Aller au contenu principal

La jeunesse turque de plus en plus laïque et moderne sous Erdoğan, selon un sondage

Une enquête montre que le niveau d’éducation et de tolérance des jeunes Turcs s’est également accru au cours des dix dernières années
Des féministes turques manifestent dans l’avenue İstiklal, dans le centre d’Istanbul, le 8 mars, en dépit d’une interdiction de la police (AFP)
Par à
ANKARA, Turquie

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a un jour déclaré qu’élever une génération pieuse faisait partie de ses fonctions à la tête du gouvernement.

Son Parti de la justice et du développement, qui se décrit comme démocrate conservateur, a renforcé les études religieuses dans les écoles publiques et ouvert des centaines d’écoles Imam-Hatip, qui offrent un enseignement religieux aux collégiens et lycéens.

« La laïcisation s’obtient si vous disposez de ces trois éléments : l’urbanisation, le capitalisme et la science. Nous les avons »

- Volkan Ertit, Université d’Aksaray

Pourtant, une récente enquête réalisée par un institut de sondage basé à Istanbul suggère que la jeunesse turque s’est fortement laïcisée sous le régime d’Erdoğan, avec des visions plus modernes de la vie et une meilleure éducation.

Dans l’enquête publiée lundi, l’institut de sondage Konda a comparé les opinions de citoyens turcs âgés de 15 à 29 ans de 2008 aux données recueillies l’année dernière. Plus de 1 700 personnes ont été interrogées.

Selon cette enquête, le nombre de jeunes Turcs qui se considèrent religieux a baissé de 7 % pour atteindre 15 % dans l’ensemble. La part des jeunes qui se décrivent comme « modernes » a augmenté, passant de 34 % en 2008 à 43 %.

Volkan Ertit, chercheur à l’Université Aksaray qui étudie la laïcisation en Turquie, a indiqué à Middle East Eye que l’enquête ne faisait que confirmer d’autres travaux universitaires récents montrant des tendances similaires, notamment des études sur la progression des relations sexuelles avant le mariage.

« Franchement, il ne s’agit pas d’Erdoğan », explique le chercheur. « Si le président était le chef de l’opposition turque Kemal Kılıçdaroğlu ou l’ancien dirigeant tourné vers l’islam Necmettin Erbakan, les résultats auraient été les mêmes. Vous ne pouvez pas contrôler la trajectoire de la société. 

« La laïcisation s’obtient si vous disposez de ces trois éléments : l’urbanisation, le capitalisme et la science. Nous les avons. »

Le sondage a révélé des changements significatifs dans la manière dont les jeunes pratiquent leur religion ; le nombre de jeunes pratiquants a rapidement chuté de 16 %, s’élevant désormais à un total de 58 %. On a également constaté une baisse de 3 % du nombre de jeunes qui prient quotidiennement, pour atteindre 24 %.

Selon Volkan Ertit, il est clair désormais que l’ouverture d’écoles Imam-Hatip n’a pas aidé le gouvernement à mettre en place la pieuse génération évoquée par Erdoğan.

En Turquie, le « Village des mathématiques » révolutionne l’enseignement une équation après l’autre
Lire

« Différentes études montrent que les élèves de ces écoles adoptent de manière croissante le même style de vie [que] les élèves non religieux. Les smartphones, et internet, changent tout. Parlez à un élève étudiant dans une école Imam-Hatip. Il vous dira que le flirt est pratiqué dans son école », observe le chercheur.

Erdoğan a été filmé l’année dernière en train de réprimander le ministre de l’Éducation de l’époque, İsmet Yılmaz, au sujet d’un sondage mené par la section locale du ministère à Konya, qui montrait que de nombreux élèves d’écoles Imam-Hatip croyaient en Dieu, mais qu’ils dédaignaient la religion établie.

« Cela n’est pas acceptable ! », s’était exclamé Erdoğan face au ministre, des propos capturés par un micro ouvert.

Le sondage indique également que les jeunes deviennent plus tolérants. Les répondants qui ont déclaré accepter d’avoir un gendre ou une belle-fille ayant des convictions religieuses différentes ont augmenté de 17 % pour atteindre 64 %. Les personnes interrogées qui ont dit qu’elles tolèreraient que leurs enfants aient une orientation sexuelle différente de la leur ont augmenté de 9 %, passant à 21 %. 

La recherche montre que les jeunes Turcs sont également plus éduqués et plus optimistes quant à l’avenir que leurs pairs il y a dix ans. Quarante-cinq pour cent des répondants ont déclaré que leurs conditions de vie s’étaient améliorées au cours des cinq dernières années et 46 % ont déclaré croire que les cinq prochaines années seraient meilleures que maintenant.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.