Aller au contenu principal

La scientifique tunisienne Rania Toukebri victime de la haine médiatique pour ses propos sur le Coran

Pour avoir lié science et religion, une brillante ingénieure aérospatiale tunisienne a été dénigrée par des médias et des internautes sur les réseaux sociaux
La jeune scientifique, qui vit en Allemagne, a même déclaré qu’elle ne voulait plus revenir en Tunisie (Facebook)
La jeune scientifique, qui vit en Allemagne, a même déclaré qu’elle ne voulait plus revenir en Tunisie (Facebook)
Par

La jeune ingénieure aérospatiale tunisienne Rania Toukebri a subi de violentes attaques sur les médias et les réseaux sociaux à la suite de ses déclarations sur une télévision locale.

« La science nous rapproche toujours de Dieu. Il existe beaucoup de découvertes scientifiques qui sont déjà citées dans le Coran, c’est ce que je découvre personnellement à travers mes travaux et ma lecture du Coran, surtout les versets qui évoquent l’Univers, le Soleil, la Lune et les planètes », a-t-elle notamment déclaré lors d’un talk-show.

La scientifique, sélectionnée pour la première phase de la mission lunaire au sein de l’Agence spatiale européenne (ESA), également mentor pour le programme « Space for Women » des Nations unies, a été critiquée par des médias et des internautes pour avoir parlé de religion.

« Je ne suis ni une érudite ni une spécialiste de la religion »

La journaliste Sabra al-Aouni l’a par exemple attaquée en disant : « En tant que scientifique, tes avis religieux m’importent peu, ta relation avec Dieu est une question personnelle et les scientifiques ne doivent pas parler de religion. »

En Égypte, le retrait du Coran des manuels scolaires voulu par Sissi est loin de faire l’unanimité
Lire

Certains internautes sont allés jusqu’à douter de son parcours scientifique et de sa participation au programme lunaire de l’ESA.

« Je me suis retrouvée face à un sujet ridicule. Ils m’ont posé une question et j’ai répondu. Je ne veux pas vous donner d’explications ou de leçons à cet égard, car je ne suis ni une érudite ni une spécialiste de la religion et du Coran. Et je ne prétends pas le savoir. Tout citoyen a le droit d’exprimer son opinion selon ses connaissances. N’utilisez pas mes paroles pour des objectifs politiques et religieux », a réagi Rania Toukebri dans un post Facebook.

La jeune femme, qui vit en Allemagne, a même fini par déclarer qu’elle ne voulait plus revenir en Tunisie, même si elle a remercié les nombreuses personnes lui ayant témoigné leur soutien.

« Je suis désolé que tu aies vécu cette mauvaise expérience », a indiqué un des journalistes de la chaîne de télévision où Toukerbi a été invitée. « Nous voulions montrer ton exemple à la jeunesse tunisienne mais malheureusement, certaines personnes se spécialisent dans l’adoration de l’échec. »

L’ancien ministre Khaled Choukat a pour sa part écrit : « Qui a enraciné la haine maladive de la religion dans le cœur et la tête de certains Tunisiens au point que l’islam est devenu, pour eux, synonyme de terrorisme ? »

« Celle qui rêve les yeux ouverts de conquérir l’espace s’est retrouvée face à une absurde et honteuse campagne de dénigrement visant à décrédibiliser ses propos. ‘’Deux choses sont infinies’’, disait Albert Einstein, ‘’l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue’’ », a commentéle site du quotidien La Presse en Tunisie.