Aller au contenu principal

La visite d’une ministre israélienne aux Émirats interroge sur les relations d’Israël avec le Golfe

En moins d’une semaine, trois hauts responsables israéliens, dont le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, se sont rendus en visite officielle dans le Golfe
La visite officielle de Miri Regev aux Émirats arabes unis a provoqué de vives réactions sur les réseaux sociaux (AFP)

La visite officielle de la ministre israélienne Miri Regev aux Émirats arabes unis ce week-end a suscité des réactions mitigées sur les réseaux sociaux. Les internautes se demandaient si cela marquait le début du réchauffement des relations entre Israël et les EAU.

Regev, la ministre israélienne de la Culture et des Sports, a assisté dimanche au grand tournoi de judo à Abou Dabi, où l’un des athlètes israéliens a remporté l’or. Cet événement a particulièrement attiré l’attention car c’était la première fois que l’hymne national israélien, Hatikvah, était joué aux Émirats.

Regev a ensuite tweeté : « Nous avons fait l’histoire. Le peuple d’Israël vit ! »

Bien que les Israéliens aient déjà assisté à des événements sportifs dans le Golfe auparavant, leur participation était souvent subordonnée à l’absence de symboles nationaux.

L’année dernière, la Fédération internationale de judo a toutefois menacé d’annuler le grand chelem d’Abou Dabi si les athlètes israéliens ne bénéficiaient pas des mêmes droits que les autres concurrents.

Traduction : « QUELLE HONTE !!!

La ministre israélienne de la Culture et des Sports a effectué une visite officielle à la Grande Mosquée d’Abou Dabi avec le ministre des Émirats arabes unis.
C’est la même Miri Regev qui a décrit l’appel à la prière des musulmans, l’Adhan, comme le son des “chiens qui pleurent de Mohammed”. »

Regev est également la première ministre israélienne à visiter la troisième plus grande mosquée du monde, la grande mosquée Sheikh Zayed à Abou Dabi. Elle portait pour l’occasion des vêtements arabes traditionnels et a signé le livre d’or de la mosquée en hébreu.

« Je suis heureuse d’avoir eu le privilège d’être la première haut-responsable israélienne à signer le livre d’or de la mosquée. J’ai choisi de le faire en hébreu, pour envoyer un message de fraternité et de paix entre les peuples », a-t-elle écrit sur ses profils sur les réseaux sociaux.

Traduction : « Miri Regev est une sioniste pure et dure. Bien joué les EAU, bien joué les Arabes. #RIPPalestine

Regev à propos des Palestiniens : ‘’Peu importe la profondeur à laquelle ils creuseront, aucune pièce de monnaie palestinienne ne sera trouvée ici’’, ‘’seul le peuple juif a droit aux droits nationaux du fleuve à la mer’’. »

Sa visite a toutefois été dénoncée à cause de commentaires controversés qu’elle avait tenus dans le passé, par exemple en décrivant l’appel à la prière musulmane comme les « chiens qui pleurent de Mohammed ».

Sur les réseaux sociaux, les internautes ont également critiqué les commentaires de Regev concernant les Palestiniens.

Beaucoup ont exprimé leur consternation concernant le moment choisi pour la visite, trois jeunes Palestiniens ayant été tués dimanche lors d’une frappe aérienne israélienne dans la bande de Gaza.

Traduction : « Hier, Miri Regev, ministre israélienne de la Culture et des Sports, considérée comme étant à l’extrême droite du parti de Netanyahou, a visité la mosquée Ben Zayed à Abou Dabi. Quelques heures plus tard, des frappes israéliennes ont tué 3 enfants palestiniens à Gaza. »

Sa visite a également attiré l’attention pour d’autres raisons, des internautes soulignant comment un média avait retouché les photos de la ministre et flouté ses jambes nues.

Traduction : « Il semble que ce compte soit plus choqué par la façon dont la ministre de la Culture d’Israël, Miri Regev, s’est habillée à Abou Dabi que par d’autres choses. Vaincre l’extrémisme un pas après l’autre. »

Regev avait déjà été critiquée pour avoir posté une vidéo d’elle lors d’un match de football en Israël, entourée par des fans criant des chants génocidaires contre une équipe arabe.

La visite de la ministre est survenue quelques jours seulement après le voyage surprise du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou à Oman pour rencontrer le sultan Qaboos, marquant la première visite d’un dirigeant israélien dans ce pays du Golfe depuis 1996.

Traduction : « La visite de Netanyahu à Oman a eu lieu au moment même où la ministre israélienne de la Culture et des Sports, Miri Regev, est arrivée aux Émirats arabes unis aujourd’hui. Un rapprochement stratégique entre Israël et le Golfe est en cours. Cela prendra du temps, mais c’est réel et c’est énorme. »

La rencontre de Mascate portait plus sur le désir d’Oman de jouer un rôle dans la région que sur la conclusion d’un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens, a déclaré à MEE une source diplomatique occidentale.

« Oman tente de jouer un rôle régional entre les divers parties et axes de la région et considère Israël comme un acteur important concernant diverses questions régionales », a déclaré le diplomate.

Ce mardi, un troisième haut responsable israélien s’est rendu dans un pays du Golfe. Le ministre israélien des Communications, Ayoub Kara, participe en ce moment à la Conférence de plénipotentiaires de l’Union internationale des télécommunications à Dubaï, où il a appelé à la « paix et la stabilité » dans la région.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.