Aller au contenu principal

Des dizaines de milliers d’Algériens manifestent contre un cinquième mandat pour Bouteflika

L’Algérie a été, vendredi 22 février, le théâtre d’impressionnantes marches contre la candidature du président
Les Algérois ont bravé l’interdiction des manifestations dans la capitale en vigueur depuis 2001 (AFP)
Par

Vendredi 22 février, dès l’après-midi, une foule immense d’Algérois s’est rassemblée place de la Grande Poste et place du 1er Mai.

https://www.instagram.com/p/BuM9HfmHSXV/?utm_source=ig_share_sheet&igshid=r7d78ohiz7tv&fbclid=IwAR0ZdEr06OsuJfsk4P3LKxNUsHuW4kkN

Personne ne sait qui est à l’origine de l’appel à manifester, diffusé sur les réseaux sociaux.

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=2313467945344349&set=a.592333777457783&type=3&eid=ARDUPEq4cJ3pObibYy56px9GI5AwoVk6PtaPSs

« On ne veut ni de Bouteflika, ni de Saïd [le frère du président] », « La police, l’armée, avec nous ! », « Pacifique, pacifique », « L’Algérie libre et démocratique ! », scandaient les manifestants face à des policiers qui tentaient de les empêcher d’accéder au palais présidentiel d’El Mouradia, sur les hauteurs d’Alger.

Aucun incident majeur n’a altéré cette marche, une première depuis plus de vingt ans.

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=806523509710331&set=pcb.806525796376769&type=3&__tn__=HH-R&eid=ARAZzbseGLOnmSYYusrISCFII

La dernière grande manifestation à Alger date de juin 2001, quand les comités de villages de Kabylie ont défilé dans la capitale (des chiffres parlaient d’un million de manifestants). Mais à l’époque, la répression avait été violente.

Près de la Grande Poste, la foule s’est attaquée au portrait géant de Bouteflika suspendu sur la devanture du siège algérois du Rassemblent national démocratique (RND) du Premier ministre Ahmed Ouyahia.

D’autres villes du pays ont aussi connu une importante journée de mobilisation. Selon les chiffres avancés par des militants des droits de l’homme, quelque 800 000 manifestants auraient été recensés dans tout le pays. Ici à Jijel, à l’est du pays :

Là, à Adrar, dans le sud saharien :

https://www.facebook.com/fromadrar/photos/pcb.1002219709979501/1002219569979515/?type=3&__tn__=HH-R&eid=ARD08eQV4rM2wLXuzL7qLr4q

Et ici à Biskra, dans le sud-est :

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10212816295031176&set=pcb.10212816295351184&type=3&__tn__=HH-R&eid=ARCDLsLUFRsaWi_RkcUcG

Et à Annaba, dans l’est algérien, les jeunes ont enlevé le poster géant du président accroché sur la devanture du siège de la police.

https://www.facebook.com/watch/?v=264582667796312

Dans une vidéo sur Facebook, l’artiste pop-art le plus connu en Algérie, El Moustach, manifeste lui aussi à Alger : il montre le chiffre cinq de sa main et dit « Ça, on n’en veut pas ! ».

https://www.facebook.com/100002100241061/videos/2136829043063750/

Pendant les manifestations, et comme dans plusieurs villes, les manifestants en colère ont tenu à nettoyer les rues au passage des cortèges des différentes marches ce vendredi-là.

La police a annoncé vendredi soir « l’arrestation de 41 personnes pour trouble à l’ordre public, agression d’agents de l’ordre et destruction de biens ». Sans plus de précision.

Par ailleurs, tout au long de la manifestation à Alger, des scènes de fraternisation avec les forces de l’ordre ont été filmées.

https://twitter.com/zakioseize/status/1098986358054547457

Des appels à manifester dans les universités ont été lancés pour ce 26 février. Le mouvement d’opposition Mouwatana (Citoyenneté) a appelé aussi à manifester contre le cinquième mandat dimanche 24 février.

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1205427816274512&set=gm.332226000731650&type=3

Ce même 24 février, le président Abdelaziz Bouteflika se rendra à Genève, en Suisse, pour un « court séjour » médical selon des sources officielles.

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.