Aller au contenu principal

« Où vivent les grands singes ? » : un exercice dans une école française au Maroc provoque le scandale

Des élèves de CM2 ont reçu un exercice sur les grands singes, illustré notamment par une femme subsaharienne
L’auteur du manuel d’où a été extraite la ressource éducative controversée indique qu’elle a été produite au Gabon pour les élèves des écoles locales afin de les accompagner à la protection des grands singes et de leur environnement (Twitter)
L’auteur du manuel d’où a été extraite la ressource éducative controversée indique qu’elle a été produite au Gabon pour les élèves des écoles locales afin de « les accompagner à la protection des grands singes et de leur environnement » (Twitter)
Par

L’école primaire française Ernest Renan à Casablanca (Maroc) est secouée depuis jeudi 25 mars par un scandale. Selon des médias locaux, un exercice de sciences naturelles distribué aux élèves de CM2 (10-11 ans) posait la question « où vivent les grands singes ? », avec une illustration présentant un bonobo, un chimpanzé, un orang-outan, un gorille et… une femme subsaharienne.

Les parents d’élèves, en découvrant l’exercice, ont interpellé l’administration de l’école, qui fait partie du réseau de l’Alliance française et est gérée directement par l’Agence de l’enseignement français à l’étranger (AEFE).

Alertée par l’ampleur de la réaction des parents, la direction de l’école a envoyé, le jour même, un mail d’excuse : « Ce document présente un exercice qui a pu, à juste titre, choquer votre sensibilité. En effet, présenter dans un même exercice une femme noire et les grands singes est d’une maladresse inadmissible qui peut renvoyer à des amalgames tout à fait contraires aux valeurs que notre école défend. »

« Le directeur de l’établissement s’excuse au passage de la diffusion de ce document auprès des enfants mais n’annonce pas pour autant une quelconque mesure disciplinaire à l’encontre des professeurs ayant diffusé ce document », commente le site Le 360.

L’AEFE a aussi réagi dans un communiqué : « Nous avons pris connaissance avec consternation du contenu d’un exercice qui a été envoyé ce jour à des élèves de l’école primaire Ernest Renan de Casablanca au Maroc. Le choix de ce document raciste et sexiste est une faute grave à nos yeux. »

L’AEFE a annoncé l’ouverture d’« une enquête administrative » et s’est engagée à prendre les « mesures qui s’imposeront ».

« Profonde consternation »

« Autrement dit, si la direction de l’école n’a pas diligenté d’elle-même une enquête en son sein, c’est l’ensemble de la structure pédagogique qui tombe désormais sous le coup de cette enquête menée par l’AEFE, qui conclut son communiqué en insistant sur la transmission des ‘’valeurs républicaines dans l’enseignement français à l’étranger, au premier rang desquelles l’égalité et la lutte contre toutes les formes de racisme’’ », précise Le 360.

« La fondation de coopération scientifique ‘’La main à la pâte’’, auteur du manuel d’où a été extraite [la] ressource éducative controversée, indique, a posteriori, qu’elle ‘’a été produite au Gabon pour les élèves des écoles locales [afin de] les accompagner à la protection des grands singes et de leur environnement’’ », souligne Le Desk.

Certains parents d’élèves de l’école Ernest Renan, de leur côté, tentent de défendre l’enseignante incriminée.

Dans une pétition, ils expriment leur « profonde consternation face à l’ampleur des réactions par rapport aux faits tangibles » et demandent « qu’il n’y ait pas de sanctions à l’encontre de l’enseignante ou du directeur ».