Aller au contenu principal

Les États-Unis inscrivent sur leur liste des « terroristes » un Français lié aux attentats de Paris

Cette désignation identifie pour la première fois de manière officielle Abdelilah Himich comme un des responsables de l’EI

Le président français François Hollande (à gauche) et la maire de Paris Anne Hidalgo dévoilent une plaque commémorative devant la salle de concert du Bataclan à Paris le 13 novembre 2016 lors d’une cérémonie marquant le premier anniversaire des attentats de Paris (AFP)

L’identité du cerveau des attentats de Paris en novembre 2015 et de l’aéroport de Bruxelles en mars 2016 a été révélée par le Département d’État américain qui vient de l’ajouter à sa liste noire de « terroristes étrangers ».

Abdelilah Himich, plus connu sous le nom d’Abou Souleiman al-Faransi, a été inscrit ce mardi sur une liste qui déclenche des sanctions financières et juridiques contre les personnes visées.

L’origine marocaine de Himich avait été révélée dans un rapport publié par ProPublica, le site d’une rédaction américaine indépendante dédiée au journalisme d'investigation qui avait aussi affirmé qu’il avait servi pour la France en Afghanistan, comme soldat dans la Légion étrangère.

Les États-Unis le décrivent comme le fondateur d’une « cellule européenne forte de 300 combattants terroristes étrangers ».

L’an dernier en novembre, des combattants liés au groupe État islamique (EI) ont attaqué la salle de concert du Bataclan, tiré sur plusieurs cafés et déclenché des bombes à l’extérieur d’un match de football.

Au total, 130 personnes sont mortes et des centaines d’autres ont été blessées.

En mars, des kamikazes ont attaqué l’aéroport de Bruxelles et une station de métro, tuant 32 personnes.

Selon le Département d’État, Himich a aidé à planifier ces attaques, et à fournir des combattants pour les opérations de l’EI en Irak et en Syrie.

Est aussi inscrit sur cette liste Abdullah Ahmed al-Meshedani, qui aurait hébergé des combattants à la demande d’Abou Bakr al-Baghdadi.

Elle vise également Basil Hassan, accusé d’avoir tiré et blessé Lars Hedegaard, un historien danois de 70 ans, en février 2013.

Traduit de l'anglais (original).