Aller au contenu principal

VIDÉO : En Turquie, une femme se fait agresser parce qu’elle « porte un short pendant le Ramadan »

Selon la plateforme « Stop aux meurtres de femmes », 173 femmes ont été assassinées en Turquie au cours des cinq premiers mois de 2017
Image vidéo montrant une femme se faisant physiquement agressée dans le bus (capture d’écran)
Par

ISTANBUL, Turquie – Un mandat d'arrêt a été émis mercredi à l'encontre d'un homme ayant frappé une jeune femme à bord d'un minibus à Istanbul, lui reprochant de porter un short pendant le mois sacré du Ramadan, ont rapporté les médias turcs.

Une vidéo diffusée mercredi en ligne montre un homme, assis au fond d'un minibus, se lever et frapper une femme assise devant lui avant de se diriger vers la sortie.

La femme agressée se lève immédiatement pour tenter de se défendre mais l'homme la repousse et sort du véhicule tandis qu'elle tombe à terre.

Avant l'agression, survenue la semaine dernière sur la rive asiatique d'Istanbul, l'homme aurait dit à la femme « C'est comme ça que tu t'habilles pendant le Ramadan ? Tu n'as pas honte ? », selon des explications de la victime rapportées par l'agence privée Dogan.

« Je lui ai dit de ne pas regarder et il a dit : ‘’Si tu me montres tes fesses comment est-ce que je peux ne pas regarder ?’’ », a-t-elle poursuivi.

Asena Melisa Saglam, 21 ans, a immédiatement porté plainte. Son agresseur, qui a affirmé avoir été « provoqué », avait été arrêté trois jours après l'incident, mais relâché le jour même, au grand dam des organisations féministes, a rapporté le quotidien Hürriyet.

Les principes de l'État laïc d'Atatürk 

« La libération de l'agresseur est une menace pour toutes les femmes », a tweeté mercredi la plateforme « Stop aux meurtres de femmes ». « Nous porterons ce que nous voulons, où nous voulons. Nous ne renoncerons pas à nos libertés. » Selon la plateforme, 173 femmes ont été assassinées au cours des cinq premiers mois de 2017 et 328 en 2016, soit presque une par jour.

Asena Melisa Saglam a soumis une requête au procureur, contestant la remise en liberté de l'agresseur, à la suite de laquelle le parquet a émis mercredi une demande d'interpellation, selon plusieurs médias.

Le mot-dièse #melisasaglamyalnizdegildir (Melisa Saglam n'est pas seule) était parmi les sujets les plus discutés sur Twitter mercredi.

Les opposants au président Recep Tayyip Erdoğan accusent le gouvernement de favoriser une islamisation rampante de la Turquie minant les principes laïcs de l'État tel qu'il a été créé par Mustafa Kemal Atatürk, et qui a consacré les droits des femmes. Mais le gouvernement insiste : alors que les femmes ont été autorisées à porter le voile islamique à l'université, à l'école et même dans l'armée, cela n'a pas entravé la liberté des femmes turques à s'habiller comme elles l'entendent.

Une affaire similaire avait déjà provoqué l'indignation d'associations féministes l'année dernière, lorsqu'un homme a assené un coup de pied au visage d'une femme de 23 ans, à bord d'un bus d'Istanbul, parce qu'elle portait un short. Dans ce procès, toujours en cours, l'agresseur risque jusqu'à neuf ans d'emprisonnement.