Aller au contenu principal

VIDÉO : Un rappeur palestinien tourne un clip en plein champ de tir

Donner une voix aux siens et une mélodie à la révolte palestinienne, tel est l’objectif du rappeur gazaoui Ibrahim Ghunaim. Pour ce faire, il n’a pas hésité à tourner son dernier clip en pleine manifestation de la Grande marche du retour
Les manifestations de la Grande marche du retour à Gaza ont fait au moins 200 morts depuis mars 2018
Par

Ibrahim Ghunaim, alias MC Gaza, est un rappeur âgé de 26 ans originaire du village de Saffa, près de Ramallah, en Cisjordanie occupée. Il a grandi dans la bande de Gaza, sous blocus depuis onze ans.

Depuis 2005, Ibrahim Ghunaim a réalisé plusieurs clips vidéo, le dernier ayant été tourné en mars dernier, pendant les manifestations de la Grande marche du retour qui ont fait au moins 200 morts, dont des secouristes et des journalistes.

Parmi ces derniers, on compte Yasser Murtaja, l’ami du rappeur, à qui il rend hommage avec ce dernier clip intitulé « Kawfuk », qui signifie pneu en arabe – en référence aux pneus enflammés que les manifestants font parfois rouler vers la barrière de séparation.

MC Gaza affirme qu’il souhaite revendiquer ses droits en tant que Palestinien à travers sa musique : « Je ne peux rien faire à part de la musique. Alors j’ai écrit une chanson sur les manifestations qui avaient lieu ».

Quand on lui demande pourquoi avoir choisi de tourner le clip en plein champ de tir, il répond, déterminé : « Je voulais leur dire que je n’avais pas peur ».

Ibrahim Ghunaim réside aujourd’hui à Tunis, pour produire son album et sensibiliser à la situation des droits humains à Gaza à travers ses chansons. MC Gaza s’inscrit ainsi dans la tradition d’artistes hip-hop qui ont souvent mis en lumière les injustices politiques et sociales de leur époque.

« Nous voulons la liberté pour la Palestine, nous voulons la liberté pour la Palestine », répète-t-il à Middle East Eye.

La révolte gazaouie en toile de fond

Depuis le 30 mars 2018, un soulèvement spontané, communément appelé « Grande marche du retour », a pris la forme de manifestations civiles nombreuses à Gaza, généralement pacifiques mais pourtant violemment réprimées.

Avenir mutilé : à Gaza, les enfants blessés par Israël peinent à poursuivre leurs études
Lire

Plus déterminés et unis que leurs dirigeants, les manifestants ont formulé des demandes simples : le blocus imposé illégalement à Gaza doit être levé et le droit au retour garanti. 

En quelques mois de protestations hebdomadaires, 10 000 manifestants ont été blessés. Une majorité d’entre eux, touchés par balles réelles et dans l’impossibilité de se soigner, subissent de lourdes séquelles sur les court, moyen et long termes. Du côté israélien, un soldat a été blessé et un autre tué.  

Alors que les médias internationaux se félicitent du « retour au calme » suite à l’essoufflement des manifestations, les paroles de MC Gaza résonnent : « Ne pleurez pas le martyr, car il est temps que les fleurs soient cueillies. Nous reviendrons, même si cela nous prend des décennies, nous reviendrons. »