Aller au contenu principal

Preuves de l’utilisation par les Russes de bombes à fragmentation contre des rebelles syriens

La chaîne étatique Russia Today montre des bombes chargées à bord d’avions en Syrie, où la Russie avait nié les utiliser
Ce qui semble être une bombe à fragmentation RBK-500 est chargée dans un avion russe en Syrie (AFP)

Des images et vidéos diffusées sur les réseaux sociaux étayent les assertions d’un groupe d’opposition syrien soutenu par les États-Unis selon lesquelles il a été frappé par des bombes à fragmentation russes.

Une séquence d’un reportage de Russia Today semble montrer des avions de chasse russes en train d’être équipés de bombes à fragmentation incendiaires RBK-500 ZAB-25 dans la base aérienne Khmeimim en Syrie.

Le clip a été plus tard retiré de l’émission, mais des militants sur les réseaux sociaux ont réussi à le récupérer sur YouTube :


Traduction : RT a coupé des images de bombes à fragmentation incendiaires d’une vidéo sur une base aérienne en Syrie, mais vous ne pouvez rien supprimer sur Internet – CIT (en) (@CITeam_en)

La Russie avait auparavant nié avoir recours à des bombes à fragmentation en Syrie, le ministère russe de la Défense avait rejeté ces allégations en décembre comme étant des « hypothèses sans aucune preuve ».

Dans un communiqué publié samedi, la Nouvelle armée syrienne, un groupe formé par les Américains, a affirmé avoir été pris pour cible par des avions russes à al-Tanaf, près de la frontière jordanienne, plus tôt cette semaine.

« L’agression et la brutalité russes contre le camp de la Nouvelle armée syrienne sont évidentes dans la destruction causée par leurs bombes à fragmentation », a déclaré le groupe dans un communiqué.


Traduction : L’agression et la brutalité russes contre le camp de la Nouvelle armée syrienne, plus d’informations : https://www.facebook.com/The.NSAy.Official/posts/255249531509776 #NSyA #RuAf – The New Syrian Army (@NSyA_Official)

« Les scènes de dévastation témoignent des intentions de la Russie concernant une occupation forcée de la Syrie. »

La Russie a toutefois démenti ces informations.

Dans une conférence vidéo avec les responsables militaires russes, le Pentagone a déclaré samedi qu’il avait exprimé « ses fortes préoccupations au sujet de l’attaque contre les forces de lutte contre l’EI soutenues par la coalition sur la garnison d’al-Tanaf », située près de la frontière jordanienne.


Traduction : #SOHR a publié les photos du camp de la Nouvelle armée syrienne près d’al Tanaf après qu’il a été bombardé #Syrie #Iraq –  маяковский (@moscow_ghost)

Quelques heures plus tard, le porte-parole du ministère de la Défense russe Igor Konashenkov a nié que la Russie avait bombardé les zones où opèrent les rebelles soutenus par les États-Unis.

« La cible qui a été bombardée était située à plus de 300 km de la zone » indiquée par les États-Unis, a-t-il déclaré.

Konashenkov a insisté sur le fait que l’aviation russe avait agi « dans le cadre des procédures convenues » et avait alerté à l’avance de ses cibles au sol la coalition menée par les États-Unis.

Le ministère de la Défense russe a déclaré jeudi soir qu’il n’avait pas procédé à des frappes contre les forces de l’opposition incluses dans le cessez-le feu, mais n’a pas mentionné al-Tanaf.

Le Pentagone a exprimé ses préoccupations alors que le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a rendu une visite surprise à Bachar al-Assad à Damas afin de discuter de la coopération militaire « en vue de lutter contre les organisations terroristes sur le sol syrien ».


Traduction : Pourquoi les Russes rencontrent-ils Assad seul comme un employé coupable ? Comment un président peut-il s’asseoir en face d’un ministre de la Défense ? – Abdurahman Hark (@bdrhmnhrk)

Dimanche, Konashenkov a également accusé les États-Unis de ne pas fournir les coordonnées des zones où les rebelles soutenus par les Américains sont actifs, « ne permettant pas de précision dans les opérations de l’aviation russe ».

La Russie a longtemps prétendu qu’elle ne cible que l’EI et al-Qaïda en Syrie, le Front al-Nosra. Cependant, beaucoup l’ont accusée de cibler d’autres groupes d’opposition, principalement ceux qui luttent contre le gouvernement d’Assad.

Dimanche, la Nouvelle armée syrienne aurait capturé le point al-Zubeida dans le sud-est de la campagne du gouvernorat de Homs, selon le site d’informations pro-gouvernemental Al-Masdar, suite à des affrontements avec l’EI.

Contrairement à d’autres groupes d’opposition, la Nouvelle armée syrienne combat seulement contre l’EI et ne vise pas les forces d’Assad.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.