Aller au contenu principal

Le malaise tchétchène de Mohamed Salah

La star égyptienne aurait moyennement apprécié l’utilisation de son image par le controversé président tchétchène Ramzan Kadyrov
Mohamed Salah n'a pas été très chanceux durant ce Mondial (Twitter)
Par

Alors qu’il vient de prolonger, ce lundi, son contrat à Liverpool, la star du football égyptien, Mohamed Salah, a créé la panique chez son public égyptien en publiant dimanche un tweet intrigant.

Traduction : « Certains pourraient penser que c'est fini mais ce n'est pas fini. Il doit y avoir un changement »

Que voulait-il dire par ce message lapidaire ? Arrivé blessé en Russie, « le Messi du Nil », 26 ans, très attendu, n'a pas joué le premier match contre l'Uruguay (1-0) et n'a pu peser ensuite lors de la défaite sans appel contre les Russes (3-1). Prévoit-il de quitter l’équipe nationale égyptienne ? Réclame-t-il des changements au sein de la Fédération égyptienne de football comme le suggère la version arabe du site de Sky News ?

Peut-être parce qu'il se sentait visé, le président de l’organisation médiatique de la fédération égyptienne, Ossama Ismail a commenté sur twitter la déclaration de « Mo » : « Oui, il y aura du changement, c’est inéluctable ». 

Mais la déception de la star égyptienne du ballon rond est sans doute provoquée par l’utilisation politique et commerciale de son nom par la fédération.

Le journal britannique The Independant souligne, comme d’autre médias, le malaise de Mohamed Salah à ce sujet.    

« Les Coupes du monde se terminent rarement bien pour les joueurs qui jouent en essayant de rattraper leur condition physique (…) Et aucun d'entre eux ne s'est retrouvé à Grozny en train de poser pour une photo et obtenir la citoyenneté d'honneur [le 22 juin] du controversé dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov », écrit The Independant.

La Tchétchénie, très majoritairement musulmane, est dirigée d'une main de fer par Ramzan Kadyrov, qui jouit du soutien sans faille du président russe Vladimir Poutine. Les organisations internationales y dénoncent régulièrement de graves atteintes aux droits de l'homme et aux libertés. Et deux jours avant le début du Mondial, une autre photo de Salah main dans la main avec Kadyrov avait déjà fait couler beaucoup d'encre

Traduction : « La star du football Mohamed Salah en compagnie du dirigeant de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, connu pour pratiquer la torture et les exécutions extra-judiciaires. La Coupe du monde n'a même pas encore commencé qu'elle est déjà utilisée pour renforcer les criminels les plus vils »

En choisissant comme camp de base la ville de Grozny, loin des cités hôtes du tournoi, l'Égypte a officiellement voulu rester dans l'ombre des médias pour préparer la compétition. Le fait que la fin du Ramadan coïncide avec le début de la compétition a également joué un rôle dans le choix de cette ville très conservatrice par la Fédération égyptienne de football, selon plusieurs observateurs.

CNN cite de son côté une source selon laquelle Mohamed Salah a sérieusement envisagé de quitter son équipe à cause de cet épisode tchétchène. Kadyrov ne s’était pas gêné pour interrompre une sieste réparatrice de la star égyptienne en allant le chercher à son hôtel pour se pavaner avec lui dans un stade !