Aller au contenu principal

Une unité secrète israélienne prend d’assaut un hôpital et tue un Palestinien à Hébron

Lors d’un raid matinal dans l’hôpital al-Ahli d’Hébron, une unité d’élite israélienne a enlevé un patient et tué son cousin
Images de vidéosurveillance montrant l’enlèvement d’un Palestinien par une unité secrète d’élite israélienne dans un hôpital d’Hébron ce jeudi matin (YouTube)

Une unité d’élite israélienne a mené un raid dans un hôpital d’Hébron à l’aube ce jeudi et a tué un Palestinien lié à un homme qui aurait perpétré une attaque au couteau le mois dernier, ont indiqué des sources palestiniennes et israéliennes.

Le raid contre l’hôpital al-Ahli, qui a impliqué plus de vingt agents infiltrés déguisés en Palestiniens, a eu lieu à 2 h 45 heure locale.

Connus en arabe sous le nom de « moustaaribine », ces agents sont formés par des spécialistes pour agir comme des Palestiniens et parler leur accent.

« Abdallah Azzam Shalaldeh, âgé de 27 ans, a été tué par une unité [d’agents infiltrés] à l’hôpital d’Hébron », a déclaré un responsable du ministère palestinien de la Santé.

Le directeur de l’hôpital al-Ahli d’Hébron, Jehad Shawar, a indiqué à la radio Palestine que 20 à 30 hommes étaient arrivés à la clinique dans deux mini-fourgonnettes. Ils sont entrés avec une femme prétendument enceinte.

« Ils ont tenu en joue le personnel et fait irruption dans la chambre de Shalaldeh », a indiqué Shawar.

Les services de sécurité internes d’Israël ont confirmé le raid et déclaré que les forces israéliennes ont fait feu lorsqu’Abdullah Shalaldeh a essayé de résister à son arrestation.

Cependant, des témoins palestiniens ont indiqué aux médias locaux que Shalaldeh, un ancien détenu emprisonné en Israël, a été abattu de cinq balles à bout portant alors qu’il sortait de la salle de bains.

Les témoins à l’hôpital ont signalé que les membres de l’unité secrète sont entrés dans la chambre de Shalaldeh, qui se remettait de blessures par balles reçues d’un colon israélien le mois dernier, et ont immédiatement lié les mains de son frère Bilal au lit. Bilal était au chevet de Shalaldeh.

Légende : « Le martyr Abdallah Shalaldeh, exécuté par les forces israéliennes à Hébron ce matin »

« Dès qu’ils sont entrés dans la pièce, ils m’ont attaché au lit, a raconté Bilal à Reuters TV. [Abdullah] était dans la salle de bains et voulait se laver pour la prière. En sortant de la salle de bains, l’un des hommes sous couverture a crié pour qu’il s’arrête et ils ont ouvert le feu. »

« Il est resté au sol en sang et ils ont frappé mon frère à la tête, puis ils l’ont emmené. »

Des images de vidéosurveillance de l’hôpital montrent les moustaaribine traversant un couloir avec Azzam, 20 ans, dans un fauteuil roulant.


Le 25 octobre, des témoins oculaires ont rapporté à l’agence Ma’an News Agency que Shalaldeh récoltait des olives lorsqu’un colon israélien lui aurait tiré dans la tête et dans la poitrine.

Des sources des services de sécurité israéliens affirment toutefois que Shalaldeh, issu selon eux « d’une famille de militants du Hamas », avait tenté de perpétrer une attaque au couteau à proximité de la colonie israélienne de Mezad, près d’Hébron, blessant ainsi un colon, et qu’il tentait de fuir lorsqu’il a été touché.

Dans un communiqué de presse faisant suite à l’événement, le ministre de la Santé de l’Autorité palestinienne Jawad Awwad a appelé les organisations internationales de défense des droits de l’homme à protéger les établissements de santé et leurs patients des « agressions » de l’occupation israélienne.

De nombreux Palestiniens ont toutefois exprimé ce jeudi leur frustration face à l’absence de forces de sécurité de l’Autorité palestinienne dans l’hôpital et se sont demandé, compte tenu de la coordination en matière de sécurité entre les forces de sécurité israéliennes et palestiniennes, si l’Autorité palestinienne avait pu être informée du raid.

[[{"fid":"28331","view_mode":"default","fields":{"format":"default"},"type":"media","link_text":"November 12, 2015","attributes":{"width":"550","class":"twitter-tweet media-element file-default"}}]]

Légende : « Bien sûr, les forces de sécurité [de l’Autorité palestinienne] sont incapables de stationner un ou deux patrouilles dans tous les hôpitaux ! Je ne dirai rien de plus à leur sujet. »

La semaine dernière, les « moustaaribine » ont infiltré une manifestation palestinienne à Bethléem et se sont ensuite retournés contre les manifestants en pointant contre eux des pistolets qu’ils avaient dissimulés.

Depuis début octobre et l’escalade de la violence entre Israéliens et Palestiniens, le nombre de victimes s’élève désormais à 81 Palestiniens et 10 Israéliens.

Traduction de l’anglais (original) par VECTranslation.