Aller au contenu principal

Flambée des tensions à Gaza suite à une opération mortelle des forces israéliennes dans l’enclave

Des dizaines de frappes aériennes israéliennes sur la bande de Gaza ont tué six Palestiniens, tandis que des tirs de roquettes du Hamas ont tué un Palestinien en Israël
Des responsables palestiniens ont dénoncé les bombardements israéliens contre la bande de Gaza assiégée, notamment une frappe aérienne contre le siège de la chaîne de télévision Al-Aqsa TV à Gaza (MEE/Mohammed al-Hajjar)
Par

Quatre Palestiniens ont été tués ce lundi, et deux autres sont décédés aujourd’hui, alors que l’armée israélienne a lancé des dizaines de frappes aériennes sur la bande de Gaza, tandis que plusieurs centaines de roquettes ont été tirées depuis l’enclave assiégée.

Le ministère gazaoui de la Santé a identifié les six Palestiniens tués : Mohammed Zakariya al-Tatari (27 ans), Mohammed Zuhdi Odeh (22 ans), Hamad Mohammed al-Nahal (23 ans), Moussa Iyad Abd al-Aal (22 ans), Khaled Riyadh al-Sultan (26 ans) et Musaab Hoss (20 ans). Vingt-cinq autres Palestiniens ont été blessés depuis lundi après-midi.

Un Palestinien a également été tué après qu’une roquette tirée depuis Gaza a touché sa maison dans la ville israélienne d’Ashkelon, a rapporté Haaretz, qui a ajouté que la roquette avait gravement blessé deux femmes qui se trouvaient dans la maison.

La mort du quadragénaire, un Palestinien originaire de la ville de Hébron en Cisjordanie, est le premier décès confirmé causé par le déluge de roquettes tirées de Gaza depuis lundi après-midi ; cette flambée des tensions a fait suite à une opération mortelle menée par les forces spéciales israéliennes dans l’enclave.

L’armée israélienne a touché au moins 70 cibles à Gaza, tandis que 300 roquettes ont été tirées du territoire palestinien vers Israël tout au long de la journée de lundi, ont rapporté les médias israéliens.

Une nouvelle frappe israélienne a également tué un Palestinien ce mardi, a annoncé le ministère de la Santé de Gaza, faisant s’élever le bilan à cinq morts dans l’enclave en moins de 24 heures.

« Israël tente de réduire au silence les médias palestiniens. Mais quelques minutes après que le bâtiment d’Al-Aqsa TV a été visé, nous avons pu reprendre la diffusion »

- Rami Abu Dayya, cameraman

Un témoin oculaire à Gaza a déclaré à Middle East Eye que l’armée israélienne avait bombardé lundi le bâtiment qui abrite Al-Aqsa TV à Gaza, une chaîne de télévision liée au Hamas.

Des médias locaux et internationaux ont rapporté que le bâtiment avait été complètement détruit lors de l’attaque et que des édifices voisins avaient également été endommagés.

Aucune victime n’a été signalée dans l’immédiat, a rapporté Reuters.

La frappe aérienne a eu lieu après que l’armée israélienne a tiré cinq missiles non explosés à proximité du bâtiment, ont indiqué des responsables palestiniens et des témoins à Reuters.

« De la même manière que nous avons géré les attaques précédentes, nous faisons face à celle-ci », a affirmé Rami Abu Dayya, un cameraman qui travaille pour Al-Aqsa TV depuis quatorze ans et qui a été témoin de quatre attaques israéliennes distinctes contre le bâtiment au cours de cette période.

Le bâtiment d’Al-Aqsa TV à Gaza a été détruit lors d’une frappe aérienne israélienne ce lundi (MEE/Mohammed Asad)

Abu Dayya (33 ans) a déclaré avoir également été blessé à trois reprises lors d’attaques israéliennes lancées contre la bande de Gaza au cours des dernières années.

« Israël tente de réduire au silence les médias palestiniens. Mais quelques minutes après que le bâtiment d’Al-Aqsa TV a été visé, nous avons pu reprendre la diffusion [depuis un autre endroit] », a-t-il déclaré à MEE ce lundi.

Dawoud Shihab, chef du service de presse de la faction palestinienne du Djihad islamique, a affirmé que la destruction du bâtiment de la chaîne Al-Aqsa TV et de plusieurs autres maisons était « une attaque grave et agressive ».

« Cela entraînera une escalade des représailles de la résistance [palestinienne] », a déclaré Shihab dans un communiqué.

« Cela entraînera une escalade des représailles de la résistance [palestinienne] »

- Dawoud Shihab, Djihad islamique

Dans le même temps, le journal israélien Haaretz a annoncé que l’armée israélienne avait touché 70 cibles dans l’enclave palestinienne assiégée aux environs de 22 heures, heure française.

Le Dôme de fer, système de défense antimissile israélien, a intercepté une soixantaine des 300 roquettes lancées depuis Gaza vers Israël, a indiqué le journal. La plupart des roquettes ont atterri dans des zones dégagées, a indiqué l’armée israélienne, d’après Haaretz.

Le ministère gazaoui de la Santé a identifié les trois Palestiniens tués au cours des frappes aériennes de l’après-midi : Mohammed Zakariya al-Tatari (27 ans), Mohammed Zuhdi Odeh (22 ans) et Hamad Mohammed al-Nahal (23 ans). Neuf autres Palestiniens ont été blessés lors des attaques.

