Aller au contenu principal

Le Maroc adopte une loi « révolutionnaire » sur les droits des employés de maison

Human Rights Watch salue cette décision qui fixe le salaire minimum, la durée maximale de travail et des amendes pour ceux qui enfreignent la loi
Une femme traverse le souk (marché) de Marrakech (AFP)

Les autorités marocaines ont adopté une nouvelle loi qui permettra d’améliorer les conditions de travail des employés de maison dans le pays, selon Human Rights Watch.

L’organisation de défense des droits de l’homme basée à New York a rapporté qu’une loi adoptée par la Chambre des représentants du pays le 26 juillet facilite la protection de milliers de femmes et de jeunes filles contre « l’exploitation et les abus ».

La loi sera mise en œuvre un an après sa publication au Journal officiel, ce qui signifie qu’elle devrait être opérationnelle en juillet prochain.

Lorsqu’elle entrera en vigueur, la nouvelle législation exigera que les employés de maison disposent de contrats écrits et l’âge minimum pour les employés de maison sera fixé à 18 ans.

Les adultes ne pourront travailler que 48 heures au maximum par semaine et les employés se verront accorder 24 heures de repos continu tous les sept jours.

Le salaire minimum sera fixé à 1 542 dirhams (environ 142 euros) par mois. Les employeurs qui enfreindront la nouvelle loi seront passibles d’amendes.

Human Rights Watch a déclaré que cette nouvelle loi était « révolutionnaire ». Le groupe avait par le passé rapporté des abus généralisés, notamment des employés d’à peine 8 ans battus et travaillant de longues heures pour un maigre salaire.

« Cette nouvelle loi est révolutionnaire pour les employés de maison au Maroc, dont beaucoup ont été exploités et maltraités », a estimé Ahmed Benchemsi, directeur de la communication et du plaidoyer pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord de Human Rights Watch.

« Cependant, les dispositions relatives aux salaires et aux heures de travail sont encore insuffisantes, en particulier le nouveau salaire minimum pour les employés de maison, qui est bien en deçà du salaire minimum légal des autres employés. »

Des enquêtes antérieures menées par Human Rights Watch ont révélé que des enfants marocains étaient battus avec des ceintures, des cannes en bois, des chaussures ou des tuyaux en plastique pendant leur travail.

D’après l’enquête de 2012, certains des employés confrontés à des abus travaillaient plus de 100 heures chaque semaine et ne recevaient que 545 dirhams (50 euros) par mois.

« Les employés de maison, qui sont le plus souvent des femmes peu instruites et des jeunes filles de la campagne, travaillent en milieu urbain où ils sont isolés », a expliqué Benchemsi.

« En dotant les employés de maison d’une protection juridique exécutoire, le Maroc délivre le message que même les employés les plus vulnérables méritent des conditions humaines. »

Human Rights Watch a ajouté que pour que la nouvelle loi soit efficace, une campagne de sensibilisation du public devra être lancée afin que les employés soient au courant de leurs nouveaux droits.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.