Aller au contenu principal

Comment la Finlande a donné des cours secrets aux enfants de l’EI détenus en Syrie

Le projet, sensible en Finlande, a été pendant plusieurs mois caché de l’opinion publique, avant d’être révélé mi-2021 
« Certains des enfants ne savaient pas ce qu’était un bâtiment, ce qu’était une maison, parce qu’ils ont toujours été dans une tente » – L’enseignante finlandaise Ilona Taimela (AFP/Delil Souleiman)
« Certains des enfants ne savaient pas ce qu’était un bâtiment, ce qu’était une maison, parce qu’ils ont toujours été dans une tente » – L’enseignante finlandaise Ilona Taimela (AFP/Delil Souleiman)
Par
HELSINKI, Finlande

Des phrases en anglais et en finnois défilent et se mêlent aux photos d’animaux : dans sa maison en banlieue d’Helsinki, Ilona Taimela relit les centaines de messages échangés sur WhatsApp pendant plus d’un an avec ses élèves en Syrie.

L’an dernier, cette enseignante a été sollicitée pour donner secrètement des cours, via le service de messagerie, à des enfants finlandais de membres du groupe État islamique (EI), détenus dans le camp syrien d’al-Hol par des forces kurdes.

Les enfants des membres de l’EI n’ont commis aucun crime. Pourquoi les punir ?
Lire

« Certains des enfants ne savaient pas ce qu’était un bâtiment, ce qu’était une maison, parce qu’ils ont toujours été dans une tente […] Il y avait tellement de choses qu’ils devaient apprendre », raconte la Finlandaise à l’AFP.

Surpeuplé, manquant d’hygiène et théâtre de violences, le camp d’al-Hol abrite plus de 60 000 déplacés, dont un tiers sont des enfants de mères étrangères venues en Syrie pour épouser des combattants de l’EI. 

« C’est un endroit misérable, hors de contrôle », explique Jussi Tanner, envoyé spécial de la Finlande chargé de garantir les droits fondamentaux des enfants finlandais à al-Hol, notamment leur accès à l’éducation.

La propagande extrémiste y « est libre de circuler sans contre-message », souligne-t-il.

Jussi Tanner a donc eu l’idée de proposer des cours par téléphone aux enfants finlandais d’al-Hol, au moment où l’enseignement à distance se démocratisait avec la pandémie de COVID-19.

Téléphones interdits

Avec l’aide d’une fondation finlandaise, il embauche Ilona Taimela, spécialisée dans l’enseignement aux enfants finlandais à l’étranger – ainsi qu’un autre enseignant, pour élaborer un programme –, avant de transmettre les détails aux mères. 

Bien que les téléphones soient interdits dans le camp – les cours se déroulent en secret –, « le jour même […] nous avons reçu peut-être huit enfants », raconte Ilona Taimela. 

Rapidement, 23 noms – sur la bonne trentaine d’enfants finlandais du camp – se verront inscrits.

L’enseignante Ilona Taimela devant le siège du ministère des Affaires étrangères à Helsinki, le 26 octobre 2021 (AFP / Alessandro Rampazzo)
L’enseignante Ilona Taimela devant le siège du ministère des Affaires étrangères à Helsinki, le 26 octobre 2021 (AFP / Alessandro Rampazzo)

Le projet, sensible en Finlande, a été pendant plusieurs mois caché de l’opinion publique. 

« Bonjour ! Nous sommes le jeudi 7 mai 2020. Le premier jour de l’école à distance ! », écrivait à l’époque Ilona Taimela, dans un message accompagné d’un selfie.

Les enseignants ont rapidement échangé chaque jour des centaines de messages écrits et vocaux avec les enfants, qui recevaient un ou deux cours quotidiens en fonction des niveaux.

« Les petits avaient toujours finnois, et les plus grands géographie ou histoire, certains voulaient aussi apprendre l’anglais », explique l’enseignante.

Syrie : dans le camp d’al-Hol, l’EI continue de semer la mort
Lire

Elle et son collègue, qui a souhaité rester anonyme, étaient « constamment inquiets pour leur bien-être », « surtout quand nous apprenions qu’ils étaient malades, ou qu’il y avait une tempête ».

Certaines familles « se sont échappées du camp et participaient donc à l’école alors qu’elles étaient en fuite dans le nord-ouest de la Syrie, une zone active de conflit », explique Jussi Tanner. 

« D’autres ont été soudainement rapatriés et ont quitté le groupe pour de bon », quand la Finlande a décidé d’œuvrer à leur rapatriement après un débat intense dans le pays.

Après plusieurs mois de cours, la mère d’une fillette de 6 ans a révélé à l’enseignante que sa fille savait désormais lire. « C’était un moment ‘’eurêka’’ », savoure Ilona Taimela. 

« Quelques heures pleines d’émotion »

Pour la professeure, qui dit éprouver « de la tristesse plutôt que de la colère » envers ces mères, beaucoup d’entre elles étaient vulnérables et « leur religion leur promettait une sorte de paradis ».

Si Ilona Taimela s’était faite à l’idée qu’elle n’aurait jamais de nouvelles des enfants rapatriés, en juillet 2020, elle a été appelée dans un centre d’accueil en Finlande.

Expulsion des combattants de l’EI : un dossier qui divise les Français
Lire

Elle y a rencontré certains de ses élèves pour la première fois. « Ce furent quelques heures pleines d’émotion », se souvient-elle.

Le ministère finlandais des Affaires étrangères a rapatrié à ce jour vingt-trois enfants et sept adultes. Selon Jussi Tanner, il ne reste plus qu’une quinzaine de personnes « plus difficiles à atteindre » – dont dix enfants – dans les camps en Syrie.

Mi-2021, l’enseignement a pris naturellement fin et le ministère a rendu le projet public. 

Ilona Taimela cherche désormais à savoir comment utiliser ce modèle d’enseignement dans d’autres régions en crise. Elle a déjà reçu des demandes concernant la Grèce, la Birmanie ou la Colombie. 

« L’enseignante d’al-Hol, c’est l’étiquette que je porterai désormais », sourit-elle. « Mais je suis fière de ce que nous avons fait. »

Par Sam Kingsley