Aller au contenu principal

Future visite du prince Charles à Bahreïn sur fond de dénonciation des violations de droits

Le voyage du prince Charles prévu en novembre montre combien les Britanniques ferment les yeux sur les allégations largement répandues de torture et la répression dans le royaume du Golfe
Le prince Charles en visite en Arabie saoudite en 2014 (AFP)

Par

Le prince Charles et sa femme Camilla visiteront Bahreïn d’ici à la fin de l’année en dépit de critiques de plus en plus fortes sur les attaques contre les droits de l’homme dans le petit royaume du Golfe.

Clarence House (la maison royale à Londres) a déclaré mardi que le voyage de Charles, en novembre, pour le compte du gouvernement britannique, avait pour objectif de renforcer les « chaleureuses relations bilatérales [du Royaume-Uni] avec ses partenaires clés dans la région ».

Le Royaume-Uni entretient depuis longtemps des relations étroites avec Bahreïn, qui abrite une base militaire britannique et achète pour des millions de dollars d’armes aux Britanniques chaque année.

On dit aussi des deux familles royales qu’elles ont des liens personnels étroits, avec le roi Hamad Ben Issa al-Khalifa, remarqué en juin dernier aux festivités pour le 90e anniversaire de la reine Élizabeth II d’Angleterre, à côté de laquelle il était assis.

Mais le rapprochement entre les deux familles s’est opéré alors que les critiques se sont faites de plus en plus fortes depuis 2011, quand des manifestations inspirées par les révoltes du printemps arabe ont été brutalement réprimées, et que plusieurs militants et opposants politiques ont été emprisonnés.

« Le timing de la visite du prince Charles suggère que la monarchie britannique a oublié les violations majeures des droits de l’homme de 2016 », a déclaré dans un communiqué Sayed Ahmed Alwadaei, directeur pour la promotion des droits à l’Institut pour les droits et la démocratie de Bahreïn (BIRD).

« La semaine dernière, le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme a qualifié de « désastreuses » les tentatives de Bahreïn de réprimer la voix de son peuple. La visite du prince Charles ne dit pas seulement à Bahreïn que le Royaume-Uni se fiche que les victimes de torture se trouvent dans le couloir de la mort, et que des opposants soient incarcérés depuis des dizaines d’années, il approuve clairement cette répression. »

La répression a continué depuis et semble s’être intensifiée ces derniers mois après qu’un notable de l’opposition, un religieux chiite, avec des journalistes, des poètes et des activistes ont tous été arrêtés, détenus ou déchus de leur nationalité par les dirigeants sunnites du pays. Le principal parti d’opposition du pays, al-Wefaq a été aussi suspendu et certains de ses leaders ont été arrêtés.

Lobbying énergique

Malgré cela, cependant, le Royaume-Uni a tenté à plusieurs reprises de mettre en avant ses liens étroits avec le roi, et a envoyé des officiels militaires de haut rang visiter le pays. Il a également permis à sa police d’entraîner les forces locales, une approche qui préoccupe les juristes quant à l’engagement effectif du gouvernement en vue de garantir les droits de l’homme à l’étranger.

En février, des documents révélés par The Observer ont montré que le Royaume-Uni et l’Arabie saoudite ont mené un lobbying énergique aux Nations unies pour modérer les critiques sur les violations des droits de l’homme, qui incluent des accusations de torture par les agents de sécurité de l’État.

Le ton du Royaume-Uni, qui a toujours dit qu’il trouvait plus constructif d’évoquer les questions en privé, tranche incroyablement avec le message de Bruxelles et de Washington.

En juillet, le parlement européen a adopté une résolution qui condamne les récents abus relatifs aux droits de l’homme et appelle à la libération immédiate et sans conditions du militant des droits de l’homme Nabeel Rajab au même titre que d’autres prisonniers politiques.

Les États-Unis ont aussi adopté un ton plus ferme, à l’appel des Nations unies adressé à Bahreïn pour que « ces décisions [de violation des droits] soient annulées ».

Début septembre, le Département d’État américain a appelé Bahreïn à immédiatement relâcher Rajab, incarcéré pour avoir « diffusé de fausses nouvelles et des rumeurs sur la situation interne du pays avec la volonté de discréditer Bahreïn ».

« Nous avons appelé le gouvernement de Bahreïn à le libérer immédiatement. Nous sommes inquiets sur la situation générale des droits de l’homme à Bahreïn et nous sommes impliqués avec le gouvernement sur toutes ces questions », a souligné le porte-parole Mark Toner.

Charles visitera également les Émirats arabes unis (EAU), autre étape dans sa tournée de novembre.

Traduit de l'anglais (original).