Aller au contenu principal

« Écœurant et inhumain » : une série sur l’explosion de Beyrouth choque

6:07 Beirut est jugée insensible et non professionnelle alors que les Libanais ne se sont pas encore remis de la double-explosion qui a dévasté la capitale il y a deux mois
Aux critiques suscitées par la nouvelle série « 6:07 Beirut », le site de vidéo à la demande Shahid répond : « Nous guérissons avec l’art et c’est ce qui est recherché ici. » (capture d’écran)

L’annonce d’une nouvelle série en ligne tournant autour de l’explosion du 4 août à Beyrouth a été qualifiée d’insensible par des internautes sur les réseaux sociaux, qui ont demandé son annulation.

Shahid.net, un service de rattrapage TV et de vidéo à la demande, a annoncé que cette création originale serait diffusée le 17 octobre, qui coïncide avec le premier anniversaire du soulèvement au Liban.

Cette série, intitulée 6:07 Beirut, est décrite sur le site internet comme un ensemble de quinze courts métrages sur la tragique double-explosion au port de Beyrouth, soulignant les histoires des victimes et des survivants.

Une bande-annonce publiée par le site montre des images de gens qui vivent leur vie, avant que n’arrivent des scènes de chaos et de dévastation, puis des images de corps ensanglantés au sol.

Les sous-titres demandent au spectateur : « Le 4 août, où étiez-vous ? Peu importe qui vous êtes, où vous étiez, des blessés aux survivants… à la fin, nous avons tous été sacrifiés. »

Dans une scène, on voit une femme dire : « Nous ne vivons pas. Nous attendons la mort. »

Cette bande-annonce a engendré de vives condamnations sur Twitter et Facebook.

Traduction : « Non-professionnel, écœurant et inhumain. Votre société cherche à tirer profit de la tragédie et de la souffrance des gens. Quelle que soit la façon dont on l’interprète, cela n’apparaîtra jamais comme partant d’une bonne intention. Shahid craint : en procédant ainsi, vous avez perdu au moins la communauté libanaise. »

Sur Facebook, un internaute accuse les producteurs de la série de tirer parti du chagrin de ceux qui ont été touchés par l’explosion.

« C’est inacceptable. Moins de trois mois après, vous lancez une série ? Qu’est-il arrivé au respect pour la douleur, le traumatisme et le chagrin de la population. La population de Beyrouth tente encore de reconstruire… vous essayez de faire de l’argent sur la misère de Beyrouth… honte à vous », a commenté cet internaute. 

La publication de Shahid sur Facebook a été supprimée par la société face aux réactions négatives et les tweets de promotion de la série ont également été supprimés. 

Traduction : « Dégueulasse et insensible, effacez cette merde avant même de la sortir. De VÉRITABLES personnes sont vraiment mortes, ont pleuré et sont traumatisées et ce n’est pas pour que des acteurs REjouent la scène de façon mélodramatique en misant sur le chagrin de la population pour empocher rapidement de l’argent. Cela affecte encore les gens, ce n’est pas la Seconde Guerre mondiale. »

Le compte Twitter officiel de Shahid a répondu aux critiques en affirmant que ce programme avait été conçu pour présenter au reste du monde les histoires des personnes touchées par l’explosion.

« Nous vous comprenons et nous entendons bien ce que vous dites. Nous voulons vous réassurer que ce projet a été conçu pour mettre en lumière le tragique événement qui s’est passé dans notre ville bien-aimée de Beyrouth et au Liban », indique le tweet. 

« Il vise à faire entendre au monde les histoires de ceux qui ont tant perdu et qui ont été affectés par cette tragédie. Nous guérissons avec l’art et c’est ce qui est recherché ici. Nous vous aimons et nous comprenons ce que vous éprouvez. Que Dieu soit avec vous et nous tous. »

Mais cette réponse n’a pas satisfait de nombreuses personnes, qui réclament l’annulation de la série.  

Traduction : « L’idée n’est peut-être pas mauvaise, mais le timing, lui, l’est. Ces histoires sont celles des vraies gens qui ont, ou pire avaient, de vraies familles et amis, mettre ça sous le feu des projecteurs, c’est trop tôt. »

L’explosion du port le 4 août – qui a tué plus de 190 personnes, en a blessé plus de 6 500 autres et a fait plus de 300 000 déplacés – a été provoquée par un énorme stock de nitrate d’ammonium entreposé depuis plus de six ans.

Traduction : « L’argent qui a été avidement dépensé sur ce projet aurait pu être dépensé à titre gracieux pour consoler et aider les gens qui sont représentés dans cette série. Honteux. » 

Cet engrais hautement explosif, qui était entreposé sans mesures de sécurité, a pris feu à cause d’un incendie à proximité et a détruit les environs. 

Traduction : « Comment le réalisateur, les acteurs et les producteurs peuvent-ils se regarder dans le fond des yeux et dire qu’ils veulent rejouer exactement ce qu’ils faisaient pendant l’explosion ? »

Plus de deux mois plus tard, les conclusions de l’enquête sur la catastrophe n’ont pas encore été publiées, laissant les familles et les habitants de la ville dans le désarroi.

Traduction : « Nous n’avons même pas encore digéré nos propres sentiments pour que QUICONQUE vienne et prétende pouvoir s’approcher de ce que beaucoup de gens ont traversé alors que ça fait à peine deux mois. Le pire, c’est que nous savons déjà que c’est médiocre et ne s’améliorera pas. »

L’explosion a généré un véritable traumatisme collectif dans la population du Liban, qui souffre déjà d’une crise économique sans précédent et d’une grave instabilité politique. Nombreux sont ceux qui connaissent des troubles psychologiques tels que l’insomnie, la dépression et l’anxiété. 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.