Aller au contenu principal

En Belgique, l’instauration du service militaire marocain inquiète

En vue d’« améliorer l’intégration dans la vie professionnelle et sociale », le Maroc s’apprête à rétablir le service militaire obligatoire pour tous les jeunes de 19 à 25 ans. Mais qu’en est-il des jeunes belgo-marocains ?
Défilé pour le cinquantième anniversaire des Forces armées royales marocaines (AFP)

Le gouvernement marocain a décidé de rétablir un service militaire obligatoire d’un an pour tous les jeunes âgés de 19 à 25 ans après sa suppression en 2006. Face à des taux de décrochage scolaire et de chômage inquiétants, cette décision vise à améliorer « l’intégration dans la vie professionnelle et sociale » des jeunes, selon le palais royal.

Celle-ci a été annoncée en même temps qu’une réforme de l’éducation qui prévoit notamment de scolariser les enfants à partir de 4 ans et de rendre l’enseignement obligatoire jusqu’à 16 ans.

Les jeunes belgo-marocains sont-ils concernés ?

Pour le moment, le projet de loi reste flou. Aucune mention sur le cas de la double nationalité ou celui de la naissance à l’étranger. Le projet de loi ne précise pas si les Belgo-Marocains seront concernés ou non. Il ne mentionne pas non plus le cas des Marocains vivant à l’étranger.

Cependant, aucune exemption n’est prévue pour les ressortissants marocains vivant à l’étranger ainsi que pour les binationaux.

« Il faut que les parlementaires marocains soient conscients des conséquences graves de cette décision sur les jeunes qui sont nés en Belgique ou dans d’autres pays »

- Ahmed El Khannouss, député belgo-marocain

« Pour l’instant, ce n’est qu’un projet de loi adopté par le conseil des ministres. Quand on y regarde de plus près, même si la mesure n’est pas tout à fait claire, les jeunes Belgo-Marocains sont concernés », observe ainsi le quotidien belge L’Echo.

« Car dans le projet de loi, rien ne mentionne les cas de double nationalité ou les naissances à l’étranger. Dès lors, tous les enfants de Marocains considérés comme Marocains par le Royaume sont concernés », explique le journal.

Le service militaire menace l’intégration des Belgo-Marocains

Pour le député belgo-marocain Ahmed El Khannouss, contacté par MEE, « Il n’est pas concevable qu’on impose à des citoyens belges d’origine marocaine un service militaire de douze mois alors qu’ils sont en Belgique depuis plusieurs générations. Ce sont des citoyens belges avant tout ».

« Nous déployons des efforts énormes pour réussir l’intégration socio-économique de nos jeunes belges d’origine marocaine qui sont déjà tiraillés entre deux cultures », explique le député bruxellois à MEE. « Or, on annonce subitement une décision qui viserait à retirer des jeunes pendant douze mois de leur milieu de vie pour aller dans un pays qu’ils ne connaissent pas, dont la culture est totalement différente de la leur », s’inquiète-il.

À LIRE ► Contre une jeunesse affranchie, le Maroc réimpose le service militaire

Selon ce député du Centre démocrate humaniste (cdH), l’instauration du service militaire pour les jeunes belgo-marocains menace « leur intégration socio-économique et la cohésion sociale en Belgique ».

En attendant davantage de clarté de la part du gouvernement marocain, Ahmed El Khannouss a déjà mobilisé certains députés marocains sur le cas des belgo-marocains. « Il faut que les parlementaires marocains soient conscients des conséquences graves de cette décision sur les jeunes qui sont nés en Belgique ou dans d’autres pays », conclut-il.