Aller au contenu principal

Abou Obeida, le visage insaisissable de la résistance armée à Gaza

Le porte-parole des brigades Ezzedine al-Qassam, Abou Obeida, s’impose comme la voix de la communication offensive du bras armé du Hamas
Abou Obeida lors d’une conférence de presse des brigades Ezzedine al-Qassam, à Gaza, en 2010 (AFP)
Abou Obeida lors d’une conférence de presse des brigades Ezzedine al-Qassam, à Gaza, en 2010 (AFP)
Par

Carrure impressionnante, démarche au pas militaire, tout le temps en treillis kaki, visage camouflé, la tête ceinte du bandeau vert indiquant le nom de son organisation : le porte-parole des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, Abou Obeida, dont on ne connaît pas l’identité, s’est imposé comme la figure de la résistance palestinienne à Gaza.

Sa voix, ses déclarations filmées en plan rapproché donnent un visage, certes caché, à la communication guerrière des brigades Ezzedine al-Qassam et font de lui l’une des cibles prioritaires de l’armée et du renseignement israélien.

Traduction : « [Le grand poète] al-Moutnabi parlait-il d’Abou Obeida quand il disait que ‘’le lion fait peur même derrière une grille’’ ? »

Une cible aussi importante que son supérieur, le chef d’état-major des brigades Ezzedine al-Qassam, Mohamed Deif. Car c’est Abou Obeida qui, à travers ses vidéos, envoie les ultimatums et les annonces de lancement de roquettes dans le cadre de ce que la « résistance unifiée » à Gaza appelle l’opération « Épée d’al-Qods ».

Sur les réseaux sociaux, il devient une véritable star auprès de Palestiniens accrochés à ses déclarations sur les salves de roquettes que tire son organisation sur les villes israéliennes.

Traduction : « Quelle que soit la finalité de ce que vous faites, nous sommes si fiers de vous. Vous êtes le roi et vous êtes aussi le chef. »

Son aura a fait que les Israéliens traquent ses vidéos et ses déclarations, surtout celles traduites en hébreu, pour limiter leur circulation.

Conférence de presse d’Abou Obeida en juillet 2006 au nord de la bande de Gaza (AFP)
Conférence de presse d’Abou Obeida en juillet 2006 au nord de la bande de Gaza (AFP)

Selon des médias palestiniens, « très peu de personnes connaissent le visage d’Abou Obeida, qui n’apparaîtra jamais sous sa vraie identité dans les médias ».

« Cela fait plusieurs années que l’armée israélienne tente de l’atteindre et de l’identifier, sans succès », ajoutent ces sources.

La première apparition d’Abou Obeida remonte à 2006, quand il annonce la capture du soldat israélien Gilad Shalit lors d’une attaque contre un char au sud de la bande de Gaza.

Attaque revendiquée, à l’époque, par les brigades Ezzedine al-Qassam, le Comité de résistance populaire et l’Armée de l’islam.

Abou Obeida dans la maison de Mahmoud Abbas à Gaza, le 21 juin 2007 (AFP)
Abou Obeida dans la maison de Mahmoud Abbas à Gaza, le 21 juin 2007 (AFP)

Il fera ensuite une autre apparition que beaucoup n’oublieront pas quand il pose, le 21 juin 2007, dans la maison du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Gaza, investie par le Hamas lors de sa prise de contrôle de la bande côtière à la suite de combats violents entre ses forces et celles du Fatah d’Abbas.