Aller au contenu principal

Une quinzaine de personnes accusées d’espionner pour Israël arrêtées en Turquie

MEE a appris que plusieurs Palestiniens portés disparus depuis le mois dernier faisaient partie de la présumée « cellule du Mossad » démantelée par les renseignements turcs
La gendarmerie turque défile lors de la fête de la Victoire à Ankara, en Turquie, le 30 août 2021 (Reuters)
Par
ISTANBUL et JÉRUSALEM

Middle East Eye est en mesure de révéler que les renseignements turcs (MIT) ont arrêté quinze hommes accusés d’espionner en Turquie pour le compte de l’agence des renseignements extérieurs d’Israël (Mossad), notamment des Palestiniens qui étaient portés disparus depuis septembre. 

Jeudi, le quotidien Sabah a été le premier à signaler que le MIT avait arrêté quinze hommes accusés d’avoir constitué des cellules de trois personnes à travers le pays. 

Deux personnes qui sont au fait des arrestations ont confirmé à MEE que ces hommes ont été arrêtés pour « espionnage et collaboration avec le Mossad dans l’objectif de rassembler des informations sur les citoyens palestiniens vivant en Turquie ». Elles ont précisé que des Palestiniens et des Syriens figuraient parmi les personnes arrêtées et qu’ils étaient chargés de « collecter des informations sur des responsables turcs et les étudiants palestiniens en Turquie ».

MEE croit savoir que six Palestiniens portés disparus en Turquie depuis le mois dernier figurent parmi les personnes arrêtées. 

« Tout est faux »

L’un des présumés espions « arabes », désigné par l’initiale « M » dans l’article de Sabah, correspond aux données que MEE a réussi à obtenir à propos de l’une des six personnes disparues.

Dans une interview téléphonique avec MEE, le frère de cet agent présumé du Mossad confie que M l’a appelé il y a quelques jours et lui a demandé de lui prendre un avocat parce qu’il était gardé à vue par les forces de sécurité turques.

« J’ai entendu ce qu’ils disent dans la presse à propos de mon frère et des autres Palestiniens. Tout est faux. Nous ne connaissons pas encore la vérité », assure-t-il. « L’avocat nous a dit que c’était un malentendu et qu’il serait probablement bientôt relâché. »

« J’ai entendu ce qu’ils disent dans la presse à propos de mon frère et des autres Palestiniens. Tout est faux »

- Frère d’un Palestinien arrêté

M vit en Turquie depuis neuf ans et étudiait dans une école de médecine à Konya dont il était supposé être diplômé dans deux mois. Selon son frère, M est désormais gardé à vue à Istanbul par la police internationale.

Un ami de la famille a déclaré à MEE que les proches de M en Cisjordanie étaient « sous le choc » et ne savaient pas pourquoi il aurait espionné, d’autant plus qu’ils sont à l’aise financièrement. 

Tous les détenus palestiniens ne sont pas des étudiants, ont indiqué deux sources au fait de cette affaire à MEE. Ils travaillent « dans différents secteurs ».

Les suspects ont espionné des étudiants palestiniens susceptibles de travailler dans le secteur de la défense et ont communiqué via des téléphones publics, selon Sabah

Le scandale Pegasus met en lumière le secteur controversé de la technologie militaire israélienne
Lire

Une source israélienne proche de l’establishment sécuritaire israélien a déclaré MEE que ce réseau devait travailler à la fois pour le service de sécurité intérieure d’Israël, le Shin Bet, et le Mossad pour espionner des étudiants de domaines susceptibles d’être utiles pour le groupe politique palestinien du Hamas.

Pendant plus d’un an, les cellules ont été chargées de collecter des informations sur la façon dont les Palestiniens pouvaient entrer dans les universités turques et le type d’opportunités fournies par le gouvernement turc aux Palestiniens, selon le MIT. 

L’une des cellules aurait été en contact étroit avec le Mossad et aurait organisé des rencontres régulières pour échanger des informations. 

Selon les renseignements turcs, ces agents ont rencontré des responsables du Mossad à l’étranger, dans plusieurs villes à travers l’Europe et l’Afrique, notamment Zagreb, Bucarest, Zurich et Nairobi. 

Le MIT a déclaré que le réseau utilisait ProtonMail, SafeUM et WhatsApp pour envoyer des fichiers et informations aux responsables du Mossad à l’étranger. 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.