Les frappes aériennes israéliennes ont également touché des maisons appartenant à des activistes du Hamas à Rafah et à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, ainsi qu’un hôtel de la ville de Gaza utilisé par le gouvernement du Hamas pour diriger son agence de sécurité intérieure.

Rami Abu Dayya a été témoin de quatre attaques israéliennes contre le bâtiment d’Al-Aqsa TV (MEE/Mohammed Asad)

Saeb Erekat, secrétaire général du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a soutenu qu’Israël était responsable des attaques contre Gaza et de la détérioration de la situation sur le territoire.

« Nous réitérons notre demande de protection internationale. Nous exhortons la communauté internationale à faire le nécessaire pour empêcher un nouveau massacre à Gaza », a déclaré Erekat.

L’Égypte a également appelé Israël à cesser les violences à Gaza, ont déclaré des sources citées par la télévision publique égyptienne, d’après Reuters.

Les sources ont indiqué que l’Égypte avait évoqué avec les Israéliens la nécessité de s’engager dans un processus de désescalade mais aussi intensifié ses efforts auprès des Palestiniens à cet égard.

« Ce qui s’est passé à Ashkelon relève de la responsabilité des dirigeants de l’ennemi », a indiqué dans un tweet Abu Obeida, porte-parole des brigades al-Qassam, la branche armée du Hamas.

Le cabinet de sécurité israélien devait se réunir ce matin suite aux violences.

Violences à la suite d’un raid israélien bâclé

Un soldat israélien âgé de 19 ans a été grièvement blessé après qu’un « missile anti-char » a touché un bus dans la zone du conseil régional de Shaar HaNegev, dans le sud d’Israël, a rapporté Haaretz.

Le service de santé d’urgence israélien Magen David Adom (MDA), qui a évacué le jeune homme vers le centre médical Soroka à Beersheba, a décrit l’incident comme une explosion. Six autres Israéliens ont été légèrement blessés dans la ville de Sderot, dans le sud du pays, selon MDA.

« Nous exhortons la communauté internationale à faire le nécessaire pour empêcher un nouveau massacre à Gaza »

- Saeb Erekat, secrétaire général du comité exécutif de l’OLP

Les sirènes ont retenti dans le sud d’Israël tout au long de l’après-midi et de la soirée, et une autre a également retenti près de la mer Morte.

Selon MDA, 50 Israéliens ont été hospitalisés au centre médical Barzilai d’Ashkelon tout au long de la journée de lundi. Parmi elles, 19 personnes ont été blessées par les roquettes et 31 autres ont été traitées en raison d’un état de choc, a rapporté le quotidien israélien Ynet

Le personnel du centre médical Soroka de Beersheba a soigné trois autres Israéliens blessés par les tirs de roquette lundi, a rapporté le journal, ainsi que 44 autres personnes qui étaient sous le choc.

Les violences de lundi font suite à un raid aérien et terrestre meurtrier de l’armée israélienne à Gaza dimanche soir, au cours duquel sept Palestiniens – dont un commandant de la branche armée du Hamas, les brigades al-Qassam – et un officier israélien ont été tués.

Cet incident, qui constitue un cas rare où les troupes terrestres israéliennes ont été surprises dans la bande de Gaza, laisse craindre une escalade de la violence dans le territoire côtier palestinien.

Un bus israélien a pris feu, blessant gravement une personne, après avoir été touché par un mortier tiré depuis la bande de Gaza (AFP)

Lundi, l’envoyé du président américain Donald Trump au Moyen-Orient, Jason Greenblatt, a exprimé tout son soutien à Israël, fidèle allié des États-Unis, en tweetant que « les attaques à la roquette et les tirs de mortier sur les villes israéliennes doivent être condamnés par tous ».

« Israël est de nouveau contraint à l’action militaire pour défendre ses citoyens. Nous sommes aux côtés d’Israël qui se défend contre ces attaques », a déclaré Greenblatt.

L’incursion israélienne et l’échange de tirs qui s’est ensuivi ont eu lieu malgré les efforts de l’Égypte pour parvenir à un accord entre le Hamas et Israël dans le cadre des manifestations de masse à Gaza, qui font pression sur Israël pour qu’il mette fin au blocus de la bande de Gaza.

À LIRE ► Le Hamas n’a qu’une hudna à offrir pour lever le siège

Récemment, Israël a permis au Qatar de faire un don de plusieurs millions de dollars pour aider à payer les salaires des fonctionnaires à Gaza et pour couvrir les coûts de carburant nécessaires pour atténuer la crise de l’électricité.

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, avait précédemment défendu sa décision d’autoriser le Qatar à transférer l’argent à Gaza malgré les critiques de son gouvernement, affirmant qu’il souhaitait éviter une guerre si cela n’était pas nécessaire.

Israël a tué plus de 200 Palestiniens et en a blessé environ 20 000 depuis le début des manifestations de la Grande Marche du retour, il y a plus de sept mois. 

Les participants aux marches hebdomadaires ont appelé à la levée du siège de Gaza qui dure depuis onze ans et à ce que les réfugiés palestiniens soient autorisés à retourner dans leurs foyers ancestraux.

Reportages additionnels de Mohammed Asad et Maha Hussaini à Gaza.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.