Aller au contenu principal

Libye : la nomination d’un Algérien comme émissaire de l’ONU encore bloquée

Selon des sources diplomatiques, les Émirats arabes unis ont avancé que « des pays arabes et des parties libyennes avaient fait part de leur opposition » à la nomination de Sabri Boukadoum
Sabri Boukadoum a été ministre algérien des Affaires étrangères entre 2019 et 2021 (AFP/Abdullah Doma)
Sabri Boukadoum a été ministre algérien des Affaires étrangères entre 2019 et 2021 (AFP/Abdullah Doma)

Pour la seconde fois en deux ans, la nomination d’un diplomate algérien au poste d’émissaire des Nations unies pour la Libye a été bloquée.

La semaine dernière, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, après plusieurs tentatives vaines, a proposé aux quinze membres du Conseil de sécurité le nom de Sabri Boukadoum, ministre algérien des Affaires étrangères entre 2019 et 2021.

Lors d’une réunion tendue lundi du Conseil consacrée à la situation libyenne, certains pays comme le Ghana, l’Irlande ou la France ont une nouvelle fois réclamé que le poste, vacant depuis novembre, soit pourvu « dès que possible ».

Une « préoccupation régionale »

Depuis l’automne, le renouvellement de la mission politique de l’ONU (MANUL) n’a pu s’effectuer que pour des périodes courtes de quelques mois, notamment en raison de l’impossibilité du Conseil à se mettre d’accord sur un nouvel émissaire. Le mandat de la MANUL expire le 31 juillet.

L’Algérie, un acteur par défaut dans la crise libyenne
Lire

Face à ce blocage, António Guterres a proposé le nom du diplomate Sabri Boukadoum, mais les Émirats arabes unis ont bloqué sa nomination, selon des diplomates.

« Seuls les Émirats arabes unis ont refusé », a indiqué à l’AFP un diplomate ayant requis l’anonymat. Au Conseil de sécurité, les Émirats, un membre non permanent, représentent le monde arabe.

Selon plusieurs autres diplomates, les Émirats ont expliqué que « des pays arabes et des parties libyennes avaient fait part de leur opposition » à la nomination de l’ex-responsable algérien. Ces sources n’ont pas identifié les pays et parties en question.

Il y a une « préoccupation régionale » à l’égard de la nomination de Sabri Boukadoum, a indiqué l’un de ces diplomates, en soulignant que le choix d’un ressortissant d’un pays frontalier de la Libye posait problème. Son travail serait « impossible », a ajouté cette source, en expliquant la position émiratie.

Lamamra retoqué par Washington

Sans évoquer directement la candidature de l’ex-ministre algérien des Affaires étrangères, l’ambassadeur russe adjoint à l’ONU, Dmitriy Polyanskiy, a critiqué l’Occident qui voudrait, selon lui, garder la haute main sur le dossier libyen. Il a appelé António Guterres « à avoir une approche réfléchie, équilibrée » dans sa recherche d’un nouvel émissaire.

« Il faut garantir un consensus sur une candidature d’un représentant spécial en prenant en compte l’opinion des parties libyennes et des acteurs régionaux », a-t-il souligné, appelant à rejeter un « diktat du camp occidental qui considère la Libye comme son pré carré ».

En fin de séance, le Royaume-Uni et les États-Unis ont vivement rejeté les assertions russes à l’encontre de l’Occident.

Émissaire de l’ONU en Libye : à travers le blocage de Lamamra, c’est l’Algérie qui est ciblée
Lire

Pour rappel, en avril 2020, les États-Unis avaient bloqué une proposition du secrétaire général de l’ONU pour la nomination de l’actuel chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra, comme envoyé onusien pour la Libye.   

Les réserves, à l’époque, de Washington auraient été motivées par des pressions de l’Égypte et des Émirats arabes unis, soutiens du maréchal Khalifa Haftar, commandant militaire de l’est de la Libye, qui considèrent que Ramtane Lamamra serait trop proche du gouvernement de Tripoli, a indiqué à l’AFP un diplomate.

Une quatrième source estime qu’il a pu être jugé par Washington trop proche de la Russie, accusée de soutenir le maréchal Haftar avec des mercenaires, ce dont Moscou se défend.  

La Libye, théâtre de multiples ingérences et rivalités internationales, est depuis longtemps un casse-tête pour le chef de l’ONU dans son choix d’un nouvel émissaire. Le prochain titulaire sera le neuvième en onze ans, relevait récemment une source diplomatique libyenne.

Après plus d’une décennie de chaos consécutif à la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi, la Libye, minée par les divisions entre institutions concurrentes dans l’Est et l’Ouest, compte depuis début mars deux gouvernements rivaux, comme entre 2014 et 2021, alors en pleine guerre civile. Aucune solution à cette crise politique n’est en vue jusqu’à présent.