Aller au contenu principal

« RoboCop » : Dubaï inaugure des policiers robots

Le directeur de la police de Dubaï a déclaré souhaiter qu’un officier de police sur quatre soit un robot d’ici 2030, pour aider à réduire le nombre d’arrêts maladie et de congés maternité
Le premier officier robot autonome attire l’attention au Dubai Mall, un centre commercial de Dubaï (AFP)

Dubaï a dévoilé le premier officier de police robot autonome du monde, selon la ville, qui aidera à identifier des criminels recherchés et à recueillir des preuves, dans le cadre d’un plan pour remplacer ceux qui luttent contre la criminalité par des machines.

L’officier robot a attiré l’attention mercredi soir au pied de Burj Khalifa, la plus haute tour du monde, et les touristes et passants prenaient des selfies à ses côtés.

Coiffé d’une casquette de policier et se déplaçant sur des roues, le robot comporte un écran tactile sur son torse qui peut être utilisé pour signaler un crime ou pour se renseigner sur les contraventions pour excès de vitesse.

Si l’expérience « Robocop » réussit, la police de Dubaï a déclaré qu’elle aimerait que les robots – qui ne sont pas armés – représentent 25 % de ses effectifs d’ici 2030.

« Ces robots peuvent travailler 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. Ils ne vous demandent pas de congés, d’arrêts maladie ou de congés de maternité. Ils peuvent travailler constamment », a déclaré le général de brigade Khaled al-Razzouqi, un officier de la police de Dubaï.

Le robot sur roues est équipé de caméras et d’un logiciel de reconnaissance faciale.

Il peut comparer des visages avec une base de données de la police et informer le quartier général des correspondances. Il peut lire les plaques d’immatriculation et aider la police à repérer des risques, comme des sacs abandonnés dans les zones populaires de Dubaï, un centre financier et touristique.

Traduction : « Le premier policier robot du monde au Dubaï Mall »

Le robot est construit par PAL Robotics, basé à Barcelone, et programmé par la police de Dubaï. Le prix à l’unité n’a pas été rendu public.

Selon Razzouqi, la plupart des gens ne sont pas inquiets à l’idée de parler à un robot, et certains peuvent même préférer ça.

« Nous observons que les nouvelles générations utilisent des appareils intelligents – ils aiment utiliser ce genre d’objets. »

« Beaucoup d’entre eux ont vu le film ‘’RoboCop’’ et on dit : les gars, vous l’avez fait. »

Traduit de l’anglais (original).