Aller au contenu principal

Drame des migrants : les secouristes en Méditerranée désemparés face aux intransigeances européennes

La découverte par l’équipage d'une ONG espagnole, au large de la Libye, d’un radeau avec une femme et un enfant décédés relance la polémique contre les politiques européennes, surtout italienne, face au tragique destin des migrants
Un secouriste de l'ONG espagnole Proactiva Open Arms lors d’une opération de sauvetage en mer fin juin (Facebook/@proactivaservice)

Les secouristes de l'ONG espagnole Proactiva Open Arms ont découvert une femme encore en vie ainsi que deux cadavres sur les restes d'un canot pneumatique mardi 17 juillet au large de la Libye, et ont accusé les gardes-côtes libyens, qui ont nié les avoir abandonnés à leur sort en pleine mer.

Le canot était entièrement dégonflé et seules quelques planches flottaient encore, à environ 80 milles marins (environ 150 kilomètres) au nord-est de Tripoli.

Les secouristes espagnols, de retour sur zone après des semaines d'absence, s'étaient rendus sur les lieux après avoir entendu, lundi soir, des échanges radio entre un cargo panaméen et la vedette Ras Jedir des gardes-côtes libyens à propos d'un canot en détresse. L'ONG espagnole accuse les Libyens d'avoir récupéré les migrants qui se trouvaient à bord mais d'avoir abandonné les deux femmes et l'enfant.

Interrogés par l'AFP, les gardes-côtes ont démenti, assurant que les deux opérations de secours qu'ils ont menées lundi concernaient d'autres canots.

Sur le premier canot, 158 personnes ont été récupérées à 16 milles marins (environ 30 km) au large de Khoms, relativement loin de la zone où le radeau a été repéré. Le second a en revanche été secouru par la vedette Ras Jedir dans la nuit de lundi à mardi à 76 milles marins (140 km) au nord de Garabulli, très près de l'endroit où a été retrouvé le radeau.

La femme qui a survécu est une Camerounaise de 40 ans et s'appelle Josepha (Tweeter/@openarms_fund)

Il y avait 165 migrants sur ce second canot, dont 34 femmes et douze enfants, qui dérivaient depuis samedi, soit plus de 60 heures sans eau ni nourriture, ont précisé les gardes-côtes, ajoutant avoir récupéré le corps sans vie d'une fillette âgée d'un mois.

Dans un communiqué, les gardes-côtes ont cependant rappelé leur manque de moyens, en particulier pour la surveillance et le sauvetage de nuit.

En général, ces derniers ne ramènent pas les corps des migrants retrouvés morts en mer. Ayant rarement les moyens de récupérer les personnes à l'eau, ils expliquent concentrer leurs efforts sur les vivants, et sont également confrontés au refus des autorités à Tripoli de prendre ces corps en charge à l'arrivée au port, par manque de place dans les morgues ou les cimetières. 

À LIRE ► Noyades en mer : l’UE efface les preuves du crime

Qu'elle ait été abandonnée à son sort par les Libyens ou qu'elle soit l'unique survivante d'un nouveau naufrage, la femme qui a survécu est une Camerounaise de 40 ans et s'appelle Josepha. Selon l'équipe médicale à bord de l'Open Arms, un des deux navires de l'ONG espagnole, elle est en hypothermie et en état de choc, mais son état est stable. Elle a cependant besoin de soins médicaux et psychologiques « aussi vite que possible ».

Selon les secouristes, la femme était morte depuis des heures au moment de leur arrivée, mais l'enfant seulement depuis peu

L'équipe médicale a aussi recommandé un transfert rapide des deux cadavres, le bateau n'ayant pas de chambre froide. Selon les secouristes, la femme était morte depuis des heures au moment de leur arrivée, mais l'enfant seulement depuis peu.

Mardi soir, l'Open Arms faisait route vers le nord, dans l'espoir de trouver un port pour la miraculée et les deux cadavres. Mais il comptait éviter les eaux italiennes : en mars, le navire a été placé sous séquestre pendant un mois sur des accusations d'aide à l'immigration clandestine.

Le 30 juin, Open Arms obtient l'autorisation de débarquer dans le port de Barcelone 60 personnes sauvées en Méditerranée, après le refus du gouvernement italien (Facebook/@proactivaservice)

Le voilier Astral, le deuxième navire de l'ONG, est en revanche resté dans la zone des secours, où le travail des ONG est fortement limité par la fermeté de l'Italie, qui refuse d'accueillir les migrants secourus, et de Malte, qui interdit les escales.

« Qu'ils s'épargnent du temps et de l'argent, ils ne verront les ports italiens qu'en carte postale », a répété mardi matin le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, le chef de file de l'extrême droite italienne.

L’écrivain italien menacé par la mafia, Roberto Saviano, s’en prend à Matteo Salvini : « Sur les morts en mer, le ministre de la pègre parle de ''mensonges et d’insultes''. Quel courage ! »

Les photos du radeau, et en particulier de l'enfant mort, ont cependant provoqué de vives réactions en Italie. « M. Salvini, voilà ce que font les gardes-côtes libyens quand ils font un sauvetage humanitaire », s'est exclamé Erasmo Palazzotto, un député de gauche italien présent sur l'Open Arms.

Le ministre a répondu en dénonçant « les mensonges et les insultes » et en réaffirmant : « Réduire les départs et les débarquements signifie réduire le nombre de morts et réduire les bénéfices de ceux qui spéculent sur l'immigration clandestine. Je tiens bon, ports fermés et cœurs ouverts ».

« Qu'ils s'épargnent du temps et de l'argent, ils ne verront les ports italiens qu'en carte postale »

- Matteo Salvini, ministre italien de l'Intérieur

A l’occasion de la réunion informelle à Innsbruck en Autriche, des ministres de l’Intérieur de l’UE, les ONG Médecins sans frontières et SOS Méditerranée ont dénoncé le fait que les gouvernements européens « sont déterminés à empêcher les personnes d'atteindre l'Europe à tout prix », tout en connaissant les abus dont elles sont victimes en Libye. 

Les deux organisations ont en particulier critiqué les « blocages » de navires de secours d'ONG alors que plus de 600 migrants, dont des bébés, se sont noyés selon elles ces quatre dernières semaines en Méditerranée.

À LIRE ► À en devenir folles : reportage dans un centre de détention pour migrantes en Libye

De son côté, le commissaire européen aux migrations, Dimitris Avramopoulos, a confirmé que Bruxelles mettrait sur la table à la rentrée un proposition pour faire de l'agence Frontex « une véritable police européenne des frontières extérieures avec 10 000 gardes-frontières déployables d'ici 2020 ».

1 443 migrants sont morts ou portés disparus en Méditerranée depuis janvier 2018

Selon l’AFP, le nombre de migrants arrivés par mer en Espagne depuis janvier dépasse désormais ceux arrivés en Italie sur cette même période, d’après l'agence de l'ONU pour les migrations. 

Le nombre de migrants arrivés en Europe par la Méditerranée cette année a franchi la barre des 50 000, soit près de deux fois moins qu'en 2017 à la même période, selon l'organisation internationale pour les migrations (OIM). Selon l'OIM, 1 443 sont morts ou portés disparus en Méditerranée depuis janvier.