Aller au contenu principal

Libye : l’avion de Haftar « a atterri en Israël » pour une visite de deux heures 

Le jet privé a atterri à l’aéroport Ben Gourion en provenance de Chypre avant de redécoller deux heures plus tard, selon un reportage diffusé en Israël
Avions à l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv (Israël), le 21 décembre 2021 (AFP)
Avions à l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv (Israël), le 21 décembre 2021 (AFP)
Par

Un avion appartenant au commandant libyen Khalifa Haftar s’est brièvement posé à Tel Aviv jeudi 13 janvier, selon un reportage diffusé en Israël.

Le jet privé P4-RMA a atterri à l’aéroport Ben Gourion en provenance de Chypre avant de redécoller deux heures plus tard, a rapporté la radio publique Kan, sans toutefois préciser l’identité des occupants de l’avion. 

Le soutien méconnu d’Israël à la guerre de Haftar en Libye
Lire

Soutenu par la Russie, l’Égypte et les Émirats arabes unis, Haftar dirige l’Armée nationale libyenne autoproclamée dans l’est de la Libye. En avril 2019, il a lancé une offensive d’une année contre la capitale Tripoli avant d’être finalement repoussé par le Gouvernement d’union nationale (GNA) soutenu par la Turquie.

En novembre, il a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle de décembre, avant que le scrutin ne soit reporté

Bien que l’on ignore qui se trouvait dans l’avion et qui les occupants ont rencontré sur le territoire israélien, Haftar aurait rencontré par le passé des membres des services de renseignement israéliens.  

Une « escale diplomatique »

La Libye et Israël n’entretiennent actuellement aucune relation diplomatique. Mais selon Haaretz, Haftar s’est engagé à lancer un processus de normalisation semblable à celui mené en 2020 par les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc, en échange d’une « assistance militaire et diplomatique » de la part d’Israël.

Itay Blumental, correspondant militaire de Kan, a indiqué sur Twitter l’itinéraire de l’avion qui se trouvait à Chypre pour une « escale diplomatique » avant de se rendre à Tel Aviv puis de rentrer.

Le site web de suivi des vols adsbexchange.com montre que le 12 janvier, soit à la veille de la halte en Israël, l’avion a fait escale à Amman, capitale de la Jordanie, ainsi qu’à Alexandrie (Égypte).

Cette information intervient quelques jours après que la chaîne saoudienne Alhadath TV a évoqué une rencontre à Amman entre Abdel Hamid Dbeibah, Premier ministre par intérim à la tête du GNA, et le chef du Mossad, l’agence israélienne de renseignement extérieur, à une date non précisée.

Dans un communiqué publié par le gouvernement libyen, Dbeibah a démenti l’information et dénoncé une simple rumeur. « Cela ne s’est pas produit et ne se produira pas à l’avenir, notre position au sujet de la cause palestinienne est ferme et claire », indique le communiqué. 

En novembre dernier, le fils de Haftar, Saddam, a atterri en Israël à bord d’un jet privé, alors que les médias évoquaient la possibilité que le commandant promette un accord de reconnaissance d’Israël à l’issue de l’élection présidentielle.

D’après Haaretz, Saddam se trouvait dans l’avion qui est resté à l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv pendant 90 minutes avant de redécoller. 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.