dans le Negev, où se trouve le réacteur nucléaire de Dimona, mais aussi près des villes palestiniennes de Ramallah, Hébron et Jénine en Cisjordanie occupée et, plus au nord, près de Tyr et Nabatieh au Liban. Certaines semblent proches de la barrière israélienne avec la bande de Gaza sous blocus.

Carte « d’amateurs et non professionnelle »

Selon le Tehran Times, Mohammad Bagheri, chef d’état-major de l’armée iranienne, assure : « Malgré notre confiance en nos moyens de dissuasion, nos forces n’ont jamais sous-estimé la menace de l’ennemi et sont préparées à faire face à la moindre menace dans le champ stratégique ».

En référence à Israël, il ajoute que les forces militaires iraniennes sont en état de « vigilance maximale à la mesure de la situation de l’ennemi ».

EXCLUSIF : L’Iran réclame la levée de toutes les sanctions lors des négociations sur le nucléaire
Lire

« Au niveau stratégique, nous n’avons pas l’intention de frapper quiconque, mais au niveau opérationnel et tactique, nous sommes prêts à apporter une réponse décisive et à mener une offensive rapide et brutale contre l’ennemi », explique Bagheri.

Le Tehran Times cite également le guide suprême Ali Khamenei répondant aux menaces de l’armée israélienne contre l’Iran en 2013 : « [Les Israéliens] doivent savoir que s’ils font une erreur, la République islamique détruira Tel Aviv et Haïfa. »

Autrefois alliés proches et amis des États-Unis, Israël et l’Iran ont rompu leurs relations après la révolution islamique de 1979.

Certains analystes politiques israéliens considèrent cette carte comme un élément de la guerre de propagande entre Israël et l’Iran et s’interrogent sur sa crédibilité. Le site d’informations Ynet la qualifie de carte « d’amateurs et non professionnelle », ajoutant que certaines « cibles » n’existent pas sur le terrain.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.