Aller au contenu principal

Yaïr Netanyahou affirme que la Palestine n’existe pas puisqu’il n’y a pas de « p » en arabe

Des internautes moqueurs ont fait remarquer au fils du Premier ministre israélien que l’absence de la lettre « j » dans l’alphabet hébreu signifiait alors qu’il ne pouvait y avoir « de juifs, de Judée et de Jérusalem »
En mars, Yaïr Netanyahou s’est retrouvé sous le feu des critiques après avoir retweeté un tweet prétendant que le dirigeant de Bleu Blanc Benny Gantz souffrait d’une « dépression nerveuse » (AFP)
Par

Mardi, Yaïr Netanyahou, le fils du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, a encore une fois suscité la controverse en se servant d’une théorie douteuse pour prétendre que la Palestine n’existe pas.

Sur Twitter, le jeune homme de 27 ans affirme que la Palestine « n’existe pas » puisque la lettre « p » n’apparaît pas dans l’alphabet arabe.

Sa théorie a rapidement été tournée en ridicule sur les réseaux sociaux, les utilisateurs faisant remarquer que le mot arabe pour Palestine est « falastin ».

Traduction : « Premièrement, on peut l’appeler comme on veut puisque c’est notre terre et, deuxièmement, si tu avais fait quelques recherches, tu saurais que, phonétiquement, les Arabes et les Palestiniens l’appellent “falastin”, donc qui a besoin du son ‘’p’’ ? (C’est débile comme argument à la base). »

Traduction : « J’adore comment tu affiches ton ignorance dès que tu le peux. Pas de “p” en arabe, petit malin, Palestine est l’anglicisme du mot “Filistin”, qui est on ne peut plus réelle. Mais continue à vivre dans ton monde imaginaire si ça te fait te sentir mieux. »

La « logique » de Netanyahou s’est retournée contre lui : les internautes n’ont pas tardé à lui faire remarquer qu’aucune lettre de l’alphabet hébreu ne donnait le son « j ». 

L’activiste israélo-américain pro-Palestine Miko Peled s’est demandé si l’absence de « j » en hébreu signifiait qu’il ne pouvait y avoir « de juifs, de Judée et assurément pas de Jérusalem ».

Traduction : « En parlant d’idiots, il n’y a pas de “j” en hébreu donc Jérusalem ne peut pas faire partie d’Israël – ni la Judée ou les juifs… »

Traduction : « En suivant cette logique, le fait qu’il n’y ait pas de j en hébreu signifie que le peuple juif n’existe pas. Le petit fasciste n’est pas très brillant. »

Ridiculisé, Yaïr Netanyahou a tenté de se justifier en tweetant une fois de plus que le nom « Palestine » n’avait été utilisé pour désigner cette région géographique que lorsque les Romains écrasèrent la révolte juive de Bar-Kokhba au IIe siècle, en tant que « punition ».

Zachary Foster, universitaire de Princetown, a toutefois fait observer que le nom « Palestine » était utilisé depuis longtemps avant l’époque romaine pour désigner la terre entre le Jourdain et la mer Méditerranée.

Traduction : « Le nom “Palestine” était populaire bien avant que les Romains n’écrasassent la révolte. Et les historiens débattent des raisons pour lesquelles les Romains ont changé le nom. Cf. pages 103-110 https://www.academia.edu/34686627/The_Invention_of_Palestine_Ph.D._Dissertation_Princeton_University_2017_ … Laisse l’Histoire aux historiens, habibi. »

Le fils du Premier ministre a l’habitude de publier des remarques explosives sur les réseaux sociaux.

L’année dernière, il a attisé une querelle diplomatique entre Israël et Ankara en publiant une image sur Instagram avec l’inscription « Fuck Turkey ».

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.