Aller au contenu principal

Des milliers de femmes font route vers la Syrie pour que leurs « sœurs syriennes » soient libérées

Soixante bus de femmes, militantes et membres d’ONG, ont entamé un voyage de 1 200 kilomètres jusqu’à la frontière syrienne à l'occasion de la Journée internationale des femmes
Les militantes se préparent pour entamer un long voyage jusqu'à la frontière avec la Syrie (photo fournie à titre gracieux)

ISTANBUL, Turquie – C’est sous une mer de parapluies multicolores déployés sous la pluie qu’un long cortège de femmes a démarré ce mardi 6 mars, pour un voyage d'environ 1 200 kilomètres jusqu'à la frontière syrienne, avec un message simple : les Syriennes sujettes à des souffrances inimaginables dans les prisons de leur pays doivent être libérées immédiatement. 

Environ 60 bus de femmes, avec parmi elles des militantes et des membres d'ONG de 55 pays, mettront deux jours pour atteindre la province turque de Hatay. Ces femmes espèrent attirer l’attention sur la torture et le viol dont sont victimes les prisonnières syriennes alors que le monde célèbre la Journée internationale des femmes, le 8 mars.

« Un monde de femmes est là. Mes chères sœurs syriennes, nous ne vous abandonnerons jamais », a déclaré Gulden Sonmez, de l'IHH, une organisation caritative islamiste turque en rassemblant la foule qui embarquait dans les autocars. « Nous ne laisserons pas les décideurs en paix tant que vous n'êtes pas sauvées, et lorsque vous serez sauvées, nous travaillerons ensemble pour empêcher la guerre. »

« Nous ressentons votre souffrance. Nous nous sommes tous rassemblées ici, sans distinction de religion, de langue ou de race, et nous partons au nom de la conscience humaine. Dans ce convoi, nous sommes la voix de la conscience pour ceux qui se trouvent dans les prisons syriennes », a ajouté Gulden Sonmez.

Selon les données fournies par l'IHH, qui a participé activement à l'aide humanitaire le long de la frontière turque et dans certaines régions de Syrie pendant la guerre, plus de 400 000 personnes sont détenues dans des centres d'interrogation et des prisons, pour la plupart des enfants et des femmes.

Les militantes du « convoi de la conscience » se préparent pour leur voyage jusqu’à Hatay (photo fournie à tire gracieux)

Toujours selon l’IHH, 13 104 personnes sont mortes sous la torture alors qu'elles étaient détenues. L’organisation a aussi recensé 13 581 femmes arrêtées par le régime syrien à ce jour, et 6 736 femmes qui croupissent encore dans les prisons du pouvoir. 

« Ces femmes sont torturées et violées. Le régime syrien utilise le viol des femmes comme une arme », a précisé Gulden Sonmez.  

L'IHH indique par ailleurs que 76 000 personnes sont portées disparues, selon différents rapports, dont 116 enfants et 4 219 femmes.

Dans une déclaration à Middle East Eye en marge du cortège, Gulden Sonmez a reconnu que des atrocités similaires sont commises par d'autres acteurs dans divers centres de détention et prisons en Syrie, mais qu’elles avaient choisi de se concentrer « sur celles du régime, le pire auteur de tels actes contre les femmes ».

L'une des organisatrices, qui a requis l'anonymat, explique à MEE que si la formule du convoi a été choisie parmi toutes celles qui existent, c’est pour attirer l’attention sur un autre problème.

« Regardez la Ghouta orientale maintenant et tous les problèmes d'acheminement des convois humanitaires. Tout au long du conflit, les convois humanitaires ont fait l'objet de spéculations intenses et ont souvent été accusés à tort d'être instrumentalisés par des partis politiques », souligne-t-elle. « L'humanité a disparu. »  

Au moment où il arrivera à Hatay, à la frontière syrienne, le « convoi de la conscience » devrait atteindre 200 bus. 

Selon Gulden Sonmez, la participation des femmes a dépassé les attentes des organisatrices. « Nous espérions 5 000 femmes mais là, je peux vous dire qu'il y en aura au moins 10 000 », a-t-elle affirmé.  

« Mais ce n’est pas de nous qu’il s’agit. Le convoi veut montrer les horreurs que les femmes doivent endurer, l'absurdité et la lâcheté de la guerre. Nos sœurs syriennes seront libérées et nous n'arrêterons pas jusqu'à ce qu'elles le soient. »

Traduit de l'anglais (original).