Aller au contenu principal

« L’interdiction bénie » : voici comment l’EI surnomme la politique de Trump

Des rapports en provenance de Mossoul indiquent que les combattants de l'État islamique pensent avoir effrayé le président américain et « prouvé » que l'Amérique hait l'islam
L'interdiction d’accès aux États-Unis prononcée par Donald Trump à l’encontre des ressortissants de pays à majorité musulmane a déclenché des réactions négatives (AFP)
Par

Les combattants de l'État islamique à Mossoul ont célébré l'interdiction d’accès aux États-Unis prononcée par le président américain Donald Trump à l’encontre des ressortissants de pays à majorité musulmane, selon des rapports en provenance d’Irak.

La correspondante du New York Times à Mossoul, Rukmini Callimachi, a tweeté que les habitants de la ville avaient déclaré que les membres de l’État islamique (EI) célébraient « l’interdiction bénie » et le fait qu'ils aient « réussi à effrayer l’Amérique ».

Traduction : « 8. Cet habitant a déclaré que l’EI a ouvertement fêté l'interdiction. Ils lui ont même donné un nom : الحظر المبارك c’est-à-dire ‘’interdiction bénie’’. »

Un habitant de Mossoul a également indiqué à Callimachi que cela « prouvait » à leurs partisans que l'Amérique « hait » bel et bien l’islam.

Traduction : « 11. Et ils font la fête, dit-il, parce que cela prouve à leurs partisans que l'Amérique ‘’hait’’ vraiment l'islam. »

Le décret de Trump, signé le 27 janvier et suspendu par les tribunaux depuis le 3 février, a bloqué l’entrée aux États-Unis de voyageurs et réfugiés originaires d'Iran, d'Irak, du Yémen, de Syrie, de Libye, de Somalie et du Soudan.

À LIRE : L’extrême droite monte, mais ne perdez pas espoir : la résistance populaire aussi

Selon cet habitant de Mossoul, les combattants de l'État islamique pensent que leur tactique de terreur fonctionne car elle a effrayé Donald Trump – l'homme le plus puissant au monde.

Traduction : « 10. L’EI, selon ce résident de l’ouest de Mossoul, pense que sa tactique de terreur a fonctionné. Ils ont effrayé l'homme le plus puissant au monde. »

L'interdiction d’entrée aux États-Unis faite par Trump aux détenteurs de passeports iraniens, irakiens, libyens, somaliens, soudanais, syriens et yéménites a été accueillie par des manifestations aux États-Unis et dans le monde entier.

À LIRE : Quand il est question des réfugiés, Trump et l'UE forment les deux faces d'une même pièce

ForwardKeys, un cabinet d'analyse, a indiqué que depuis l’introduction de ce décret, les arrivées en provenance des pays ciblés étaient en baisse de 80 % entre le 28 janvier et le 4 février par rapport à la même période en 2016. Les réservations de vols à destination des États-Unis ont chuté de 6,5 % fin janvier par rapport à la même période l’année dernière.

Traduit de l’anglais (original).