Aller au contenu principal

L’armée américaine achète des données venant d’applications populaires chez les musulmans

Muslim Pro, application coranique et de prière téléchargée plus de 95 millions de fois, vend les données personnelles de ses utilisateurs à des tiers, dont l’armée américaine, annonce Vice
Muslim Pro se vante d’être l’« application musulmane la plus populaire » (Facebook/Muslim Pro)
Par

L’armée américaine achète les données de localisation des millions de musulmans à travers le monde qui utilisent une application de prière populaire et une application de rencontre pour les musulmans, rapporte Motherboard du groupe Vice.

Le site spécialisé dans la technologie a annoncé lundi que l’armée américaine avait utilisé deux méthodes distinctes pour obtenir les données de localisation des utilisateurs. La première implique un produit baptisé Locate X.

Selon Motherboard, le Commandement des opérations spéciales des États-Unis (USSOCOM), division de l’armée chargée de la lutte contre le terrorisme, la lutte contre l’insurrection et la reconnaissance spéciale, a acquis l’accès à Locate X pour les opérations des forces spéciales à l’étranger. 

Facebook menace les communautés musulmanes vulnérables
Lire

La seconde méthode pour obtenir les données implique une société appelée X-Mode. Celle-ci collecte les données de localisation directement auprès des applications puis les revend à des tiers, et par extension à l’armée américaine.

Selon l’article, Muslim Pro, application qui donne les heures des prières quotidiennes et indique également la direction de La Mecque par rapport à leur localisation, envoie les données utilisateurs à X-Mode.

Muslim Pro se vante d’être l’« application musulmane la plus populaire » et comprend également des passages et des récitations du Coran.

Selon le Google Play Store, cette application a été téléchargée plus de 50 millions de fois à travers le monde sur des appareils Android et plus de 95 millions au total sur les différentes plateformes dont iOS, selon le site web de Muslim Pro.

Certains des développeurs de l’application auxquels a parlé Motherboard ne savaient pas où finissaient les données de localisation des utilisateurs.

Middle East Eye a sollicité une réaction de Muslim Pro, mais n’avait pas obtenu de réponse au moment de la publication.

X-Mode vend des données de localisation des téléphones américains

Muslim Mingle, application de rencontre qui compte plus de 100 000 téléchargements, envoie aussi les données de ses utilisateurs à X-Mode selon Motherboard.

Motherboard a constaté que de nombreux utilisateurs d’applications impliquées dans la chaîne de collecte des données étaient musulmans – une observation importante compte tenu des décennies de guerres américaines contre des pays à majorité musulmane, notamment l’Afghanistan, l’Irak et le Pakistan.

Comment la technologie d’espionnage israélienne pénètre au plus profond de nos vies
Lire

Dans un communiqué, le sénateur Ron Wyden a indiqué à Motherboard que X-Mode vendait les données de localisation collectées auprès de téléphones américains à des clients du secteur militaire américain. 

« Dans un appel passé en septembre à mon bureau, les avocats de X-Mode Social [courtier en données] ont confirmé que la société vendait des données collectées dans des téléphones aux États-Unis à des clients du secteur militaire américain, via des entreprises du secteur de la défense. Citant des accords de confidentialité, la société a refusé d’identifier nommément les entreprises du secteur de la défense ou les agences gouvernementales qui achètent ces données », précisait le communiqué.

Dans une interview avec CNN en avril, le PDG de X-Mode Joshua Anton déclarait que sa société suivait chaque mois 25 millions d’appareils aux États-Unis, et 40 millions à l’étranger, notamment au sein de l’Union européenne, en Amérique latine et dans la région Asie-Pacifique.

Chris Hoofnagle, directeur de faculté au Berkeley Center for Law and Technology, explique à Motherboard que, quand bien même l’application inclut des informations à propos de la vie privée dans son accord de confidentialité, de nombreux utilisateurs seraient alarmés à l’idée que leurs données soient vendues à l’armée américaine.

« La question est de savoir si le consommateur moyen de ces services pourrait prévoir ces utilisations de ses données et les accepterait explicitement », a-t-il déclaré.

« On peut indéniablement affirmer dans ce contexte que le consommateur moyen – qui ne fait pas partie du monde de la tech – ne penserait pas à une utilisation militaire de ses données même s’il lisait les conditions. »

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.