Aller au contenu principal

Tunisie : attentat terroriste majeur déjoué à Sousse

Les dix-sept membres d’une cellule ont également été arrêtés
Des policiers tunisiens patrouillent sur la plage de Sousse (AFP)

Les autorités tunisiennes ont déclaré avoir empêché une attaque de grande envergure prévue pour la fin du mois dans la station balnéaire de Sousse, site d’une précédente attaque de l’État islamique (EI) en juin.

« Ce mois-ci, nous avons déjoué une attaque majeure que la cellule terroriste préparait contre des installations vitales, des hôtels, des centres de sécurité et contre les hommes politiques pour semer le chaos dans le pays », a déclaré lundi le chef de la sécurité du ministère de l’Intérieur Rafik Chelli.

Il a précisé qu’une cellule de dix-sept militants ont été arrêtés et que des AK-47, des explosifs et une ceinture d’explosifs ont été saisis au cours de raids.

Certains de ces militants avaient été formés en Libye et en Syrie et attendaient des ordres pour perpétrer des attaques.

Trente-huit touristes étrangers ont été tués à Sousse en juin quand des hommes armés se réclamant du groupe EI ont pris d’assaut la plage d’un hôtel et ont commencé à tirer.

Cet attentat est intervenu suite à une autre attaque en mars au cours de laquelle des hommes armés ont tué 21 touristes au Musée du Bardo à Tunis.

L’industrie touristique de la Tunisie a beaucoup souffert des deux attaques.

Selon Radhouan Ben Salah, le président de la Fédération tunisienne de l’hôtellerie, le taux d’activité dans les sites touristiques tunisiens est tombé à moins de 20 % des niveaux antérieurs suite à la fermeture de 70 hôtels après les attaques de Sousse.

Lors d’une conférence sur le tourisme et les médias en Tunisie la semaine dernière, il a ajouté que les restrictions de voyage et les avertissements émis par un certain nombre de pays étrangers s’étaient avérés préjudiciables pour l’industrie touristique tunisienne.

La Tunisie a été considérée comme une modèle de réussite de transition de la dictature, après la transformation du Printemps arabe de 2011 en guerres et contre-révolutions dans la région.

Le « quartet de dialogue national » composé de syndicalistes, d’employeurs, d’avocats et de militants des droits de l’homme a reçu le prix Nobel de la paix le mois dernier pour sa « contribution décisive à la construction d’une démocratie pluraliste ».

Cependant, on estime également que 3 000 Tunisiens se battent avec Daech en Syrie et en Irak, la plus grande contribution de tout pays.

L’armée tunisienne mène également un conflit de faible intensité contre des militants retranchés sur le mont Chaambi le long de la frontière avec l’Algérie.

Traduction de l’anglais (original) par VECTranslation.